Nous voulons tous le meilleur!

Les réactions sont vives au Saguenay depuis le dépôt du rapport du BAPE sur le projet d’usine de liquéfaction de gaz naturel dans notre fjord. Cependant, au-delà des positions contradictoires, nous souhaitons toutes et tous le meilleur pour notre région.

Le problème, c’est que le « meilleur » n’est pas le même selon l’échelle de temps que l’on utilise pour l’évaluer. À très court terme, les emplois qui seraient créés pendant la phase de construction de l’usine semblent très alléchants. […] Et si l’on regarde un peu plus loin encore dans le temps ? Ou bien nous serions pris avec un éléphant blanc qui défigurerait nos paysages parce que les marchés pour les GNL ne seraient pas ou plus au rendez-vous, ou bien nous alimenterions un système qui saboterait nos efforts pour atteindre la carboneutralité et qui détournerait notre précieuse hydroélectricité d’usages bien plus profitables pour le Québec. Et pourquoi cette histoire de carboneutralité est-il si importante ? Parce que, selon un consensus scientifique massif, nous nous dirigeons vers un réchauffement climatique aux conséquences absolument désastreuses.

Déjà, nous savons que nos enfants et petits-enfants ne vivront pas dans le monde que nous, leurs aînés, avons connu. Encore faut-il qu’il leur reste au moins un monde viable. Je me réjouis des voix de plus en plus nombreuses qui s’élèvent du milieu politique pour dire « non à ce projet » : depuis longtemps, celle du député de Jonquière, Sylvain Gaudreault, et celle de Québec solidaire, et même maintenant celle du Parti libéral du Québec. Il reste au gouvernement québécois à faire ce que la sagesse impose : refuser le projet !

 
1 commentaire
  • Cyril Dionne - Abonné 30 mars 2021 09 h 10

    Le mirage de l’argent

    Dans toute histoire humaine, il a toujours le court, moyen et long terme. Disons poliment que le long terme n’épargnera les écosystèmes marins et terrestres ainsi que toute la biodiversité qui en découle. Pour le moyen terme, personne ne connaît les ramifications d’un tel projet sur la faune et la flore du Saint-Laurent. Pour le court terme, on nous fait miroiter des pépites de pyrite d’or pour nous aveugler dans nos choix. « Ben » oui, quelques jobs à 100 000 $ que le gouvernement de François Legault achète avec l’argent du public aux conséquences désastreuses.

    La plupart des gens ne sont ni de gauche ou de droite, mais pour le gros bon sens et surtout pas pour Québec solidaire. Tout comme pour le Parti vert, le NPD, ils passent leur temps à nous traiter de racistes. Alors, ils peuvent passer leur chemin.

    Alors, si on analyse la situation d’un point de vue pragmatique, ce projet ne servira pas à enrichir les Québécois. On utilise un pipeline pour acheminer du gaz naturel qui vient de l’ouest qui sera liquéfié afin d’être transporté par bateau pour des marchés européens. On imagine aussi qu’on nous prend pour des tapis. Ceux qui récolteront l’argent d’un tel projet ne seront pas au Québec. Diantre, ces mêmes gens ne paient aucun impôt ou taxe puisque tous leurs argents sont acheminés dans des paradis fiscaux. Un autre éléphant blanc aux accents d'un stade de base-ball.

    Pour l’aspect des changements climatiques, on nous dit que le gaz naturel ne produit pas autant de GES que le pétrole, ce qui est vrai. Il en produit les deux tiers pour la même capacité d’énergie, mais dans cette équation, on occulte le méthane qui est presque 30 fois plus efficace pour emprisonner la chaleur dans l’atmosphère et créer cet effet de serre d’où la notion du réchauffement climatique. Alors pour cette hypocrisie parce qu’on est concerné par la production de GES par des européens est tout simplement fausse. C’est l’argent qui parle.