Les enseignants et la laïcité

La Loi sur la laïcité de l’État serait discriminatoire, selon le juriste Rémi Bourget, qui représente la Fédération autonome de l’enseignement. Pire encore, elle serait aussi comparée aux lois de Nuremberg sous Hitler. Franchement déstabilisant comme comparaison !

Rappelons que la FAE compte parmi ses membres plus du tiers des enseignants québécois. Cette prise de position, qui instrumentalise certaines communautés religieuses, me met de plus en plus mal à l’aise.

Une majorité silencieuse d’enseignants, débordés par leur tâche quotidienne, n’ont tout simplement plus le temps de prendre part à cet enjeu sociétal par l’entremise d’assemblées syndicales. Pourtant, cet enjeu est déterminant pour assurer la neutralité du geste d’enseigner.

La réalité du terrain nous envoie aussi un autre message ; soit celui de l’importance de la laïcité de L’État dans nos institutions scolaires. Devoir de réserve oblige !

En n’adhérant pas à la Loi sur la laïcité de l’État (loi 21), la centrale syndicale semble occulter la mission première de l’école ; soit d’instruire et d’éduquer nos élèves, et ce, dans un contexte de neutralité.

Neutralité qui se veut inclusive puisqu’elle nous impose un devoir de réserve envers nos étudiants et leur assure, ainsi, une liberté de penser et d’agir en toute conscience. Dans ce contexte, les signes ostentatoires ne devraient tout simplement pas avoir leur place dans une salle de cours. Toutes religions confondues !

Rappelons-nous que la majorité des Québécois, de toutes les origines, ont appuyé à plus de 70 % la loi 21. Il est donc permis de croire que cette statistique représente la proportion d’enseignants adhérant à la Loi sur la laïcité de l’État. Il faudrait peut-être les écouter. Représentativité oblige !

28 commentaires
  • Nadia Alexan - Abonnée 8 décembre 2020 01 h 27

    Effectivement, le droit de réserve oblige.

    Toutes personnes raisonnables provenant de tous les horizons et de toutes les cultures trouvent qu'il n'y a pas de place pour le prosélytisme politique ou religieuse dans l'enseignement.
    Si l’on n’a pas le droit d'afficher nos allégeances politiques pendant les heures de travail, ça va sans dire que l'affichage de signes religieux n'a pas de sens dans l'enseignement censé être neutre. Le bon sens doit prévaloir.

  • Mathieu Lacoste - Inscrit 8 décembre 2020 04 h 40

    « [Soixante-dix pour cent des] Québécois ont appuyé la loi 21. Il faudrait peut-être les écouter.»



    Mais pourquoi donc les croyants devraient-ils écouter cette majorité de mécréants qui se complaît dans le péché sans se soucier de leur salut (sic)?

    • Denis Drapeau - Abonné 8 décembre 2020 09 h 12

      M. Mathieu Lacoste

      Peut-être simplement parce que la seule fois ou la FAE a consulté l'ensemble de ses membres sur cette question, ils ont majoritairement opté pour la laïcité. C'est déjà une raison suffisante me semble-t-il.

  • Yvon Montoya - Inscrit 8 décembre 2020 06 h 58

    Pour le procès de Nuremberg alors pour plus d’info objective voir l’article subtil de Yves Boisvert au titre de « Procès d’intention » dans La Presse d’aujourd’hui. Ne comptez pas sur Mathieu Bock-Côté ( encore moins R. Martineau) car delui-ci défend la messe catholique comme résistance et tradition (comme si le voile n'était ni spiritualite ni résistance a la modernite? Pour le texte de MBC alors on peut aller sur le site anti-laique qui prône le retour de la monarchie royaliste que vous trouverez a cette adrsse: jesuisfrancais.blog. Merci.

    • Françoise Labelle - Abonnée 8 décembre 2020 15 h 03

      Vous avez raison, M.Montoya, si MBC défend la pratique de la messe et les valeurs rétrogrades dites «chrétiennes», il aurait intérêt à lire ou à écouter Olivier Roy, spécialiste français des religions. Les populistes européens et l'américain n'ont aucun atome crochu avec Rome. Et le voile est effectivement le retour d'un archaïsme comme mécanisme de défense inepte. La religion sans culture mène aux slogans et aux fanatismes. Roy est aussi l'auteur de «La Sainte Ignorance. Le temps de la religion sans culture» 2008.
      «L’Europe est-elle chrétienne d’Olivier Roy ?» eglise.catholique.fr, 30 janvier 2019.

    • Jean-Charles Morin - Abonné 8 décembre 2020 22 h 35

      "Pour le texte de MBC alors on peut aller sur le site anti-laique qui prône le retour de la monarchie royaliste " - Yvon Montoya

      Monsieur Montoya, vous tentez ici de culpabiliser par association. Ce n'est pas à votre honneur. Si le texte de MBC était repris et diffusé sur le site de "À babord", l'accuseriez-vous d'être communiste?

  • Bruno Charette - Abonné 8 décembre 2020 07 h 20

    Erreur sur la personne?

    Je ne suis pas un fan de mon syndicat, mais n'est-ce pas l'avocat de la Coalition Inclusion Québec qui a comparé la loi 21 aux lois de Nuremberg. Après vérification, je suis incapable de trouver quoi que ce soit sur Bourget à ce sujet. Si vous avez une source, manifestez vous, s'il vous plait.

  • Brigitte Garneau - Abonnée 8 décembre 2020 08 h 24

    "Il faudrait peut-être les écouter"

    Il est là tout le problème de notre société actuelle. Sa capacité d'écoute est réduite à néant. D'ailleurs, posons-nous sérieusement la question: formons-nous encore une société? Une société est un ensemble de citoyens ayant des idées et une philosophie commune qu'ils partagent afin de former le NOUS qui nous permet d'avancer. Force est de constater aujourd'hui que notre société en est une d'amalgames, de divergences et de différences qui fait la sourde oreille à tout ce qui représente une MICRO différence à son dogme ou sa théorie. D'ailleurs prenez bonne note que le MICRO (plus petit que petit) est aujourd'hui synonyme de force,grandeur et puissance. Et pour faire un mauvais jeu de mots, il est indéniable de constater que de nos jours chacun ( individu ou groupe) est prêt à tout, même la plus basse des bassesses, pour "s'approprier le MICRO " et de crier bien fort dans celui-ci jusqu'à ce qu'il soit impossible de s'entendre (au propre) et de s'entendre (au figuré).