Un rappel littéraire

À Guy A. Lepage qui s’étonnait du regain d’intérêt pour la poète américaine Emily E. Dickinson lors de l’émission Tout le monde en parle, je viens signaler la parution de La dame blanche de l’écrivain français Christian Bobin chez Gallimard en 2007, dans la collection L’un et l’autre. Ouvrage très bien documenté, intéressant du début à la fin. Il y dit : « La vie d’Emily a été spectaculairement invisible. »

Et voilà que l’une des nôtres remporte un prestigieux prix pour l’avoir rappelée à notre mémoire. Et si c’était là une connexion directe avec la menace de reconfinement total qui plane sur nos têtes ?

4 commentaires
  • Yvon Montoya - Inscrit 9 décembre 2020 05 h 57

    Etonnant que G. Lepage soit étonné? Il y a pourtant une belle et solide thèse publiée en 2016 par Françoise Delphy au titre de « « « Emily Dickinson poète : dans la poche du kangourou ». Puis la correspondance. Bizarre d’y mêler le confinement? Le roman de Dominique Fortier est sympathique mais mieux vaut lire Dickinson tout simplement. La poésie est un lieu essentiel. Merci.

    • Jean-Charles Morin - Abonné 9 décembre 2020 11 h 46

      Autant je suis habitué à diverger d'opinion avec Monsieur Montoya quant à l'idéologie, autant je suis d'accord avec lui quant au littéraire.

  • Gilbert Turp - Abonné 9 décembre 2020 13 h 02

    Et la pièce magistrale de Michel Garneau...

    « Émilie ne sera plus jamais cueillie par l'anémone », tel est le titre de la pièce de Michel Garneau, à mon avis un chef d'œuvre de théâtre intimiste. La pièce fut créée par les regrettées Michelle Rossignol et Monique Mercure, à la cinquième salle de la place des arts.
    Le texte, d'une profonde poésie et d'une vérité humaine sans faille, explore la relation d'Émily, la confinée à sa cuisine et son jardin, avec sa sœur une concertiste qui voyageait sans cesse pour jouer sa musique en tournée en Amérique et en Europe.
    Contraste émouvant de deux sœurs qui s'aiment et se respectent dans leur choix respectif.
    Et finale bouleversante.

  • Mathieu Lacoste - Inscrit 9 décembre 2020 13 h 59

    « La vie secrète d’Emily Dickinson » par Jerome Charyn

    Laissons le seul critique littéraire que compte la Belle province nous présenter l'œuvre de Jerome Charyn qui présente l'œuvre de ce grand poète:

    « Emily Dickinson: Un crayon dans la poche », par Robert Lévesque, 10 avril 2014

    Réf.: https://revue.leslibraires.ca/chroniques/litterature-etrangere/emily-dickinson-un-crayon-dans-la-poche/