Aide médicale à mourir: le blocage des conservateurs

Le Parti conservateur bloque l’adoption des modifications à la loi portant sur l’aide médicale à mourir (AMM). Jusqu’à maintenant, les reports successifs demandés par le gouvernement fédéral ont obligé les personnes du Québec qui ne répondent pas au critère de fin de vie à se tourner vers les tribunaux pour obtenir l’AMM, avec tout ce que cela implique : faire une demande d’aide médicale qui recevra le refus de deux médecins (processus judiciaire oblige), engager une avocate ou un avocat qui détient une expertise dans ce genre de dossier, investir financièrement dans le processus juridique, ce qui n’est pas à la portée de toutes et de tous (l’aide juridique est de moins en moins accessible), faire de nombreuses démarches pour la préparation du dossier, comparaître en cour avec tout le stress que cela comporte pour une personne déjà gravement malade.

Ma sœur aînée a reçu l’AMM le 23 octobre dernier. Elle a dû se résoudre à passer à travers tout ce processus qui aura pris… près de huit mois (elle souffrait d’une maladie neurodégénérative non létale depuis plus de 20 ans). J’ai été la témoin privilégiée de tout le processus vécu par ma sœur et je peux vous assurer que les remparts réclamés par le Parti conservateur sont là. Ce sont les médecins de famille, les infirmières et les travailleuses sociales qui accompagnent leur patiente ou leur patient, la plupart du temps depuis de nombreuses années.

À voir en vidéo