Lettre à nos premiers ministres

Messieurs les premiers ministres Justin Trudeau et François Legault,

Personne ne semble en parler. Encore moins s’en occuper. Les pauvres. Les BS, comme on dit ! Ceux déjà au bas de l’échelle, qui, même en temps normal, doivent faire l’impossible pour joindre les deux bouts.

En ces temps de pandémie où les chèques d’aide aux travailleurs et aux entreprises de tout acabit pleuvent en déluge, dans plusieurs cas avec raison, vous semblez avoir oublié vos pauvres… en plus d’avoir failli à la tâche de protéger vos aînés !

Aujourd’hui, 2 janvier 2021, certains médias indiquent que les voyageurs seront admissibles à une aide financière allant jusqu’à 1000 $. Une mesure pour les aider à assumer la perte de salaire due à la quarantaine exigée au retour de leur voyage.

Cette mesure est révoltante et injuste pour tous les autres citoyens qui apportent leur contribution dans ce combat que nous menons TOUS contre la COVID-19. Injuste et révoltante pour les milliers de travailleurs du réseau de la santé qui montent courageusement au front chaque jour de cette guerre. Injuste et révoltante pour les milliers de familles dont ce virus a emporté un proche. Injuste pour les milliers d’aînés qui meurent emprisonnés dans leur chambre. Non seulement vous permettez que des citoyens quittent le pays pour des raisons non essentielles,mais vous les récompensez d’une aide financière pour assumer des contraintes que VOUS leur imposez. Cette mesure participera à alimenter la division sociale déjà bien présente, quand nous avons besoin du contraire.

En bon social-démocrate, je comprends la nécessité des mesures économiques pour soutenir les travailleurs et les entreprises. Puis-je vous suggérer cependant d’y mettre un peu plus de gros bon sens… et de compassion.

Avec la PCU, un travailleur dont la perte d’emploi était due à la pandémie pouvait toucher jusqu’à 2000 $ par mois, peu importe son salaire. Certains ont donc vu leurs revenus augmenter, tandis que d’autres y ont perdu au change. Par ailleurs, depuis le début de cette crise qui nous affecte tous, le montant d’aide supplémentaire accordée aux prestataires de l’Aide sociale du Québec est de… zéro. Oui ! Zéro ! Plusieurs milliers de vos citoyens continuent donc à vivre avec moins de 700 $ par mois.

Quelle est la logique expliquant cette différence ? A-t-on besoin de 700 $ ou de 2000 $ par mois pour subvenir à nos besoins de base ? À quand un revenu de base universel pour tous vos citoyens ? Et en attendant, à quand un ajustement de l’aide aux plus démunis ? Sinon, pouvez-vous au moins ne pas aller jusqu’à aider les « je-dois-absolument-aller-à-Cuba-deux-semaines-par-année-sinon-je-perds-mon-teint » ?

11 commentaires
  • Nadia Alexan - Abonnée 4 janvier 2021 02 h 59

    Arrêtons de dorloter les riches au dépend des pauvres!

    Les vrais prestataires du BS sont les grandes entreprises qui ne cessent de quémander de l'aide dans les milliards de dollars, sinon elles font le chantage de fermer.
    En effet, le Québec reste champion des subventions aux entreprises. Le Québec verse deux fois plus de subventions aux entreprises que l’Ontario, en proportion de la taille de son économie. Cette politique n’enrichit pas les Québécois.
    Bien que le Québec ne génère que 19 % du PIB total des provinces, il octroie près de 29 % des subventions versées par celles-ci. Ce recours disproportionné aux subventions ne se traduit pas par un niveau de richesse plus élevé, sinon le Québec serait la province la plus riche du Canada. Pour chaque dollar que Québec perçoit des entreprises privées, au moins 41 cents sont dépensés sous différentes formes de subventions. Tenter de soutenir l’économie à l’aide de subventions entraîne des effets pervers qui nuisent à la croissance.
    Par ailleurs, le Québec Inc. qui nous a tant enrichis ne s’est pas développé par la seule intervention divine du capitalisme. Bombardier, Groupe Canam, Couche-Tard, SNC-Lavalin et bien d’autres ont toutes reçu des coups de pouce des gouvernements à un moment ou à un autre. Le Québec génère 19 % du PIB total des provinces, mais accorde près de 29 % des subventions consenties par celles-ci.
    https://www.lesaffaires.com/strategie-d-entreprise/pme/le-quebec-reste-champion-des-subventions-aux-entreprises-selon-l-iedm/599932

    • Jean-François Trottier - Abonné 4 janvier 2021 08 h 22

      Madame Alexan,
      vous sortez ces chiffres pour la seconde fois, Ce faisant, vous mettez en balance riches contre pauvres dans un bel esprit de dichotomie primaire, en prônant tout le contraire de l'inclusion.

