Sur le projet de loi 96

[…] J’ai appris le français lorsque j’étais en 2e année à l’université. À cause de mon travail, je poursuis le débat concernant la vitalité de la langue française parce qu’il me faut assurer que mes clients francophones peuvent me parler en leur langue. Concernant le projet de loi 96, je suis content de voir que l’apprentissage de la langue officielle du Québec sera un droit pour toutes les personnes qui habitent au Québec. Cette chose aidera les immigrantes et étudiants étrangers comme moi à apprendre et communiquer en français. Mais je m’inquiète à propos des restrictions avec les cégeps anglophones. Pourquoi limiter l’accès à l’éducation ? Si le gouvernement caquiste veut vraiment protéger la langue française, pourquoi ne pas rendre les cours de français gratuits pour les étudiants étrangers ? Plusieurs veulent rester ici, leur donner les ressources dont ils ont besoin pour bien faire dans la société québécoise les aiderait !

À voir en vidéo