Gauche épouvantail

À la suite de l’élection de Trump en 2016, les lecteurs du Devoir avaient pu apprécier, s’ils ne le connaissaient pas déjà, ce paragraphe de John Steinbeck que j’avais eu le plaisir de leur rapporter dans cette section réservée aux lecteurs et qui est le suivant : « Le socialisme ne s’est pas implanté aux États-Unis parce que les pauvres ne se considèrent pas comme des prolétaires exploités, mais comme des millionnaires qui sont temporairement dans l’embarras. »

Eh bien, cette aspiration à devenir millionnaires inséminée, pourrait-on dire, dans l’esprit des Américains a sûrement joué encore en 2020. Fascinés qu’ils aient pu être par un milliardaire, il n’était certainement pas encore question pour eux de rêver de justice sociale et/ou de redistribution de la richesse.

On lisait il y a quelques jours que le Californien Kevin McCarthy, chef de la minorité à la Chambre des représentants, plastronnait. Celui-ci se vantait d’avoir contribué à réduire, contre toute attente, le nombre de sièges composant la majorité démocrate à la Chambre basse du Congrès, attribuant une partie de ce succès à la gauche démocrate et à l’une de ses figures de proue, Alexandria Ocasio-Cortez, présentée comme un terrible épouvantail, comme la communiste dont il fallait se passer.

11 commentaires
  • Serge Lamarche - Abonné 12 novembre 2020 06 h 02

    Réactionnaires

    Bien sûr. Et Trump lui-même a été élu en réaction à l'élection inattendue d'Obama.

  • Yvon Montoya - Inscrit 12 novembre 2020 06 h 23

    De plus dans le parti démocrate la chicane vient de prendre sur cette problématique pleine de confusion surtout d’ignorance abyssale. La confusion entre deux notions celle du progressisme avec celle du socialisme à la sauce dite «  communiste ». Tout l'Occident est à Droite toute avec un système d’exploitation capitaliste terriblement prédateur, ses médias, mais on continue à repousser les progressistes qu’on déguise en monstres socialistes. Tous les spécialistes du marxisme et de la longue histoire pour le progrès social ( la laïcité par exemple ou l'éducation gratuite, la santé publique etc.) se tirent les cheveux face à tant d’ignorance flagrante. Bref pas de Lenine à l’horizon ni de Staline mais une société surveillée par le système informatique Internetisé, des milliardaires/ millionaires à profusion avec des tonnes d’exclus et une planète quasi morte, des GAFA puissants et maitres du jeu politique, un tyran au pouvoir aux USA mais aussi du nationalisme populiste de Droite partout en Europe Et pendant ce temps-la la confusion progressiste/ revolutionnaire socialiste nous oblige à mette l’espoir hors de nos vies, hors de notre portée. Nous sommes « embarqués » dira le poète Rilke en disciple de Pascal mais dans nos temps aucune élégie ne pourra nous sauver...en cela le poète Holderlin aurait eu tort. Merci pour votre texte.

  • Françoise Labelle - Abonnée 12 novembre 2020 08 h 08

    Seule la «gauche» est dangereuse?

    Les nouvelles du sud devraient soulever plus d'inquiétude que l'épouvantail du bolchevisme. Trump limoge massivement à la défense. Certains se demandent s'il s'agit d'une préparation pour un coup ou simplement d'un camouflage des trumperies en Ukraine et du retrait précipité en Afghanistan pour des raisons électorales.
    «The Lame-Duck Massacre» The Bulwark 11 nov.
    Selon Politico, Trump se prérarerait à passer par décrets un agenda de droite sur l'immigration, le commerce, la santé, la Chine et les institutions scolaires. Après tout, son coup à la cour suprême a bien onctionné grâce à la passivité d'un sénat endormi au gaz.
    «Trump aides privately plot a flurry of moves in their final 10 weeks» Politico, 12 nov.

