Le début d’une deuxième guerre civile?

Le président Donald Trump envoie la police fédérale jouer un rôle répressif dans des villes états-uniennes qui n’ont rien demandé. C’est comme si la Gendarmerie royale du Canada jouait les durs dans des villes canadiennes où elle n’a pas à se pointer le nez.

Le plus odieux, c’est que Trump vise spécifiquement des villes dirigées par des démocrates. En clair, les républicains à Washington utilisent la manière forte dans le but de faire passer leurs seuls adversaires pour des faibles, au grand plaisir des électeurs trumpistes.

Qui dit que, dans certaines villes, la police municipale ne défendra pas les citoyens à l’encontre de la police fédérale ? Cela pourrait constituer les prémisses d’une guerre civile. Il est grandement temps que le multimilliardaire soit battu.

 
 
9 commentaires
  • Serge Lamarche - Abonné 27 juillet 2020 04 h 08

    Envahissement anglais

    Les anglais ont tout par la force et doivent le garder par la force. Va faloir annuler les élections, c'est tout.

    • Nadia Alexan - Abonnée 27 juillet 2020 09 h 46

      Trump a déclaré à plusieurs reprises que même s'il perd les élections, il n'a pas l'intention de partir. Un voyou sans intégrité, qu'il se croie tout lui est permis, n'a pas la grâce de quitter le pouvoir avec aplomb. Il est évident qu'il va entamer une guerre civile avec la complicité de ses crétins armés.

  • Simon Harvey - Abonné 27 juillet 2020 06 h 46

    Et les complotistes québécois sont complices

    Quand on examine les sources auxquelles s'abreuvent les Alexis Cossette et les autres complotistes québécois, on retrouve les mêmes organismes de propagande qui sont derrière la droite évangélique américaine et les positions du président américian. Je ne serais pas surpris que d'autres québécois américanisés se portent à la défense du président Trump si les choses s'enveniment.

    • Jean-François Trottier - Abonné 27 juillet 2020 09 h 13

      Malheureusement, M. Harvey, ça ne s'arrête pas là.

      Les dénonciations anonymes des dernières semaines font partie du même package deal, ainsi que la correctitude de langage. Deux moralismes aigus se confrontent dans une forme de "belle entente" pour détruire le vivre-ensemble tout en s'en réclamant.
      Chacun a ses ennemis et prétend devoir prendre des mesures drastiques pour les éradiquer, mais bizarrement les mesures drastiquesne disparaissent jamais.

      Un but possible de Trump est de déstabiliser suffisamment ces régions pour obliger à "protéger" les bureaux d'élection. Les gros bras qui font peur sont un vieux truc utilisé depuis toujours dans certaines États du Sud. 3 mois avant l'élection, difficile de ne pas faire le lien.
      La suite peut aussi mener à un déni des résultats élctoraux. Et en effet, une guerre civile peut s'ensuivre.
      Des trucs vieux comme le monde.

      C'est le choc des extrémismes qui y mène bien plus que la volonté d'une seule personne ou une seule organisation. L'un parle de majorité silencieuse, les autres de minorités qui, additionnées, forment bien plus qu'une majorité, et qui de ce fait perdent leur spécificité dans une masse de demandes qui n'ont qu'un point commun : le pouvoir de ceux qui savent se faire passer poiur leur représentants, et qui pourtant font bien partie de cette "majorité" décriée.
      Des trucs vieux comme le monde.

      Tous s'entendent pour trouver des coupables et les lyncher, aucun ne cherche à améliorer les choses pour le moment. On parle toujours d'un avenir brillant où on aura "enfin réussi à se débarrasser de ... ", ce qui bien sûr n'arrive jamais : la diversité dans toute société est la base de sa survie, alors.... Les "mesures drastiques passagères" restent longtemps. Ça, les meneurs des deux camps font mine de l'ignorer.

      Des trucs vieux comme le monde.

  • Pierre François Gagnon - Inscrit 27 juillet 2020 08 h 47

    Nouveau préalable à toute candidature!

    Constatons unanimement que les candidats à des postes de présidents, premiers ministres, ministres et même députés devraient être obligés de se soumettre à un examen psychiatrique avant d'avoir le droit de poser leur candidature! Trump aurait lamentablement échoué, les États-Unis auraient évité d'élire par défaut et par erreur, à cause des dysfonctionnements et distorsions antidémocratiques de leur système électoral, un pervers narcissique d'envergure mondiale!

    • Nicole D. Sévigny - Abonnée 27 juillet 2020 12 h 57

      Il faudrait ajouter au " nouveau préalable", les "grands électeurs" .... pour faire le juste compte.

  • Françoise Labelle - Abonnée 27 juillet 2020 09 h 21

    Battu avec le bâton ou la carotte?

    Un commentateur notait qu'en perdant, Trump perdrait son immunité et ferait face à de nombreuses poursuites. Il s'accrochera désespérément au pouvoir. Puisqu'on spécule, peut-être faudrait-il acheter son départ pour éviter le pire? Un auto-pardon par contumace?

    Les systèmes de votation et de comptage ont subi un peu partout diverses avanies. Il sera difficile de convaincre les perdants qu'ils ont perdu. Puisqu'on spécule, ceux qui le soutiennent et qui ont du capital qui préfère le calme pencheront-ils pour l'évincer ou pour soutenir une loi des mesures de guerre?
    «'Epic failure': U.S. election officials warn of November chaos due to budget crunch», Reuters, 10 juillet.

    Puisqu'on spécule, si l'économie montre une toute petite lueur vacillante, le vendeur de minounes usagées fera peut-être luire la promesse d'une embellie économique, d'un vaccin aussi prometteur que la chlorocoquine ou autre astuce de vente. Le monde le subira-t-il encore sans avoir voté pour lui?

  • Christian Roy - Abonné 27 juillet 2020 10 h 32

    Le renard et Lafontaine

    La fin justifie les moyens pour le Renard, quitte à mettre le feu à son casino pour s'attirer un peu de sympathie. Mais qui joue avec le feu risque de se brûler... et voir l'élément destructeur se propager au-delà de sa propriété.

    Souahitons que l'électorat américain aille à Lafontaine puiser la quantité d'eau nécessaire pour nettoyer l'Aile de l'Ouest du fumier qui s'y est accumulé depuis plus de trois ans.

    Moins de 100 jours...