Ce qui est bon pour un Français…

Tous les soirs, à 18 h 30, j’écoute le bulletin de nouvelles français (sans publicité, soit dit en passant) à TV5 où, sans surprise, la pandémie prend, à peu de chose près, tout l’espace. En vérité, je peux affirmer que rares sont les bulletins où, depuis février 2020, je ne fus pas témoin d’équipes médiatiques présentes au cœur des soins intensifs, au chevet de patients entourés des équipes de soins, qui se dévouent corps et âme, avec compétence, bienveillance et vigilance.

Cela a-t-il à voir avec le sensationnalisme et le voyeurisme médiatiques de bas étage ? Je ne l’ai jamais senti ainsi. J’y ai plutôt vu un rappel fait à la population de l’importance d’observer les mesures sanitaires rigoureuses décrétées par le gouvernement, pour éviter que des citoyens bien portants se retrouvent, malencontreusement, atteints de la COVID, à titre de patients critiques.

Étant donné l’attitude méfiante et fermée des directions politique, sanitaire et hospitalière du Québec quant au droit à l’information juste et transparente du peuple, duquel on exige la docilité et qu’on infantilise, une question se pose : la pandémie n’est-elle pas devenue le prétexte pour les politiques de droite de se mettre à gruger la démocratie ?

À voir en vidéo