Un peu criminel, ne pas se faire vacciner?

À l’heure où arrive la vaccination massive contre la COVID-19, est-ce que cette question se pose sans que la personne qui la pose soit blâmée de la poser, soit accusée de manquer de discrétion ou alors de vouloir emprunter au fascisme ? Où s’arrête (et commence) la liberté individuelle, la responsabilité de chacun et de chacune de se considérer comme faisant partie d’abord d’une collectivité et, conséquemment, de se soumettre aux règles du vivre en société ? Nous ne voudrions sans doute pas nous lancer dans « une chasse aux sorcières » ; nous souhaitons tous préserver une certaine paix sociale, mais nous ne pouvons manquer d’inciter tout le monde à répondre à l’invitation des autorités de la Santé publique.

En tout cas, nous avons tous raison d’estimer que le passeport vaccinal qu’on songe à implanter soulève des questions éthiques dont il faudra débattre.

 

À voir en vidéo