Rapport sur la gestion de Montréal

Le rapport de la sous-ministre Savoie démontre avec justesse une bonne partie des incohérences de la gouvernance de Montréal durant la pandémie et identifie un partage complètement inadéquat des pouvoirs et un manque de coordination incroyable. Montréal et sa région, c’est une réalité unique au Québec, réalité qui a été gérée de Québec. Pour avoir travaillé dans la fonction publique québécoise, j’ai pu constater que l’on gère souvent Montréal comme toute autre région alors que c’est une métropole multiethnique, multiculturelle, multilingue, etc. Quand j’entendais nos décideurs dire que tout allait bien au Québec sauf à Montréal, je me disais “WOW quelle affirmation absurde” : Montréal et sa couronne, c’est 52 % de population, ils pourraient venir voir ce qui s’y passe. Le courage sera-t-il là pour faire virer ce gros bateau avant une deuxième vague et pour aller au-delà de la politique partisane, pour arrimer la science à la politique, la gouvernance à la réalité ?


 
1 commentaire
  • Pierre-Alain Cotnoir - Abonné 31 juillet 2020 09 h 26

    One size fits all?

    Lors d'une rencontre du milieu de l'économie solidaire tenue à Montréal, il y a quelques années, en réponse à un dirigeant provenant de Québec du Conseil québécois de la coopération et de la mutualité qui venait d'affirme que Montréal était l'une des régions du Québec, le mare d'alors lui rétorqua lorsqu'il prit la parole: « Non, monsieur, Montréal n'est pas une région du Québec, c'est la métropole du Québec ». Cette anecdote, illustre, on ne peut mieux, l'incompréhension de bien des notables de la ville de Québec lorsqu'ils doivent aborder la réalité montréalaise. Combien de fois n'ai-je pas été témoin au sein d'instances nationales de ce déni de l'importance du cœur démographique et économique de l'État québécois, selon un principe fallacieux que toutes les régions doivent être traitées également, alors que le grand Montréal rassemble plus de la moitié de la population de la province. Selon ce principe tordu, Montréal ne peut réclamer un traitement différent des autres régions. Ben voyons donc! La Gaspésie, pour prendre un exemple, compte moins d'habitants que le seul arrondissement montréalais où j'habite... Sans parler de la diversité communautaire, de la multiplicité des habitants formant la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM). Alors, madame, vous avez cent fois raison. Les notables de la Grande Allée de Québec dans leurs fantasmes peuvent bien s'imaginer de Québec pouvoir comprendre la réalité de la métropole, toutefois ils demeurent la plupart du temps « à côté de la "traque"» quand ils l'abordent.