      Cet horrible portrait est fait depuis des citations dont vous placez la source en référence.
      Il s'agit d'un rapport de l'IEDM, un think thank tout ce qu'il y a de néolibéral selon lequel le libre-marché le plus pur est idéal pour l'économie.
      L'économie. Pas les pauvres. Pas les finances publiques. Pas l'économie du Québec en particulier. L'Économie avec un grand E qui veut que l'argent n'a ni odeur, ni provenance, ni barrière.
      "Tenter de soutenir l’économie à l’aide de subventions entraîne des effets pervers qui nuisent à la croissance.", est vrai dans une optique néolibérale seulement.

      Québec inc fut la troisième tentative du gouvernement du Québec pour créer un capital local, justement contre cette vision qui veut qu'on se fout de la provenance du capital en autant qu'on a des jobs, la "belle" vision de Charest quoi.
      Les deux premières tentative sont la nationalisation de l'électricité, pour créer des industries et donc des entreprises ici, et la création de la Caisse de dépôt, à laquelle a largement travaillé Parizeau.

      Il n'est même pas pensable de créer une société sociale-démocrate sans un fort capital local. Sinon, à la moindre hausse de contribution le capital étranger fout le camp, comme on l'a vu quand Marois l'a tenté en 2012. C'est par milliards que les investissements allaient partir et c'est pourquoi elle a reculé pour sa surtaxe.

      Les subventions servent à ça, madame. Créer et conserver le capital ici,
      La réduction que vous exigez, "pour" des pauvres que vous prenez en otage, est une attaque contre Québec inc. pour laisser libre cours au capital international : une république de bananes, rien que ça!

      Votre vision en noir et blanc, très "QS", très simpliste, est surtout très nocive.

    • Nadia Alexan - Abonnée 4 janvier 2021 11 h 01

      Monsieur Trottier: Vous vous contrariez. Oui. La nationalisation de l'électricité et la création de la Caisse de Dépôt étaient un coup de génie par le Parti Québécois et cela bénéficie tous les Québécois. Par contre, la largesse de nos gouvernements successifs néolibéraux aux entreprises, sans condition préalable, qui se prévalent de cadeaux des contribuables et puis comme Rona, Bombardier et d'autres, elles vendent leurs entreprises aux étrangers.
      Cette façon de faire les choses ne bénéficie pas ni les pauvres ni les contribuables. Vous devriez lire le livre de la célèbre fiscaliste, Brigitte Alepin, “Ces riches qui ne paient pas d'impôts."

    • Jean-François Trottier - Abonné 4 janvier 2021 15 h 29

      Je ne me contredis nullement. Les Libéraux me contredisent, ça oui! Ce n'est pas parce que de purs crétins ont été au pouvoir pendant 20 ans que je changerai ma façon de penser.

      En Suède les entreprises ont toujours été moins taxées. Vous avez à y redire?

      La nationalisation de l'électricité et la création de la Caisse viennent du gouvernement Libéral de Lesage, avec Lévesque, Kierans, PJL. Parizeau à l'époque était haut fonctionnaire. Le PQ n'existait pas.

      Je suis souvent en désaccord avec des subventions, qui pourraient dans plusieurs cas être remplacées par des prises d'actions minoritaires dans la corporation pour du capital de risque. Toutefois, le danger est que si ça va mal, le gouvernement peut devenir obligé de continuer à investir, ce qui peut mener à un autre trou comme avec Bombardier aéronautique.

      Bien sûr, j'étais en colère devant les ententes flyées de Charest : aménager complètement un territoire, dont les infrastructures, pour qu'une minière étrangère vienne faire ses profits sans investir un sou... Wow!
      Et bien sûr, chaque subvention ou entente de travail doit être scrutée à la loupe.