    Le Québec devrait envisager l'annexion de la côte est (NY, Maine, Vermont, etc.); l'Ontario, le Michigan, l'Illinois et le Wisconsin. La Colombie annexerait la côte ouest et nos mitoyens ramasseraient le midwest conservateur. Et voilà! Un peu d'humour ne nuit pas.

  • Cyril Dionne - Abonné 12 novembre 2020 08 h 16

    « Le vice inhérent au capitalisme consiste en une répartition inégale des richesses. La vertu inhérente au socialisme consiste en une égale répartition de la misère. » Winston Churchill

    C’est apparent que M. Martin n’a jamais séjourné aux États-Unis et parler à de vrais américains. Le rêve américain est toujours présent et tous y croient. Pour eux, que John Steinbeck aille se coucher. La Floride a été acquise par Donald Trump parce que les Latinos ont voté en masse pour lui. Ils n’ont que faire du socialisme, raison principale d’avoir quitté leur pays d’origine. En fait, Trump a augmenté son vote chez les Afro-Américains et les Latinos. On nous parle de socialisme comme si c’était le Saint Graal de la cohésion sociale et on sait tous que celui-ci apporte sa panoplie de problèmes. Qui dit socialisme, dit bureaucratie et ineptie. Les CHSLD, cela vous dit quelque chose?

    Ceci dit, analyser les États-Unis à travers les filtres québécois n’est jamais une bonne idée. Les Américains sont des libertariens dans l’âme, l’esprit et le portefeuille. Mais ce n’est pas la raison principale pour avoir voté pour Trump, vous savez, les 72 millions de déplorables. Il s’agit ici de nombreuses raisons qui varient selon leur situation géographique.

    Pour les états du nord-est, ce sont les emplois qui ont été perdus par les travailleurs à cause d’une mondialisation non voulue qui est la raison principale du vote pour Trump. C’est tout simplement une question de dignité socioéconomique.

    Il ne faudrait jamais oublier que 75% des Américains sont des croyants à géométrie variable et que le Midwest renferme toute une panoplie de fondamentalistes. Pour eux, les croyances outrepassent tout en ce qui concerne la politique. Avoir nommé trois juges conservateurs à la Cour suprême aide beaucoup aussi.

    Pour le 5 millions de votes de plus pour Joe Biden, eh bien, il vient de la Californie avec ses hordes d’illégaux qui sont amnistiés à toutes les années. En 1980, avec une population de 24 millions, Ronald Reagan avait remporté la Californie avec une avance de 67%. Aujourd’hui, ils sont 40 millions et ils votent démocrate parce qu'ils veulent des frontières ouvertes.

  • Pierre Rousseau - Abonné 12 novembre 2020 08 h 28

    Question de propagande

    On peut faire croire au peuple à peu près n'importe quoi pourvu que cela réponde à certains questionnements ou à la présence suspecte de boucs-émissaires. C'est vraiment une question de propagande et la droite a beaucoup de succès sur ce front. De parler de socialisme en parlant de la gauche démocrate et de Mme Ocasio-Cortez est plutôt insultant pour le socialisme ! Ce serait au mieux de la social-démocratie.

    Le plus étrange, c'est qu'une personne le moindrement informée pourra constater que la gauche modérée, comme la social-démocratie, est beaucoup plus fracile pour les citoyens que le néo-libéralisme à outrance. Personne dans ces pays voudraient retourner par exemple à un système de santé payant où les riches ont les moyens de se faires soigner, pas les autres. On voit constamment les pays scandinaves être en tête du peloton du bien vivre et les ÉU loin derrière. Les faits ne mentent pas, la propagande si.

    • Jean Thibaudeau - Abonné 13 novembre 2020 20 h 58

      "la gauche démocrate et de Mme Ocasio-Cortez est au mieux de la social-démocratie"

      Oui, mais de la social-démocratie "woke"... ce qui change beaucoup de choses.