De remarquables oublieux…

On nous a fait miroiter un projet de loi aux mesures robustes… Pour renchausser la loi 101, voici le projet de loi 96 qui est avant tout d’ordre cosmétique. Ce maquillage ne tiendra pas longtemps sur un visage usé par les soumissions, les compromissions et les démissions. Tenter de nous faire croire que cette patente à gosse va sauvegarder la langue française en terre québécoise, misère… « The Grand
Illusion
 », encore une fois…

Sommes-nous en proie à une abdication collective, une débandade furtive ou une amnésie sélective ? Certains diront que c’est toutes ces réponses. C’est surtout la poursuite du grand déni. Une sorte de refus global 2.0 à reconnaître cette réalité auto-infligée à force d’accepter de petites demi-mesures et de pratiquer l’à-plat-ventrisme.

Quelle est cette force invisible qui pousse encore le peuple vers la falaise d’une langue qui décline ? Nous avançons mus par la peur, oubliant que les méchants loups de notre histoire ont perdu leurs canines. Nous sommes trop souvent de remarquables oublieux… On doit surmonter l’habitude et l’oubli, casser la peur et la crainte de déranger. Comme disait Serge Bouchard, soyons exigeants. Par exemple, instituons un enseignement en français pour tous les francophones et nouveaux arrivants, et ce, à tous les niveaux scolaires.

On doit enfin ravigoter cette belle langue afin que les enfants du Québec soient fiers de vivre en français. Pour ce faire, il faut décider d’arrêter d’oublier, décider de se tenir debout. Merci, M. Serge Bouchard, de nous avoir rappelé notre devoir de mémoire.

À voir en vidéo