Manifestations anti-masque: curieux, non?

Lors d’une manifestation anti-masques à Montréal samedi, le journaliste Yves Poirier du réseau LCN a eu droit à des insultes de la part de quelques manifestants, qui ne semblaient pas apprécier sa présence parmi eux. Pourquoi participer à une manifestation si votre message ne peut être transmis par les médias, me dis-je naïvement.

À Québec dimanche, lors d’une autre manifestation anti-masques, des journalistes présents ont aussi subi les foudres — sous forme d’insultes encore une fois — de quelques manifestants. Alors, ces citoyens manifestent pour qui et pour quoi au juste, suis-je en droit de me poser comme question, s’il faut que, chaque fois ces derniers chahutent les reporters présents, même si ces derniers portent le masque.

Bien mauvais réflexe que de s’en prendre à des travailleurs des médias qui veulent simplement faire leur « job » en nous rapportant simplement les faits, et ce, de façon impartiale. Ces dits manifestants qui scandent à qui mieux mieux qu’on brime leurs droits et libertés en les obligeant à porter le masque sont les mêmes qui briment la liberté des journalistes, la liberté de presse pourrait-on dire. Curieux, non ?


 
12 commentaires
  • Réal Boivin - Abonné 28 juillet 2020 06 h 25

    C'est l'effet de masse

    L'humain est une espèce grégaire. Il suis le mouvement de ses congénaires sans trop savoir pourquoi. C'est pourquoi on dit que les masses sont décérébrées. On l'a vu encore une fois.

  • Yvon Montoya - Inscrit 28 juillet 2020 08 h 09

    Le plus étonnant est le fait qu'on ne manifeste pas contre la nécessité de se laver les mains puisque cela va avec le masque en temps de pandémie cruelle pour ceux et celles partis à jamais. Il est facile dans les toilettes pour hommes de le savoir car si peu se lave les mains alors avec le Covid-19 l'obligation de le faire devrait avoir droit aussi à la révolte de ces citoyens dits libres et pourtant on n'en dit rien. Je ne pense pas non plus que tous ces ''éveillés'' visitent des médecins lorsqu'ils sont malades sinon leurs droits, leurs libertés, seraient compromis. Drôle de monde...merci.

  • Françoise Labelle - Abonnée 28 juillet 2020 09 h 26

    Le plaisir adolescent du conspirationnisme

    Le message libertarien des années 2000, porté ici par nos Jef, a frappé le mur de 2008. Greenspan, le disciple de la romancière Zinovievna (Ayn Rand) encensée à l'époque, a admis un peu tard ses erreurs. Le tigre islandais, brandi en exemple libertarien par excellence, est redevenu un petit chaton. («Si la dette ne peut être payée, elle ne le sera pas», 2009). Et ils ont socialisé leurs pertes!

    Il en reste maintenant des ados, attardés ou non, en mal de pub prêts à se faire remarquer en reprenant le moindre prétexte venu, peu importe le prétexte, fut-il le plus déjanté possible. Il n'y a plus de prétention idéologique. Le geste est dans le prolongement, votre texte à l'appui. En attendant la maturité.

    • Christian Roy - Abonné 29 juillet 2020 11 h 21

      Adolescent ? Parlons plutôt du stade propre au 'Terrible 2" !

  • Hélène Paulette - Abonnée 28 juillet 2020 09 h 40

    Mimétisme...

    Les admirateurs de Trump reproduisent tout simplement la haine des journalistes associés aux "fake news" des "Murcans"...

  • Michel Lebel - Abonné 28 juillet 2020 10 h 04

    La personne, un être social

    Tout pays comporte son lot de zigotos qui crient: liberté, en oubliant que celle-ci s'exerce en société. La personne n'est pas une île, mais une presqu'île. Nous sommes tous inter-reliés.

    M.L.