Épiphanie ou «rebranding»?

Que Denis Coderre veuille prendre sa revanche sur Valérie Plante et se repositionner sous le feu des projecteurs ne surprendra personne. Une si longue absence médiatique n’est pas dans ses habitudes. Mais cette revanche ne profitera qu’à lui. Devons-nous vraiment servir de faire-valoir à l’ego démesuré d’un politicien professionnel à la recherche d’un perchoir ? La gestion municipale, ce sont d’abord l’aménagement, la mobilité, l’entretien, la culture et le vivre-ensemble. La « conversion » annoncée de ce politicien de carrière carburant aux gros projets pour briller entouré de son boys’club ressemble davantage à une entreprise de « rebranding » qu’à une épiphanie. De quoi alimenter le cynisme à l’endroit de la fonction. Si M. Coderre aime autant relever les défis qu’il l’affirme, en voici un à sa mesure : accepter sa défaite et sa retraite et se laisser oublier.

À voir en vidéo