Remise en question d’un enseignant de la relève

En 2019, fraîchement inscrits au baccalauréat en enseignement secondaire, mes collègues de classe et moi avons senti le besoin de livrer bataille au fiasco dont est victime notre système d’éducation public. Passionnés, nous nous sommes tous lancés dans les écoles secondaires de notre quartier pour remplacer les enseignants coincés dans un blizzard de janvier ou tous ceux qui sont simplement à bout de souffle. Je me suis bien préparé : j’ai consulté divers enseignants, j’ai révisé mes connaissances acquises sur les bancs d’école et j’ai conçu des activités éducatives pour garder vos enfants actifs. Je me suis même acheté des habits de « monsieur » pour camoufler mes 19 ans et faire mes preuves. Voilà maintenant deux ans que je suis enseignant suppléant et que j’accepte de prêter main-forte à des collègues dépassés. Bien que j’aie développé une capacité d’adaptation du tonnerre, l’absence de ressources dans les écoles m’inquiète au point de remettre en question mon choix professionnel, ma « vocation », dira-t-on. Pendant que je cherche de l’aide en vain parce que les élèves d’une classe d’adaptation scolaire menacent de se battre, pendant que j’essaie de communiquer avec les élèves malentendants d’une classe de maternelle 4 ans avec un microphone hors d’usage et pendant que, à peine bilingue, j’évalue un examen oral d’anglais parce qu’aucun enseignant qualifié n’a été trouvé, je me demande sérieusement sur quoi on est en train de discourir dans les bureaux du Ministère. Le gouvernement affirme qu’il y a de quoi se réjouir : le nombre d’étudiants a bondi dans les facultés d’enseignement. Loin de moi l’amour du pessimisme, mais je crois qu’on pourra bientôt accompagner cette bonne nouvelle d’un bond de décrochage professionnel… Aux lettres que je reçois dans mon courrier de la part du ministre Roberge, qui me demande mon aide en tant qu’enseignant de la relève, je réponds ceci : on fait déjà ce qu’on peut, et il faudra bien plus que des pitchs de vente valeureux pour embrigader la future génération d’enseignants.

À voir en vidéo