Pour un REM talon aiguille

Au sujet du REM de l’est de Montréal, mégaprojet à l’étude, je suis d’avis qu’il doit absolument viser l’essentiel et partir du bon pied pour éviter de devenir une horreur urbaine. Le parcours proposé permettra de répondre à plusieurs des objectifs de la ligne rose à des coûts bien inférieurs. C’est sur la question de sa partie élevée qu’il est impératif de ne pas faire de gaffe.

L’appel d’offres devrait imposer une solution hors terre de type talon aiguille, c’est-à-dire interdisant explicitement toute utilisation de béton au-dessus de la surface du sol, tout en établissant des contraintes « socialement acceptables » quant au niveau de bruit et de l’impact visuel. Bref un REM aérien mince, joli et silencieux.

Pour cela, la recherche et l’innovation en matière de choix des matériaux constituent un défi important et devrait faire l’objet d’un concours international. Plusieurs grandes villes du monde observeraient une telle démarche avec un œil plus qu’attentif.

Par ailleurs, autant le prolongement de la ligne bleue du métro de Montréal devrait rejoindre le SRB Pie-IX et atteindre la rue Lacordaire où il y aurait jonction avec la station du REM portant le même nom, autant la construction des stations Langelier et Anjou me semble superflue compte tenu son coût excessif et l’horizon de celles-ci vers nulle part du côté est. Le projet de construction de ces deux stations qui aboutissent sur un cul-de-sac devrait être abandonné.

  

À voir en vidéo