Vive le cégep à la maison!

La pandémie de COVID-19 a forcé les cégeps à tenir la grande majorité de leurs cours en ligne. Alors que cela est souvent montré du doigt comme la source de bien des problèmes, mon expérience des classes à distance est tout autre : je les trouve absolument formidables !

Dans mon cas précis, les cours à distance ont de nombreux avantages, le plus évident d’entre eux étant que je n’ai presque plus à me déplacer au cégep ! J’habite un petit village de La-naudière, et le déplacement de mon domicile jusqu’au cégep régional de Lanaudière à Joliette prend, en moyenne, 35 minutes, sans tenir compte de la circulation ni des conditions routières difficiles imposées par nos hivers québécois. L’aller-retour prenait alors 1 h 10 minutes de ma vie, chaque jour ! De ce fait, je jouis désormais, chaque semaine, de presque 6 heures de plus que je peux consacrer à mes études et à mes travaux, ce qui, vous aurez sans doute deviné, aura significativement influé sur mes résultats scolaires.

L’entrée d’un jeune adulte dans une institution d’étude supérieure marque le début d’une étape importante de son développement, où il sera laissé davantage à lui-même et où il devra acquérir un sens de la débrouillardise et de l’autonomie. J’ai le sentiment que, depuis le début de la pandémie il y a plus d’un an, les cours en ligne et la liberté qu’ils apportent m’ont grandement permis de devenir plus autonome. Étant donné que j’ai une multitude de travaux à remettre à différentes dates ainsi que plusieurs cours auxquels je dois assister, être bien organisé et gérer son emploi du temps sont des conditions nécessaires si on souhaite réussir. Les cours asynchrones (où le professeur s’enregistre pour que les étudiants puissent écouter le cours lorsqu’ils le souhaitent) offrent une très grande flexibilité unique au modèle des cours en ligne et sont véritablement bénéfiques à mon autonomie dans mes études.

 
4 commentaires
  • Robert Bernier - Abonné 12 avril 2021 05 h 36

    Bravo!

    J'enseigne la physique au collégial depuis 15 ans. Je dis à mes étudiants(es) depuis le début de cette pandémie qu'il y a tout de même quelque chose de bon à tirer de cette situation dont nul n'a voulu: développer son autonomie. Devenir le véritable propriétaire de son temps et de son savoir. L'enseignement en mode asynchrone y pousse. Vous semblez avoir saisi le meilleur de cette situation imposée. C'est sans doute une forme, aussi, du "Carpe diem". Bravo!

  • Cyril Dionne - Abonné 12 avril 2021 09 h 41

    Bravo et Alléluia!

    Bon, enfin quelqu’un qui voit les bénéfices des cours à distance.

    Oui, les avantages sont nombreux. Moins de perte de temps dans les activités connexes comme être physiquement dans une salle de classe à une heure précise, la liberté que cela implique dans la conception et la remise des travaux, ceci, c’est sans parler de l’effort qu’on fait inconsciemment pour garder notre planète habitable. Que dire d’être assis passivement pour écouter le discours d’un professeur dont le débit de la matière n’est jamais neutre?

    Ayant fait les deux à l’université, soit les cours en présentiel et ceux à distance, j’ai toujours privilégié les derniers. Moins de perte de temps. Pour ceux qui nous disent que sans l’apport de la présence physique des autres en salle de classe, ils ont de la difficulté à apprendre, eh bien, je peux leur dire que cela n’est pas leur véritable problème; ils ont tout simplement des troubles d’apprentissage. Pour les travaux de groupe, eh bien comme enseignant, ce que j’ai remarqué au cour de ma carrière et ceci dans tous les cas, est que ceux avec les mêmes forces s’agglutinent toujours ensemble. Les élèves ne sont pas très friands de se grouper avec les autres de moindres compétences pédagogiques si cela contribue à une note plus basse dans leur cas.

    On pourrait aussi parler des distances entre l’école et la maison qui a un coût non seulement en perte de nombre d’heures pour l’individu, mais aussi d’ordre économique et sur l'empreinte écologique.

    Il n’y a pas de meilleur façon pour l’étudiant de se responsabiliser parce que l’école à distance renvoie l’apprentissage sur l’apprenant. Son apprentissage devient proportionnel à l’effort et la débrouillardise qu’il démontrera dans sa quête des connaissances. Personne ne peut apprendre pour lui ou elle. Enfin, il n’y a pas de meilleure préparation que celle-là au monde réel où personne ne fait rien pour personne gratuitement. Être autonome est probablement la qualité la plus prisée en 2021.

  • Mathieu Lacoste - Inscrit 12 avril 2021 15 h 39

    « Vive le cégep à la maison ! » (David Nault, étudiant)


    C'est dans la quiétude de son foyer que l'on étudie le mieux.

    D'ailleurs, les cours par correspondance conviennent parfaitement pour l'apprentissage des mathématiques [appliquées et fondamentales] du cégep; il en va de même avec la physique [optique, mécanique, électricité].

  • Serge Granger - Abonné 12 avril 2021 18 h 29

    Vive le wégep !

    Étrange ce titre « Le cégep à la maison » quand les étudiants et les enseignants prônent sa disparition. Je propose le wégep, web d'enseignement général et professionnel