      Mais se servir de cas particuliers (surtout venant de l'engeance Libérale!) pour condamner toutes les subventions comme vous le faites est malhonnête, et je refuse en bloc votre façon d'opposer les pauvres aux riches comme si on parlait de vases communicants, à la Reagan.

      En exemple, M. Langlois parle clairement des grossiers cadeaux électoraux de Trudeau face au peu d'aide que reçoivent les plus démunis. Il est clair et concis, sans enflure verbale. J'approuve totalement, et vous en êtes loin.

      L'un des premiers gestes de Legault a été de rouvrir les bureaux régionaux de support aux entreprises fermés pas les Libéraux. Un geste intelligent, et je ne suis pas caquiste. Pour la suite, j'attends les vraies décisions.

      Vos grandes généralisations, dont vos condamnations, sont faciles et inacceptables.

    • Nadia Alexan - Abonnée 4 janvier 2021 17 h 34

      À monsieur Trottier: Vous avez besoin d'approfondir vos connaissances.
      Tous les économistes indépendants sont d'accord que les grandes entreprises ont perdu la tête avec des excès injustifiables. Ce n'est pas moi qui le dise, ce sont Joseph Stiglitz et Paul Krugman, les deux récipiendaires du Prix Nobel pour l'économie, et Thomas Piketty qui déplorent la concentration de la richesse dans les mains de quelques oligarques qui engendre les inégalités dans le monde.
      CBC nous apprend, ce matin, que les PDG les mieux payés ont récolté le salaire annuel moyen des travailleurs avant midi aujourd'hui. Même au milieu de la pandémie du COVID-19, les PDG les mieux payés au Canada ont déjà gagné plus en 2021 que le travailleur canadien moyen ne gagnera toute l'année, selon un nouveau rapport.
      En totalisant les données des sociétés qui se négocient à la TSX, le Centre canadien de politiques alternatives a calculé qu'en 2019, la rémunération totale moyenne des 100 PDG les mieux payés au Canada était de 10,8 millions de dollars. En revanche, le salaire annuel moyen d'un travailleur canadien cette année-là était de 53 482 $, selon Statistique Canada.
      Les 2000 personnes les plus riches du monde détiennent ensemble plus que les 4,6 milliards les plus pauvres: Oxfam.
      Pour remédier à cela, les gouvernements devraient s'assurer avant tout que les riches paient leurs impôts, qui devraient ensuite être utilisés pour payer des équipements tels que l'eau potable, les soins de santé et des écoles de meilleure qualité.
      https://www.cbc.ca/news/business/ceo-pay-canada-ccpa-pandemic-inequality-1.5860425

    • Nadia Alexan - Abonnée 4 janvier 2021 18 h 01

      À monsieur Trottier: un autre conseil amical, vous n'avez pas besoin de diaboliser la personne qui n'est pas d'accord avec vos idées. Les attaques personnelles telles que: «Votre vision en noir et blanc, très "QS", très simpliste, est surtout très nocive», «Vos grandes généralisations, dont vos condamnations, sont faciles et inacceptables», sont blessantes et n'avancent pas le débat. Vous pouvez étaler vos arguments sans pour autant lancer des insultes personnelles. Vous devriez avoir une petite gêne. Une discussion civilisée est beaucoup plus efficace.

    • Jean-François Trottier - Abonné 4 janvier 2021 22 h 39

      Je tiens à répéter. madame, que votre hargne ne passe pas. Si je ne vous le dis pas, qui vous le dira?

      Les gens qui pointent du doigt comme vous le faites, madame, perdent rapidement toute crédibilité dans les lieux de travail. En fait je suis un peu gêné de vous le dire, puisque la grosse farce du gars de bureau qui "trouve des coupables" est usée à la corde.

      Vous m'expliquerez comment je devrais réagir à une personne qui sort les gros gros mensonge du néolibéralisme, et qui ensuite me lance que je me "contredis".
      En vous conseillant des lectures?
      Sûrement pas. Je ne me comporte pas en petit baveux.

      Je me contenterai de me citer. Paraît que ça fait "bien".
      "Votre vision en noir et blanc, très "QS", très simpliste, est surtout très nocive."

