Les sacrifiés de la pandémie

L’annonce, la semaine dernière, de nouvelles aides aux entre-prises s’ajoute à plusieurs autres mesures des deux ordres de gouvernement depuis le début de la pandémie. Il n’est pas faux de dire que, sans elles, des mil-liers d’entreprises se seraient écroulées et que ces mesures permettront aux entreprises de réembaucher les employés.

Mais pourquoi si peu de consi-dération envers les salariés mis à pied depuis le mois de mars 2020 ?

La PCU, le chômage, la PCRE, le lien à l’emploi… Des initiatives non cumulables, évidemment, qui se chiffrent entre 500 $ et 573 $ brut par semaine pour les employés.

Ce qui de façon concrète re-présente des dizaines de milliers de dollars en perte de revenus pour ces travailleurs ! Certains secteurs ont été fermés sept mois sur dix depuis mars 2020 !

Des sacrifiés qui sont passés de compréhensifs et solidaires à ruinés et anxieux.

Parents, jeunes professionnels, étudiants… Les profils sont nombreux et les situations variées, mais nous avons tous en commun la même situation précaire ! Nous sommes prisonniers de nos frais fixes, que nous peinons à couvrir avec les aides offertes.

Les secteurs qui ont réussi à se faire entendre, aidés par leurs lobbys et les syndicats, comme l’aéronautique par exemple, ont reçu des enveloppes généreuses « pour aider les employés » !

Dans une perspective d’équité, je propose un geste simple et peu coûteux en liquidités : des crédits d’impôt provinciaux et fédéraux à hauteur des pertes de revenu subies. Simplement.

À voir en vidéo