Un vieux problème

La langue française est en net déclin à Montréal et ailleurs au Québec. Loin de diminuer, le problème semble s’amplifier. Je suis âgé de 70 ans, et la discussion sur l’utilisation de plus en plus restreinte de l’usage de la langue française ne semble pas vouloir diminuer. Des femmes et des hommes anglophones peuvent vivre jusqu’à 90 ans sans jamais utiliser un seul mot de français. Mis à part une nouvelle et peu probable revanche des berceaux dans une décennie ou deux, Montréal sera définitivement anglophone. Cette hypothèse, bien que triste pour certains d’entre nous, est plus que probable. So have a nice day.

1 commentaire
  • Patrick Boulanger - Abonné 20 novembre 2020 09 h 19

    « Des femmes et des hommes anglophones peuvent vivre jusqu’à 90 ans sans jamais utiliser un seul mot de français. »

    À défaut de se donner un pays, si les francophones n'avaient pas cette facheuse habitude de passer à l'anglais dès qu'ils en ont l'occation, moins d'anglophones vivraient dans leur bulle linguistique.