Félicitations à Solange Chalvin

J’aimerais féliciter l’ex-collègue du Devoir pour l’honneur qui lui a été conféré par le gouvernement du Québec en lui accordant le prix Georges-Émile-Lapalme pour la promotion de la langue française, au début de novembre.

La remise des Prix du Québec pour la science et la culture a été quelque peu occultée par les élections américaines qui ont occupé toutes les salles de rédaction le lendemain, 4 novembre, de sorte que les lauréats de ces prix prestigieux n’ont pas eu le rayonnement médiatique qu’ils méritent. En ces temps où le Québec est malheureusement en train de se « réangliciser », il n’est pas superflu de rappeler les efforts gigantesques mis en œuvre pour franciser les milieux de travail et la société québécoise dans son ensemble, après l’adoption de la Charte de la langue française en 1977.

La rédaction du Devoir est une grande famille solidaire. À titre d’ex-collègue de Solange Chalvin, j’aimerais souligner que le prix qui lui a été décerné rejaillit sur nous tous puisqu’il mentionne sa défense de la langue française au sein même du journal Le Devoir, où elle a travaillé pendant une vingtaine d’années ; de même que sa contribution remarquable à l’essor et à la promotion du français à titre de directrice des bureaux régionaux, puis de directrice de la francisation des entreprises, de l’administration et des ordres professionnels et, enfin, des services linguistiques de l’Office de la langue française (aujourd’hui OQLF).

Mme Chalvin a aussi publié, avec son mari Michel Chalvin, un essai, Comment on abrutit nos enfants, aux Éditions du jour (1962), réédité l’année suivante, qui a fait grand bruit au Québec. Ce texte-phare des années 1960 a contribué à purger les manuels scolaires des écoles publiques des dizaines de fautes de français qu’ils contenaient et des exemples abêtissants suggérés aux enfants dans de nombreuses matières.

Le prix Georges-Émile-Lapalme vient couronner la double carrière exemplaire de Solange Chalvin comme journaliste et comme cadre supérieur de la fonction publique du Québec. Bravo Solange !