L’histoire occidentale ne débute pas à la Renaissance

La chronique de Normand Baillargeon du 20 mars dernier nous rappelle, si cela était nécessaire, que les civilisations grecque et latine sont à l’origine de la civilisation occidentale. En voulant faire commencer l’étude de l’histoire de l’Occident à partir de la Renaissance, des « penseurs » de notre système d’éducation souhaiteraient effacer de la mémoire des cégépiens tout ce que notre civilisation leur doit. Qu’il s’agisse de la pensée, du droit, de l’art, de la littérature, des sciences, des mythes fondateurs, de la langue, de l’administration publique, du sport même, la culture occidentale s’est nourrie de l’héritage qu’elles lui ont transmis. La Renaissance, apparue d’abord en Italie, est redevable de l’apport des penseurs et savants grecs ayant fui Byzance à la suite de sa conquête par les Turcs. Elle ne peut d’ailleurs s’expliquer sans ce rapport renouvelé à l’Antiquité. Ce projet, s’il était mis en œuvre, signifie également que l’on tient pour insignifiant l’héritage du Moyen Âge malgré, entre autres, l’émoi suscité à travers le monde par l’incendie de Notre-Dame-de-Paris. Par ailleurs, il serait ridicule, aberrant même, de considérer l’esclavage pratiqué par les Grecs et les Romains comme un obstacle à l’étude de ces civilisations, tout comme il serait ridicule, aberrant même, de refuser, pour la même raison, d’étudier celles des Arabes et des Africains.

 
3 commentaires
  • Cyril Dionne - Abonné 7 avril 2021 09 h 09

    Merci

    Que de sagesse cette lettre. Oui, sans l'apport des civilisations grecques et romaines, nous ne serions pas ici. Sans l'apport des religions obscurantistes, nous n'aurions pas connu le Moyen-Age où l'humanité a vécu un millénaire dépourvu de lumières. Oui, on aurait pu se passer de la sainte inquisition, des bûchers et des chasses aux sorcières.

    L'incendie de la célèbre bibliothèque d'Alexandrie a à jamais effacé de nombreux trésors et découvertes. C'est ce qu'il veulent faire encore une fois aujourd'hui en occultant un pan de l'histoire qui a fait de nous ce que nous sommes. Que le siècle des Lumières rejaillisse encore une fois durant cette épopée "wokienne" qu'on veut nous imposer.

    • Léonce Naud - Abonné 7 avril 2021 12 h 42

      Bonjour M. DIonne - Concernant le sort de la bibliothèque d'Alexandrie et de d'autres bibliothèques fameuses de l'Antiquité, il vaut la peine de lire ce que Wikipedia raconte à ce sujet. On y découvre la dynamique qui conduit à la destruction de ce genre d'institutions. À Tombouctou, ils ont fini par comprendre la procédure: plusieurs familles gardent chez elles les livres les plus précieux et disposent de cachettes à cet effet. Résultat: quanf la ville est envahie par une nouvelle vague de zélés, ces derniers détruisent avec entrain la bibliothèque centrale mais ne peuvent atteindre les trésors de mémoire. Wiki: https://fr.wikipedia.org/wiki/Biblioth%C3%A8que_d%27Alexandrie#Destructions_de_la_biblioth%C3%A8que

  • Emmanuel LYNG-SABATIER - Abonné 7 avril 2021 23 h 58

    Les civilisations égyptiennes et sumériennes sont encore plus anciennes que celle des grecs et des romains, et leur savoir architectural s'est perdu à travers les âges.

    A travers l'histoire, nous apprenons que les civilisations polythéistes étaient plus ouvertes et égalitaires que les monothéistes.
    L'homosexualité était courante chez les romains et les grecs, et accepté au sein de la société alors qu'elle était interdite dans les civilisations chrétienne.
    Les prêtresses existaient chez les grecs et les romains alors que les chrétiens l'avaient interdits.

    Donc en gros pendant deux milles ans, l'espèce humaine a régressé d'un point de vue social dans ce que nous appelons actuellement les pays occidentaux. Même de nos jours, nous sommes encore moins évolués alors que technologiquement nous sommes plus avancés que les grecs et les romains.