L’histoire occidentale ne débute pas à la Renaissance

La chronique de Normand Baillargeon du 20 mars dernier nous rappelle, si cela était nécessaire, que les civilisations grecque et latine sont à l’origine de la civilisation occidentale. En voulant faire commencer l’étude de l’histoire de l’Occident à partir de la Renaissance, des « penseurs » de notre système d’éducation souhaiteraient effacer de la mémoire des cégépiens tout ce que notre civilisation leur doit. Qu’il s’agisse de la pensée, du droit, de l’art, de la littérature, des sciences, des mythes fondateurs, de la langue, de l’administration publique, du sport même, la culture occidentale s’est nourrie de l’héritage qu’elles lui ont transmis. La Renaissance, apparue d’abord en Italie, est redevable de l’apport des penseurs et savants grecs ayant fui Byzance à la suite de sa conquête par les Turcs. Elle ne peut d’ailleurs s’expliquer sans ce rapport renouvelé à l’Antiquité. Ce projet, s’il était mis en œuvre, signifie également que l’on tient pour insignifiant l’héritage du Moyen Âge malgré, entre autres, l’émoi suscité à travers le monde par l’incendie de Notre-Dame-de-Paris. Par ailleurs, il serait ridicule, aberrant même, de considérer l’esclavage pratiqué par les Grecs et les Romains comme un obstacle à l’étude de ces civilisations, tout comme il serait ridicule, aberrant même, de refuser, pour la même raison, d’étudier celles des Arabes et des Africains.

 

À voir en vidéo