Se confiner maintenant!

À mon humble avis, c’est maintenant qu’il faut se confiner, avant que la situation ne devienne incontrôlable et que les hôpitaux ne puissent plus répondre à la demande. Les nombreux nouveaux cas entraîneront inévitablement plus d’hospitalisations dans les prochains jours ou les prochaines semaines. Prendre des décisions uniquement en fonction de l’économie risque justement d’aggraver la situation économique. En ce moment, c’est la santé qui prévaut. La crise est d’abord sanitaire. On a déjà sacrifié (le mot n’est pas trop fort, malheureusement !) des milliers de personnes âgées, c’est plus qu’assez. Il faut aussi préserver les travailleurs de la santé et tous ceux qui donnent sans relâche depuis le mois de mars.

Il faut accepter un coût économique inévitable et un appui gouvernemental plus important pour les PME ainsi que pour les travailleurs et travailleuses au chômage forcé. Il y aura un boom économique qui suivra, comme après toute guerre ! Aussi, il faut accepter que les enfants et les étudiants prennent un certain retard dans les études. La pandémie leur donne présentement de nouvelles leçons de vie, ce qui compense, en quelque sorte. La situation est exceptionnelle, il est temps de mettre de la flexibilité dans les programmes et d’abaisser les tensions. On se reprendra après la pandémie ! Plus vite on la contrôlera, plus on aura le temps de se remettre d’ici la fin de l’année scolaire.

Se confiner maintenant jusqu’au 24 décembre et célébrer ensuite les Fêtes, avec modération bien sûr, serait excellent pour le moral (on en a tous besoin !) et permettrait de chasser le virus en bonne partie en attendant les renforts, c’est-à-dire les vaccins. On achètera les cadeaux en 2021 pour fêter la fin de la pandémie !

1 commentaire
  • Pierre Robineault - Abonné 9 décembre 2020 12 h 31

    Humble avis, dites-vous?

    Bien au contraire, il s'agit là très exactement de ce que j'aurais aimé entendre depuis trop longtemps de la part de nos dirigeants.
    Merci beaucoup, madame !