La responsabilité du Parti républicain

Plusieurs des éditoriaux et des chroniques récents du Devoir condamnent, avec raison, les bassesses invraisemblables et absurdes de Donald Trump dans sa négation du résultat des élections présidentielles.

De mon point de vue, Trump et les soixante et onze millions d’Américains qui ont voté pour lui sont presque innocentés, car lui-même, Trump, et ces « voteurs » souffrent d’ignorance collective. Trump, lui, comme vrai démagogue, croit ses mensonges dur comme fer, la « meute Trump », elle, pourrait facilement croire que la terre est plate si Trump insistait. Alors de le croire pour des mensonges liés aux élections est de la petite bière !

Disons donc charitablement et avec indulgence que l’ignorance collective américaine est le prétexte qui justifie cette poursuite du déni de l’élection de Joe Biden.

En revanche, le Parti républicain, lui, n’est pas composé d’idiots et ne souffre pas d’ignorance. Ces républicains, majeurs et vaccinés, sont vraiment ceux qui permettent de perpétuer cette ignorance collective dans le bon peuple. Évidemment, ils comprennent bien que de lancer cette viande avariée pour Trump nourrit la maladie du démagogue qu’ils craignent comme des lâches.

Je termine avec un mot de Dante qui va comme un gant aux Mitch McConnell, Lindsey Graham et leurs semblables.

« Dans l’enfer, les places les plus brûlantes sont réservées à ceux qui, en période de crise morale, maintiennent leur neutralité. »

8 commentaires
  • André Leclerc - Abonné 13 novembre 2020 08 h 22

    Trump est tout de même imputable

    Pourquoi le vingt-cinquième amendement n’est-il pas invoqué pour remplacer rapidement Trump par Pence d’ici le 20 janvier? Initier la procédure avant que Trump s’octroie un pardon présidentiel. D’autant plus que ses agissements et son absence dans la conduite responsable de l’État incluant la gestion nationale de la COVID et une transition adéquate n’aideront pas sa cause. Il ne veut pas se résigner à l’évidence car la suite s’annonce difficile lorsqu’il aura perdu son immunité; les humiliations pourraient bien se succéder une fois redevenu simple citoyen.
    Il est temps pour tous les sénateurs, spécialement les sénateurs Républicains, d’agir afin de limiter les dégâts et prévenir des actions impulsives habituelles chez lui qui pourraient bien avoir des conséquences majeures pour la suite des choses. Trump n’est pas censé être le patron des Républicains au Congrès. Il est censé y avoir séparation des pouvoirs; le « check and balance » prévu par la Constitution. Ils n’hésiteraient sans doute pas si le président sortant était Démocrate. S’il y a division dans la population américaine, l’inaction et le manque de cohérence au Congrès ne peuvent qu’aggraver cette division.
    L’absence de contrôle et le refus d’une gestion adéquate sont prémédités dans son cas. Trump renie ainsi son serment à la Nation. Après le 20 janvier, sera-t-il imputable de la situation sanitaire aux USA en raison de sa position irresponsable? « N’ayez pas peur du virus » disait-il à sa sortie « lumineuse » et ultra médiatisée de l’hôpital. On savait bien que c’était un danger public.
    Biden a beau avoir une longue expérience de l’appareil gouvernemental et ses entrées au Sénat, ça ne règlera pas tout. La transition retardée sera un boulet au pied du Président autant qu’à celui du Congrès et les appels de Trump mobilisent déjà ses supporters contre la nouvelle administration. Retirez l’abcès avant que l’infection ne se répande davantage.

  • Cyril Dionne - Abonné 13 novembre 2020 10 h 54

    Vous n'avez rien compris; il faut un recomptage judiciaire dans tous les états

    « Ben » oui, tous les éditoriaux et les chroniques récents du Devoir, qui sont à gauche toute, condamnent Donald Trump. « Ben » oui, les 72 millions qui ont voté pour Trump sont des déplorables sans éducation et souffrent d’ignorance collective. En passant, l’establishment du parti républicain a tout fait pour éliminer Trump de la course en 2016 quitte à produire une vidéo deux semaines avant l’élection pour qu'il se désiste.

    Bon, ceci dit, les élections de 2020 sont parsemées d’actes frauduleux et on peut se questionner sur la légitimité de certaines victoires dans les états clés. On a dénoté plus de 23 types de fraudes commises lors du scrutin de novembre 3. Oui, les morts votent encore aux États-Unis. On a pris les bulletins de vote par la poste qui avaient été rejetés pour les utiliser ensuite comme bulletins de vote provisoires. En plus, on a dénoté plus de 6 types d'anomalies statistiques qui nous fait questionner plusieurs résultats électoraux, sinon, l'élection entière.

