Le visage démasqué des manifestants

Vous étiez un millier à scander des slogans antimasques devant le parlement à Québec. À vous entendre, la pandémie serait derrière nous et le gouvernement brimerait votre liberté en imposant le cache-visage. Où vivez-vous pour être ainsi déconnectés de la réalité ? Votre environnement se situe dans un monde tronqué qui est à la remorque des courants complotistes qui vous nourrissent tout en vous privant de votre sens critique élémentaire.

Dans ce genre d’attroupement, on entend beaucoup de « je » et très peu de « nous ». Or, le port du masque vise justement un but collectif pour contrer la propagation d’un virus qui a déjà fait plusieurs milliers de morts dans le monde. Comme des adolescents qui refusent toute règle imposée, vous criez votre indignation en vous appuyant sur de fausses prémisses. Ce n’est pas en répétant des faussetés ad nauseam que celles-ci deviennent des vérités. Enlevez votre masque devant vos yeux et regardez la vérité en face. La pandémie est là, le nombre de personnes infectées augmente de jour en jour et le danger d’une seconde vague est à nos portes. Dans ces circonstances, le port du masque ne constitue-t-il pas une contrainte mineure pour un bienfait majeur ?

Contrairement à vos enflures verbales qui parlent de dictature de la part d’un gouvernement qui oblige le port du masque, la santé publique, elle, s’appuie sur des études probantes et non pas sur des inepties provenant de réseaux sociaux véhiculant la bêtise.

À constater votre ignorance, je prends note que vous n’avez jamais vécu sous un régime dictatorial ni connu un coup d’État qui vous aurait enlevé vos libertés fondamentales. Si tel était le cas, vous n’auriez jamais manifesté contre l’obligation du port d’un masque sanitaire en période pandémique, vous auriez gardé vos énergies pour défendre des causes plus nobles et plus essentielles à la sauvegarde de la démocratie.


 
14 commentaires
  • Serge Lamarche - Abonné 29 juillet 2020 03 h 59

    Remède pire que la maladie

    Pour les états-uniens, le remède est indigeste. Il parait que l'excès de morts durant covid dépasse de 20% les morts du covid. Et ce même s'il y a moins de morts par accidents. Ce serait des morts de la perte d'emplois, de la distanciation et de l'isolement, etc.

    • wisner Joselyn - Abonné 29 juillet 2020 11 h 00

      Si je vous comprends bien, il y aurait à ce jour, 180,000 morts dûs à des pertes d'emplois, de la distanciation et de l'isolement (en plus des 150,000 morts COVID)? Pourriez-vous nous indiquer la source de ces statistiques? Je n'ai pas vu d'étude américaine de ce genre.

    • Françoise Labelle - Abonnée 29 juillet 2020 14 h 17

      Les USA visent 200,000 morts: c'est donc pas fini.
      Vous voulez sans doute parler des décès excdentaires. Selon un rapport préliminaire de la CDC, il y a eu pour mars-avril-main 24,172 décès de plus que les décès saisonniers pour ces trois mois et un possible 5,048 décès additionnels. 30,000 morts de plus que la normale pour l'instant. C'est sans compter juin, juillet et août. En mars, les USA ne testaient pas, faute de tests fonctionnels; la fiabilité de leurs chiffres est sujette à caution.
      Et les séquelles pour la santé des survivants, c'est où dans votre savante comptabilité?

      Les morts de perte d'emploi? Faudrait en parler à la CSST!. Les jobines créés aux USA depuis 2010 n'étaient pas des vocations.
      https://www.theatlantic.com/ideas/archive/2019/08/americas-hot-new-job-being-rich-persons-servant/595774/

      Les morts de l'isolement et de la distanciation? Justement, les trois CHSLD du Québec qui s'en sont tirés ont appliqué un confinement ultra-strict. La Suède s'est planté et trône au haut du palmarès des décès avec les USA alors que l'Allemagne, la Norvège, le Danemark et la Finlande sont au bas avec la Corée du sud, malgré sa grande densité de popûlation, confinée et masquée .
      Ils on pris le virus au sérieux contrairement aux trumpiens et aux gérants d'estrade à posteriori (ville d'Italie).

    • Pierre Grandchamp - Abonné 29 juillet 2020 16 h 50

      Au prorata de population, le bilan du Québec fait très piètre figure.

      D'autre part, si on compare avec les autres provinces, c'est désastreux. Colomie britannique: population de 5,1 millions et 194 morts.
      L'Ontario: 14,7 millions de population et 2769 décès.

      Il est inadmissible que, à Québec, les lumières n'aient pas été allumées avant la semaine de relâche. De plus, comment il se fait que le Ministère des AÎnés n'ait pas vu auparavant à combler les postes manquants de PAB dans les CHSLD? Et que ce MInistère ne sache pas que dans certaines RPA il manquait de ressources?

    • Serge Pelletier - Abonné 30 juillet 2020 05 h 13

      Pourquoi écrivez-vous "Pour les états-uniens". Les mexicains, entre autres, aussi sont des états-uniens. Le mexique se nomme par sa constitution "États-Unis du Mexique". Le Brésil fut à l'indépendance nommé constitutionnellement "Empire du Brésil", puis vers 1889-90 nommé constitutionnellement "La république des États-Unis du Brésil , puis en 1946 plus courtement "États-Unis du Brésil", pour rechager de nom contitutionnel vers le début des années 60 pour devenir la République fédérative du Brésil... Donc, les "vieux" du Brésil qui sont nés avant le dernier nom sont des États-Uniens... Comme plusieurs terreneuviens qui sont nés avant l'adhésion au Canada en 49, se considèrent encore et exclusivement comme terreneuviens...

  • Pierre Samuel - Abonné 29 juillet 2020 07 h 35

    Parfaitement d'accord, cher Monsieur. D'ailleurs comme le citait Albert Einstein : Deux choses sont infinies : l'Univers et la bêtise humaine. Mais en ce qui concerne l'Univers, je n'en ai pas encore acquis la certitude absolue. >

    Salutations cordiales !

  • Pierre Cardinal - Abonné 29 juillet 2020 07 h 53

    Altruisme

    Merci infiniment pour votre lettre bienveillante pour l'humanité et qui met un peu de baume sur la souffrance engendrée par la bêtise humaine.

  • Claude Gélinas - Abonné 29 juillet 2020 11 h 18

    Paroles de sage.

    Les gens intelligents sont pleins de doute alors que les imbéciles sont remplis de certitudes.

    • Françoise Labelle - Abonnée 29 juillet 2020 14 h 19

      Attribué à Bukowski mais de Bertrand Russell.
      J'aime (mais je suis pas sur FB).

  • Gilles Théberge - Abonné 29 juillet 2020 11 h 43

    Voilà c'est dit :«on entend beaucoup de « je » et très peu de « nous ».

    Hé bien c'est une illustration idoine de ce qu'est un monde ou primera l'individualisme, les droits individuels, au détriment des droits collectifs. Les droits collectifs sont une revendication traditionnelle du Québec n'est-ce pas ?

    Et ces gens se promènent avec des drapeaux du Québec, au lieu de drapeaux du Canada, illustrant leur manque de culture et de mémoire... !