Publicité trompeuse du Port

La distribution récente, par le Port de Québec, d’un dépliant dans 75 000 foyers des quartiers centraux intitulé « Laurentia. Un projet de nouvelle génération, respectueux de l’environnement et en harmonie avec son milieu » m’a fait bondir de ma chaise. Le Port ose faire de la publicité à l’aide d’informations inexactes, et des affirmations trompeuses à l’aide de belles photos en couleur.

Ceux et celles qui ont participé aux consultations publiques de l’Agence d’évaluation d’impact du Canada (AEIC) en décembre dernier sont en mesure de constater les arguments contraires à ceux de l’Agence. Celle-ci indiquait clairement dans son rapport préliminaire que le projet était susceptible d’entraîner des « effets environnementaux négatifs importants directs et cumulatifs sur le poisson et son habitat ainsi que sur la qualité de l’air et la santé humaine ».

Pourquoi cette publicité trompeuse ? Le Port se permet même d’alléguer « que le projet n’aura aucun impact notable sur la qualité de l’air », ce qui est complètement contraire aux conclusions des experts scientifiques de l’Agence.

Le promoteur affirme aussi que « c’est en étroite collaboration avec la collectivité que le projet se développe afin de tenir compte des préoccupations et des attentes d’un grand nombre de groupes et d’organismes du milieu ». C’est totalement faux. De nombreux organismes, des conseils de quartier, des élus et des milliers de citoyens ont dit non merci au Port et s’opposent à ce projet polluant, bruyant, poussiéreux et générateur de gaz à effet de serre. Pourquoi les autorités laissent-elles faire cette opération de relations publiques malhonnête ? Respectons le processus fédéral d’évaluation environnementale et terminons le rapport final.

Note de la rédaction

Le Devoir tente cette semaine une nouvelle expérience. Plutôt que d’ouvrir plusieurs textes aux commentaires des lecteurs, nous vous proposons une question à débattre pendant la journée, en lien avec l’actualité. Ce format nous permettra notamment de prendre le pouls de notre lectorat et de nous inspirer de votre participation pour développer des sujets et de répondre à vos questions. Nous regarderons de près les résultats de cette expérience pour voir comment la faire évoluer.



À voir en vidéo