    « Ben » oui, des problèmes informatiques qui semblaient toujours aller dans la même direction, bénéficiant à Biden et non à Trump. Le logiciel de classement des votes de Dominion Voting Systems, utilisé par 30 États pour suivre et ajouter des votes, est particulièrement préoccupant. Andrew Appel, professeur des sciences informatiques à l’Université Princeton, avait émis ses mises en garde dans une séance au Congrès en 2012 vis-à-vis ces appareils de votation. Il disait que c’était très facile de pirater ces machines avec des algorithmes simples avec des clés USB. Le tout pouvait être accompli en moins de 5 minutes et nul besoin d’une formation poussée pour le faire. En plus, la machine à voter, la Dominion ImageCast Evolution qui a été utilisée partout, a un sérieux défaut de conception: après avoir marqué votre bulletin de vote et l’avoir examiné, l’appareil en question peut imprimer plus de votes semblables.

    https://www.cs.princeton.edu/~appel/

    • André Leclerc - Abonné 13 novembre 2020 14 h 17

      M. Dionne,
      Il est temps de cesser de vous alimenter d’informations fausses et de les relayer constamment.
      1- Les électeurs qui ont voté Trump ne sont pas considérés comme des idiots ignares. Ce n’est pas de cette façon que la majorité des Démocrates voient leurs concitoyens avec qui ils partagent leur travail et leur vie. Nul doute que Trump est charismatique et qu’il a réussi à polariser une population avec des affirmations fausses. Ce n’est quand même pas Biden qui a qualifié Trump d’Élu ou qui a inventé les faits alternatifs.
      2- Selon un article paru le 11 novembre dans le NYTimes, ni les machines ni les logiciels de Dominion Voting Systems n’ont été la cause d’imprécision dans le décompte des votes. Il s’agissait dans un cas d’une erreur humaine dans la configuration des rapports (et non du décompte) et d’autres cas de ralentissements dans le processus de décompte (https://www.nytimes.com/2020/11/11/technology/no-dominion-voting-machines-did-not-delete-trump-votes.html). La « conspiration » a été relayée par Trump et Giuliani en a ajouté en disant qu’il était en contact avec un « whistle blower ». Aucune preuve cependant et vous faites confiance à ces deux-là? En admettant que les allégations de 2012 aient été fondées, vous ne pensez pas que les erreurs de logiciels n’auraient pas été corrigées depuis et qu’il n’y aurait pas eu de vérifications avant les élections subséquentes?
      3- Les agences de surveillance considèrent que les élections ont été sûres : https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1749207/etats-unis-autorites-electorales-aucune-preuve-bulletins-perdus-modifies
      Aucune allégation de l’équipe Trump n’a encore été démontrée. Trump perd toute crédibilité et peu à peu ses appuis au fur et à mesure des démonstrations de fausses dénonciations. Lyndsay Graham, qui n’est pas l’un des pires ennemis de Trump, est d’accord pour que Biden ait accès aux briefings classifiés. Ce n’est pas parce qu’il croit que Trump sera là pour un deuxième mandat.

    • Hélène Paulette - Abonnée 13 novembre 2020 14 h 57

      Dommage que la pandémie vous empêche d'aller tout recompter vous-même...

    • Gaetan Toupin - Inscrit 13 novembre 2020 16 h 22

      Ben oui, les élections sont frauduleuses et cela a causé la défaite de Trump...

      Juste bizarre que ces supposés fraudes ont oublié de faire perdre décisivement le sénat au Républicain!!!

    • André Cotte - Abonné 13 novembre 2020 21 h 41

      Je crois que celui qui n'a rien compris c'est vous.

  • Françoise Labelle - Abonnée 13 novembre 2020 11 h 59

    Le calcul des républicains

    Ils espèrent que les trumperies sur la validité de l'élection (des milliards de votes trumpiens ont disparu!) amèneront des fonds et mobilisera l'électorat géorgien pour gagner les deux sièges en jeu au sénat. Certains pensent qu'ils attendent que la bête blessée s'épuise et d'autres pensent qu'ils ont peur des sursauts de la bête qui les a hypnotisés.
    Le Bulwark regroupe des républicains anti-trump et ne manque pas de fustiger les républicains pour leur mollesse et l'abandon de leur sens des responsabilités. Mais Trump a fait l'affaire des républicains même s'ils en ont peur. L'électorat trumpien est diversifié. Certains ont voté pour Trump en se tenant le nez, parce qu'ils profitent de ses programmes (la classe moyenne supérieure), des nominations à la cour suprême (la droite «chrétienne») ou parce qu'ils ont réellement peur des communistes comme nous.
    Jared, qui a fait rigoler en déclarant que son beau-père avait libéré les USA de la tyurannie des médecins alors que la pandémie est hors contrôle, avait bien résumé la philosohie de Trump: Peu importe ce que je fais, parlez de moi. Plus je déraille, plus on parle de moi.

  • Jacinthe DiGregorio - Abonnée 14 novembre 2020 06 h 36

    Décompte truqué

    En 2016 Trump piaffait et se plaignait que les élections étaient ''rigged'' ou truquées tant et aussi longtemps que Clinton le devancait au décompte. Puis, pouf!, Trump a gagné. Il a arrêté de se plaindre et les élections n'étaient plus truquées.

    Les élections sont truquées quand il ne gagne pas.