      Non mais!

  • Jean-Marc Cormier - Abonné 4 janvier 2021 08 h 44

    Rien de plus

    Rien de plus à dire. Votre texte nous rappelle qu'il y a deux sortes de cohérences: la cohérence des mieux nantis et la cohérence des plus démunis... Et qu'elles ne se rencontrent jamais.
    Vivre avec moins de 700$ par mois, je voudrais bien que ceux qui en perçoivent 9000 et plus soient contraints d'essayer ça durant six mois. Juste ça et rien que ça. Pas dans leur maison, assis sur leur capital. Juste et rien que ça.

  • Sylvio Le Blanc - Abonné 4 janvier 2021 10 h 49

    Lettre pertinente

    Qui pose d'excellentes questions ?

  • Daphnee Geoffrion - Abonnée 4 janvier 2021 13 h 00

    Bon répondre à vos questions:
    Les travailleurs ont reçu 2000$ parce que hors Covid ils participent avec leur impôt et qu'ils font face à la faillite.
    Et oui une compensation aurait dû être donnée au prestataire de bien être social, je ne savais pas que ça n'avait pas été fait.
    La raison pourquoi l'empathie n'est pas au rv dans la population c'est à cause des fraudeurs de bien être qui sont souvent aussi enrageant que les décisions de Trudeau.

    Maintenant oui il faut restreindre l'accès à ceux qui sont capable de travailler, nous avons un manque de main d'oeuvre intense et travailler aide à s'intégrer et developper des compétences et doubler les prestations de ceux, comme vous, qui ne peuvent pas.

    Moi je suis mono parental de 2 enfants t.plein, je souffre de douleur chronique depuis 25 ans, je paye mes épipène une fortune sans aucune assurance ou couverture, mais je peux travailler et je le fais malgré les difficultés pour pas grand chose.
    Chaque personne est résilient à sa façon..

    Mais ce qui m'enrage c'est que le parti qui dit nous représenter, Qs, et pour qui j'ai voté une fois, nous on mis au plus bas de leur liste, nous blancbec priviligiés, leur intervention sont brouillon et trop souvent impertinente..
    Peu d'espoir...j'en suis rendu à faire plus confiance à l'empathie de Legault même si il est à droite que des compétences de la gauche à améliorer les choses..
    Faut le faire!

  • François Beaulne - Abonné 4 janvier 2021 13 h 55

    Trudeau achète la <classe moyenne>

    Votre cri du coeur, M. Langlois, mérite d'être entendu et pris en considération par les gouvernements, notamment par le fédéral qui dispose de la plus grosse poche à piastres et qui dépense à tout venant.
    En réalité, l'approche incohérente, et de plus en plus difficile à suivre de Trudeau en matière de subventions improvisées, vient de ce que cette pandémie du Covid-19 se déroule dans un contexte politique particulier qui est celui d'un gouvernement minoritaire à Ottawa déterminé à faire flèche de tout bois pour survivre et se faire réélire majoritairement.

    Depuis sa prmière élection en 2015, Trudeau s'est voulu cliarement racoleur envers ce qu'il appelle <la classe moyenne>, cette masse floue de citoyens insuffisamment riche pour se classer parmi les privilégiés, mais suffisamment riche pour se distinguer, par ses revenus et son pouvoir de dépenser, des plus vulnéralbles et laissés pour contre.
    Or c'est cette classe moyenne qui constitue la majorité de l'électorat canadien.
    En tenant cette approche Trudeau divise et discrimine en faveur de ceux qu'il pense pouvoir conserver dans son giron électoral.
    D'où cette panoplie de mesures improvisées et <universelles> qui viennent engraisser des personnes qui n'en ont pas besoin, quitte à gonfler de manière indécente les déficits et l'endettement.
    Gageons que Revenu Canada ne se montrera pas trop pressant à l'égard de ceux qui auront de la difficulté à rembourser le trop perçu.
    Trudeau mise sur le taux réduit habituel de participation des plus démunis aux élections pour se maintenir.
    La solution pour faire valoir vos droits et votre existence comme groupe social sera de vous mobiliser et participer en grand nombre au prochain scrutin fédéral pour débarquer Trudeau et ses libéraux!