De l’insécurité pour les personnes handicapées

Monsieur Legault,

En voulant attirer 10 000 nouveaux préposés aux bénéficiaires dans les CHSLD, vous créez beaucoup d’insécurité pour les 320 personnes handicapées physiques de Sherbrooke, membres de Handi Apte.

Une forte proportion d’entre eux sont bénéficiaires du Programme d’allocation directe — chèque emploi-service subventionné par votre ministère de la Santé et des Services sociaux. Alors que nos travailleurs doivent payer leur formation de Principes pour le déplacement sécuritaire des bénéficiaires (PDSB) pour dispenser des soins à la personne vivant à domicile, les personnes inscrites à la formation offerte dans votre programme lancé mardi dernier gagneront 21 $ l’heure durant leurs études.

Le secteur des soins à domicile connaît déjà une pénurie de main-d’œuvre et, avec un salaire de 14,25 $, majoré de 8 % jusqu’au 30 juin, il est de plus en plus difficile de recruter des personnes qualifiées pour pouvoir offrir des soins à nos membres. Qu’adviendra-t-il maintenant ? Il y a fort à parier que nos travailleurs à domicile quitteront leur emploi actuel pour accéder à votre programme. Le problème sera alors déplacé !

Les personnes handicapées physiques, déjà confinées à leur domicile, et davantage en ces temps de pandémie, risquent de ne plus recevoir les soins dont ils ont besoin au quotidien eux aussi. Que comptez-vous faire pour réduire cet écart salarial et permettre à ces personnes vulnérables de continuer à vivre chez elles ?