Lettre à nos premiers ministres

Messieurs les premiers ministres Justin Trudeau et François Legault,

Personne ne semble en parler. Encore moins s’en occuper. Les pauvres. Les BS, comme on dit ! Ceux déjà au bas de l’échelle, qui, même en temps normal, doivent faire l’impossible pour joindre les deux bouts.

En ces temps de pandémie où les chèques d’aide aux travailleurs et aux entreprises de tout acabit pleuvent en déluge, dans plusieurs cas avec raison, vous semblez avoir oublié vos pauvres… en plus d’avoir failli à la tâche de protéger vos aînés !

Aujourd’hui, 2 janvier 2021, certains médias indiquent que les voyageurs seront admissibles à une aide financière allant jusqu’à 1000 $. Une mesure pour les aider à assumer la perte de salaire due à la quarantaine exigée au retour de leur voyage.

Cette mesure est révoltante et injuste pour tous les autres citoyens qui apportent leur contribution dans ce combat que nous menons TOUS contre la COVID-19. Injuste et révoltante pour les milliers de travailleurs du réseau de la santé qui montent courageusement au front chaque jour de cette guerre. Injuste et révoltante pour les milliers de familles dont ce virus a emporté un proche. Injuste pour les milliers d’aînés qui meurent emprisonnés dans leur chambre. Non seulement vous permettez que des citoyens quittent le pays pour des raisons non essentielles,mais vous les récompensez d’une aide financière pour assumer des contraintes que VOUS leur imposez. Cette mesure participera à alimenter la division sociale déjà bien présente, quand nous avons besoin du contraire.

En bon social-démocrate, je comprends la nécessité des mesures économiques pour soutenir les travailleurs et les entreprises. Puis-je vous suggérer cependant d’y mettre un peu plus de gros bon sens… et de compassion.

Avec la PCU, un travailleur dont la perte d’emploi était due à la pandémie pouvait toucher jusqu’à 2000 $ par mois, peu importe son salaire. Certains ont donc vu leurs revenus augmenter, tandis que d’autres y ont perdu au change. Par ailleurs, depuis le début de cette crise qui nous affecte tous, le montant d’aide supplémentaire accordée aux prestataires de l’Aide sociale du Québec est de… zéro. Oui ! Zéro ! Plusieurs milliers de vos citoyens continuent donc à vivre avec moins de 700 $ par mois.

Quelle est la logique expliquant cette différence ? A-t-on besoin de 700 $ ou de 2000 $ par mois pour subvenir à nos besoins de base ? À quand un revenu de base universel pour tous vos citoyens ? Et en attendant, à quand un ajustement de l’aide aux plus démunis ? Sinon, pouvez-vous au moins ne pas aller jusqu’à aider les « je-dois-absolument-aller-à-Cuba-deux-semaines-par-année-sinon-je-perds-mon-teint » ?

À voir en vidéo