Un confinement dangereux

Ainsi, la population entière du Québec sera assignée à résidence de 20 h à 5 h. On a permis à des milliers de personnes, entassées comme des sardines dans des avions, d’aller dans le Sud et d’en revenir ; on a sévi mollement contre des partys de dizaines de personnes. Mais maintenant, une petite marche de santé (mentale) de dix minutes autour du bloc pour chasser quelques idées (parfois très) noires d’insomniaque risquera de se terminer par un « Vos papiers ! » et une amende salée. Pendant le confinement, en France, il était permis de faire une marche d’une heure, seul ou avec les autres membres de son domicile, dans un rayon d’un kilomètre. Pauvre Québec…

6 commentaires
  • Bernard Morin - Abonné 9 janvier 2021 09 h 08

    Toutefois, je note que pour le chien d'abord, et son maître derrière, la chose est posible.

  • Anne Laporte - Abonnée 9 janvier 2021 10 h 12

    Je suis entièrement d'accord avec vous. Cette restriction additionnelle est néfaste pour la santé de la population, tant physiologique que mentale. Mais rien de nouveau sous le soleil! Depuis le début de cette crise le gouvernement se démarque par sa tendance à se montrer obstinément aveugle aux effets pervers des mesures qu'il met en place, de même que face aux angles morts d'ailleurs. J'en profite pour attirer l'attention sur une communication récemment émise par l'OMS et publiée dans nos journaux. Il y était question de la découverte d'un nouveau virus qui pourrait potentiellement provoquer une nouvelle pandémie. Le porte parole de l'OMS soutenait que ce nouveau virus serait bien plus virulent et plus mortel que le COVID-19. Si la possibilité de cette nouvelle pandémie venait à se concrétiser, quelles mesures restrictives additionnelles nos gouvernements pourraient inventer pour tenter de la contrôler? J'aimerais bien lire un article scientifique qui publie les données réelles du taux de mortalité surnuméraire depuis le début de cette pandémie et qui répond à la question suivante: est-ce que toutes ces mesures restrictives se trouvent justifiées par rapport à ce taux de mortalité, de même qu’en fonction du taux réel de létalité?

    • Dominique Boucher - Abonné 9 janvier 2021 16 h 03

      «Si la possibilité de cette nouvelle pandémie [un virus bien plus virulent et plus mortel que le COVID-19] venait à se concrétiser, quelles mesures restrictives additionnelles nos gouvernements pourraient inventer pour tenter de la contrôler?»

      Ça dépend de la dangerosité du virus en question. Pour moi, cette mesure actuelle de confinement est inacceptable en regard des droits de la personne et de ses effets potentiellement délétères sur la santé psychologique des gens. Mais dans un scénario science-fiction dʼun virus, disons, grippe+hiv+ebola (on va dire ici que cʼest possible quʼun tel virus puise exister même si jʼen doute), la donne serait toute autre et ce qui est inacceptable maintenant comme mesures gouvernementales pourrait ne plus lʼêtre alors. Peut-être quʼun confinement même encore plus dur que celui qui nous est imposé serait nécessaire. Ça dépend de la dangerosité de la bibitte.

      Jean-Marc Gélineau, Montréal

  • Marc Therrien - Abonné 9 janvier 2021 11 h 05

    Heureux qui comme un chien


    Ainsi, quand on verra une personne et son chien marcher dehors après 20 heures et la personne ramasser les cacas de son chien, on pourra vraiment se demander qui est le maître de qui.

    Marc Therrien

    • Dominique Boucher - Abonné 9 janvier 2021 16 h 05

      Je vais finir par penser que je devrais peut-être offrir mes services de promeneur de chien dans mon quartier... Hé, hé, hé...

      Jean-Marc Gélineau, Montréal

  • Jean-Guy Aubé - Abonné 9 janvier 2021 21 h 08

    Promener son chien

    Quand je vois un promeneur de chien, je me demande toujours à quel bout de la corde se trouve le chien...