Bonne route, M. Bouchard

Le Québec vient de perdre un de ses grands sages. Un baobab de sa forêt. J’ai suivi l’homme dans tout son pèlerinage radiophonique. Toujours, l’ouverture, la pédagogie et la tolérance ont guidé ses propos. De Remarquables oubliés, je n’ai perdu aucune de ses émissions. Celle à laquelle j’ai accroché le plus, c’est sa série avec Dany Laferrière sur les oubliés de la révolution haïtienne. Sa connaissance des grands dossiers de l’esclavage en Amérique a fait de M. Bouchard une source d’inspiration et une encyclopédie pour les jeunes. Son départ a fait pâlir notre ciel, car une grosse étoile a quitté le firmament.

À voir en vidéo

1 commentaire
  • James Dormeyer - Abonné 12 mai 2021 09 h 36

    LE MOT JUSTE

    À cette époque, nous nous battions pour la défense de la Maison Notman au centre ville, qu'un proteur voulait transformer en Bar de luxe...
    Serge Bouchard, attentif à la conservation du patrimoine bâti, si souvent et toujours malmené au Québec, nous avait fait l'offrande d'un magnifique texte paru dans le Devoir, et qu'il avait, malicieusement intitulé: PÈRIL EN LA DEMEURE
    Merci Serge Bouchard.

    James Dormeyer.