Les vaccins et les évêques canadiens

Le jour même où l’on marquait d’une rose blanche le premier anniversaire de la pandémie qui avait déjà fait plus de dix mille morts au Québec, des journaux rapportaient que les évêques de la Conférence des évêques catholiques du Canada (CECC) déconseillaient aux catholiques canadiens de se faire vacciner.

C’est en effet résumé ainsi le titre du Journal de Montréal de jeudi matin.

Certes, comme dans tout texte ecclésiastique, il y avait, à la lecture, des distinguos que rapporte fidèlement Le Devoir. Ainsi, entre les vaccins acceptables, tels Pfizer et Moderna, et ceux moins acceptables « qui auraient comporté l’utilisation de lignées cellulaires dérivées d’un avortement », soit AstraZeneca et Johnson Johnson, un choix semblait s’imposer.

Qu’importe d’ailleurs l’importance de la nuance, le message est passé tel quel : « Les évêques déconseillent à leurs fidèles d’avoir recours aux vaccins. » La nouvelle brute tombe ainsi dans un public qui attend fébrilement le vaccin depuis des mois. Elle tombe chez les soignants surmenés comme une rupture de solidarité. Elle tombe chez les médecins et les chercheurs comme un désaveu du travail acharné qu’ils poursuivent depuis une année contre la COVID-19. Apporter d’autres nuances — et il y en a — ne réparerait pas ce beau dégât. Telle que titrée, la position de la CECC apparaît assimilable à celle des Témoins de Jéhovah qui s’opposent à la transfusion sanguine.

Quand donc les évêques se doteront-ils d’un(e) conseiller(ère) en communication qui leur ferait prendre conscience du moment et du contexte où ils se prononcent publiquement ? Je les ai entendus souvent se plaindre d’« être mal cités ». Si, comme ils viennent de le faire, ils font abstraction du moment et du contexte, ils mettent la table pour tous ceux et celles qui se sentent en appétit pour « manger du curé ».

En ce jour précis où toute la nation rendait silencieusement hommage à ses dix mille morts de la COVID-19, les circonstances me forcent, en tant que croyante, à dire que les évêques canadiens ont raté une belle occasion de se taire.

À voir en vidéo