Des excuses! Et nous?

On s’est excusés justement devant nos compatriotes japonais et maintenant auprès de nos concitoyens italiens, pour les arrestations et détentions arbitraires dont ils furent l’objet, notamment lors de la dernière guerre mondiale.

Par contre, on ne s’est toujours pas excusés pour les centaines de Québécois arrêtés et détenus arbitrairement lors de la crise d’Octobre.

Et qu’on est donc justes envers tout le monde qui, rappelons-le, le mérite bien. Qui, quand c’est de nous dont il s’agit ?

  

À voir en vidéo