Injustice au tennis

Pourquoi les jeunes qui sont dans le sport-études au tennis peuvent-ils continuer à s’entraîner alors que des jeunes qui vont à l’école et s’entraînent en privé après l’école ne peuvent pas le faire ? C’est injuste. Cela crée un net avantage pour
certains jeunes au détriment d’autres. On privilégie des gens ? Mais sur quelle base ?

Vous le savez, trois semaines dans un sport sont une éternité. Pourquoi le gouvernement privilégie-t-il des groupes au détriment d’autres ? Pourquoi interdire le privé et non le sport-études ? Pourquoi ne pas tout permettre ou ne rien permettre ? En cours privé, un jeune est bien à deux mètres de distance non ?

Est-ce vraiment ce que le gouvernement veut ? Créer, même dans une zone rouge, des sportifs avantagés plus que d’autres ?

Tout le monde doit être au même niveau dans un même sport. Pourquoi, n’est-ce pas le cas au tennis ?

1 commentaire
  • Jean-François Trottier - Abonné 10 octobre 2020 11 h 05

    Ah! S'il y avait des défenseurs tels que vous pour le français et les maths!

    Ben noooon! Le sport est bien plus important. Personne n'a besoin de suivre des règles qui, au fond, ne permettent que de réfléchir!
    Les règles du hockey, ça ça compte!

    C'est déjà un luxe d'avoir des programmes spéciaux durant les études. L'essentiel devrait être que n'importe quel élève soit capable de lire un roman pas-pour-la-jeunesse au sortir du primaire, pour entre autres enfin réellement comprendre des vrais problèmes mathématiques. Impossible sans une bonne base de français, On s'en fout, faut jouer au tennis!

    Je ne vous en veux pas, M. Bergeron. Vous en avez principalement contre les "deux poids, deux mesures" qui sont vécus aujourd'hui.

    Mais, hé, rarissimes sont les élèves qui savent lire assez pour avoir le moindre regard critique lors de leur arrivée au secondaire. Ce devrait être la norme générale. Les enfants sont hyper-brillants, arrêtons de les prendre pour des cons en les berçant dans la petite facilité des mots-étiquettes et qu'on laisse ces moyens aux orthophonistes.
    Je ne veux pas jouer aux nostalgiques, mais je compare : beaucoup d'enfants étudiaient le latin dềs le début du secondaire autrefois. Pourquoi étaient-ils capables alors et qu'aujourd'hui....
    Aucun ne le pourrait, Aucun ne possède suffisamment sa propre langue.

    Quoi, l'enseignement autrefois était élitiste?
    Hé! personne n'a peur d'une élite au tennis, au hockey ou en entreprenariat, alors... la réflexion et la connaissance?
    Il n'y a que quelques cas venant de parents dévoués et instruits.
    La vision égalitariste, les idéologues qui visent à "fomer un citoyen"... enferment dans la bêtise anonnante. Mais vive le sport!

    Hé! Les enfants auront tout le temps de penser à leurs droits au Cegep, avant d'être adultes. Au "pire", qu'on ajoute des cours de philo pour ce faire. Je suis pour!
    Mais qu'on apprenne aux enfants la base de la pensée, qui est dis-cur-si-ve! Elle passe par le discours, qu'on le veuille ou non.