La revitalisation de l’Est passe par nos quartiers

Il y a quelque chose qui m’agace quand on parle de la revitalisation de l’est de Montréal. On dirait que nous n’existons pas. Que les quartiers que nous habitons n’existent pas non plus. Que nous n’attendions que la venue du REM pour nous remettre à vivre. Alors que c’est tout le contraire : Tétraultville existe, Viauville aussi, sans parler de Notre-Dame-des-Victoires ou de Mercier-Ouest ; ce sont des ancrages locaux qui témoignent d’une vie démocratique, communautaire.

Pour revitaliser l’Est, il va falloir tenir compte de toutes ces distinctions, de toute cette vie qui fourmille, de toutes les batailles qui ont cours sur ces territoires. Il va falloir tenir compte de la mobilisation citoyenne qui se poursuit en vue de préserver un espace vert dans le secteur Assomption sud–Longue-Pointe. Il va falloir tenir compte de la volonté des citoyens et citoyennes d’humaniser cette zone industrielle qui jouxte les quartiers Haig-Beauclerck, Guybourg et Maisonneuve. Il va falloir tenir compte du désir de ces mêmes citoyens de faire de la rue Notre-Dame une artère à échelle humaine. Sinon, la revitalisation de l’Est ne sera que la répétition à l’identique de ce que nous ne voulons plus.

À voir en vidéo