Je sais pourquoi je me ferai vacciner

L’arrivée des vaccins est une excellente nouvelle, particulièrement en temps de pandémie. Pourtant, plusieurs personnes émettent des réserves. « Dois-je me faire vacciner ? Je n’ai pas confiance, car ces vaccins ont été conçus trop rapidement. J’ai un bon système immunitaire, pas besoin de vaccin… » Ces questions et ces inquiétudes sont légitimes. Comment s’y retrouver, alors ? À mon avis, en laissant de côté nos émotions et en nous renseignant sur les principes de la vaccination. La décision de se faire vacciner ou non doit se baser strictement sur la connaissance.

Pour ma part, je me ferai vacciner, et voici pourquoi. Tout d’abord, je comprends et j’accepte le fait que la vaccination est une affaire de santé publique. Ainsi, je me ferai vacciner pour me protéger, mais aussi pour protéger les autres. Sans être un expert, je sais que certains vaccins sont composés d’un agent pathogène mort ou atténué, comme ceux utilisés contre la rougeole, la varicelle et les oreillons. Les vaccins contre la bactérie responsable de la pneumonie (Streptococcus pneumoniæ) sont composés de très petites quantités de la bactérie. Ces éléments provoquent la fabrication d’anticorps par les lymphocytes B de notre système immunitaire. D’autres vaccins sont faits à partir d’une molécule de l’agent infectieux, comme l’ARNm, qui contient l’information nécessaire à la synthèse de la protéine S du SRAS-CoV-2. Cette protéine déclenchera la réponse immunitaire.

J’ai des craintes, comme tout le monde, mais celles-ci concernent principalement ce coronavirus. Je préfère recevoir un vaccin qui préparera mon système immunitaire contre une éventuelle infection, au lieu de combattre seul cet intrus non reconnu par mes défenses naturelles. Les vaccins peuvent occasionner quelques effets secondaires, comme des rougeurs et des gonflements à l’endroit où l’injection a été faite, une légère fièvre, mais ces désagréments sont généralement de courte durée. Le rapport bénéfice/risque en faveur de la vaccination me permet d’envisager des jours meilleurs quant à ce coronavirus.

À voir en vidéo