Une solution pour protéger l’héritage des Sulpiciens

Deux événements récents liés aux Sulpiciens concernant la bibliothèque Saint-Sulpice et les archives conservées au vieux séminaire ont illustré de nouveau la fragilité des institutions qui soutiennent notre histoire culturelle et nationale. Le tollé et l’indignation suscités chez les politiciens, les journalistes, les archivistes, les historiens, les bibliothécaires par ces situations déplorables n’ont apparemment donné suite à aucune action selon la méthode pratiquée au Québec pour détruire, en douce, notre patrimoine.

Pourquoi ne pas réunir deux œuvres des Sulpiciens en logeant les archives du séminaire qui relatent l’histoire de Montréal depuis leur arrivée en 1657 dans la bibliothèque Saint-Sulpice, qu’ils ont fait construire au début du XXe siècle ? On pourrait y ajouter les archives des communautés religieuses qui cherchent un abri en raison de la fermeture de leurs institutions. Cette solution assurerait à la fois la conservation d’un bâtiment remarquable et la sauvegarde d’archives précieuses dont la consultation serait facilitée.

Notre collectivité est-elle à ce point pauvre et dépourvue pour se contenter de l’inaction ou, pire, serait-elle indifférente ou méprisante à l’endroit de son histoire ?

9 commentaires
  • Rose Marquis - Abonnée 11 décembre 2020 08 h 15

    Bonne idée

    Je me répète : Quelle bonne idée! Espérons qu'il y ait des décideurs qui y croient et agissent en conséquence!

  • Marcel Vachon - Abonné 11 décembre 2020 09 h 50

    Super

    Qu'elle belle proposition. Ça me semble tellement logique et être une solution à de nombreux problèmes. Bravo.

  • Fréchette Gilles - Abonné 11 décembre 2020 09 h 55

    "Notre collectivité est-elle à ce point pauvre et dépourvue pour se contenter de l’inaction ou, pire, serait-elle indifférente ou méprisante à l’endroit de son histoire ?"
    Bien oui ! Et depuis longtemps, surtout si ceci se rapporte à l'histoire de la Nouvelle-France et même après.
    " Un peuple sans histoire et sans culture". (Durham)

  • Jean-Charles Morin - Abonné 11 décembre 2020 09 h 56

    Une très bonne idée qui a toutes les chances de reste lettre morte.

    Les archives des Sulpiciens à la bibliothèque Saint-Sulpice. Je seconde cette proposition qui fait plein de sens dans tous les sens.

    Malheureusement, c'est justement parce qu'elle fait plein de sens que nos bons fonctionnaires, gestionnaires de bâtiments vides dont ils ne savent pourtant que faire, ne la retiendront pas. Dommage.

    • Gilles Théberge - Abonné 11 décembre 2020 15 h 25

      En effet monsieur Morin, je suis d'accord avec vous.

      Les gens n'ont pas idée de toutes les petites guerres de pouvoir qui se trament dans les offcines gouvernementales.

      C'est désolant, mais ou il ya de l'homme...

  • Sylvio Le Blanc - Abonné 11 décembre 2020 13 h 54

    Madame, vous posez la question suivante :

    « Notre collectivité est-elle à ce point pauvre et dépourvue pour se contenter de l’inaction ou, pire, serait-elle indifférente ou méprisante à l’endroit de son histoire ? »

    Excellente question. Il y a quelques années, j'ai visité la vieille prison de Trois-Rivières avec une connaissance. J'ai trouvé l'expérience fort intéressante. En marchant à l'intérieur des murs, nous avions l'impression d'étouffer. Quelle ne fut pas ma surprise d'entendre ma connaissance dire qu'il faudrait raser cette bâtisse. Le con détient pourtant un bac en sociologie. Si lui, un bachelier, méprise à ce point nos rares édifices patrimoniaux, imaginez les Québécois qui n'ont pas la culture suffisante pour en jauger l'importance.

    https://www.tourismetroisrivieres.com/fr/quoi-faire/vieille-prison-de-trois-rivieres