Accueillir les demandeurs d’asile dans la formation de préposés

Madame, Messieurs,

Vous êtes, à des titres divers, responsables de l’objet en titre.

Je suis indignée, choquée, j’ai honte — et je ne suis pas la seule — en apprenant qu’on veut refuser aux demandeurs d’asile la formation rapide annoncée pour devenir préposé aux bénéficiaires. Pourtant, quand il était temps d’accueillir ces personnes au sein des effectifs pour prendre soin des personnes âgées, dans l’urgence imposée par la pandémie, nous leur avons ouvert toutes grandes les portes de nos établissements.

Au-delà des mots de gratitude à leur endroit et de reconnaissance du racisme systémique, il est temps, il est urgent de poser des actions concrètes pour manifester notre gratitude et pour donner un exemple fort en matière de promotion de l’égalité sociale.

Si on se dit capable d’accélérer les processus de démarrage de chantiers d’infrastructure, on est capable — si on le veut, aux deux ordres de gouvernement — d’ouvrir notre cœur, d’accélérer et d’humaniser les processus en cause pour accepter ces personnes au sein de notre société. Premier jalon : les accueillir au sein des groupes de formation qui débuteront dans deux semaines.

C’est ce que je vous demande. C’est ce que j’attends de vous.

19 commentaires
  • Jean Duchesneau - Abonné 6 juin 2020 04 h 09

    Générosité n’est pas respect !

    J'usqu'à maintenant, pour occuper le poste de "Préposé aux bénéficiaires" en CHSLD il faut détenir le diplôme de DEP en ASSISTANCE À LA PERSONNE EN ÉTABLISSEMENT ET À DOMICILE d'une durée de 870 heures. Parmis les critères d'accès au programme, le postulant doit démontrer les APTITUDES ET INTÉRÊTS suivants: aimer travailler avec les gens; avoir la capacité d´entrer facilement en contact avec les personnes malades; aimer le travail diversifié; avoir un bon sens des responsabilités; être capable de travailler sous pression; avoir une bonne dextérité manuelle; être capable de s’informer et d’informer; avoir une bonne résistance physique; être en mesure d’interpréter des directives; accepter de travailler de soir, de nuit et de fin de semaine.

    Les CONDITIONS D'ADMISSION au programme sont : Diplôme d’études secondaires ou équivalent reconnu
    OU (...) 3e secondaire en français, anglais et mathématiques, OU est (...) est titulaire du certificat de formation à un métier semi-spécialisé et a obtenu les unités requises en langue d’enseignement, en langue seconde et en mathématique (...) OU 18 ans et préalables fonctionnels.

    Afin de suppléer au manque de préposés aux bénéficiaires en CHSLD, le Gouvenement Legault propose une formation accélérée de 375 heures donnant une AEP (Attestation d'études professionnelles) en ASSISTANCE À LA PERSONNE EN ÉTABLISSEMENT. En emputant au programme l'aspect SOINS À DOMICILE, on comprendra que le diplômé sera moins polyvalent.

    Votre idée est remplie de bonnes intentions Madame Paillé. Mais, en tout respect pour les personnes âgées, pour les immigrants et ultimement pour la profession, croyez-vous vraiment que l'on puisse suppléer "rapidement" au manque de diplômés en ASSISTANCE À LA PERSONNE EN ÉTABLISSEMEN par des personnes qui ont souvent des lacunes en français, qui ne conaissent pas les us et coutume du pays et desquels il faudrait des mois pour retracer ou évaluer les prérequis?

    • Cyril Dionne - Abonné 6 juin 2020 08 h 08

      Vous êtes gentil dans votre réponse M. Duchesneau. C'est plutôt non, non et non comme dans « non cogitant, ergo non sunt ».

      Les demandeurs d’asile sont des supposés réfugiés parce que selon les lois d’immigration, vous postulez pour devenir immigrant reçu soit par une demande en bonne et due forme de la formule avec son système de pointage de votre pays ou bien vous faites demande à un des postes frontaliers comme réfugié. Lorsque vous venez d’un pays sûr, les États-Unis, vous êtes presqu’automatiquement disqualifié comme réfugié. Vous aviez un pays sûr et vous n’aviez nul besoin d’arpenter l’infâme chemin Roxham pour venir illégalement au Canada. Aucun. En fait, vous avez enfreint les lois fondamentales du pays sciemment.

      Ceci dit, les illégaux n’ont aucun droit de citoyen et donc ils ne peuvent pas faire demande pour la formation pour devenir préposé aux bénéficiaires qui paie les gens à prendre les dits cours. Encore une fois, aucun. Avec plus de 15% de chômage au Québec et plus de 70 000 demandes pour 10 000 positions, disons poliment que les citoyens québécois seront les premiers à recevoir une place.

      Enfin, ceci n’a rien à voir le fameux racisme systémique qui existe seulement dans l’imagination de ceux qui veulent bien le croire. De quels mots de gratitude à leur endroit et de reconnaissance est-ce que nous leur devons pour des gens qui ne seraient même pas là si les lois du pays avaient été appliquées? Il faut le dire, ils n’ont pas fait cela de la bonté de leur cœur, mais plutôt pour mousser leur demande qui est mince comme une feuille de papier de la déportation. Ils n’ont sauvé aucune vie, mais ont plutôt ont contribué à répandre le virus partout dans les CHSLD avec leur manque de formation et d’éducation évident.

      Et c’est quoi cela des mots comme « demande » et « j’attends » qui rime plutôt avec « j’exige ». Cette dame est qui pour faire de telles demandes? Elle ne parle pas au nom des Québécois, mais à son titre personnel seulement.

    • Réal Boivin - Abonné 6 juin 2020 08 h 22

      Et pourquoi formerait-on des personnes qui seront, pour beaucoup, réfusés comme demandeurs d'asile?

    • Christian Montmarquette - Abonné 6 juin 2020 09 h 45

      @Cyril Dionne,

      "Le fameux racisme systémique qui existe seulement dans l’imagination de ceux qui veulent bien le croire." -Cyril Dionne

      Le négationnisme de Cyril Dionne ne change rien aux faits:

      "Quand t'es jeune et noir à Montréal, t'as 5 fois plus de chances de te faire interpeller par la police qu'un blanc. Arabe, 4 fois. Femme et autochtone, 11 fois. C'est pas moi qui le dit, c'est 4 ans de données du SPVM."

      - Manon Massé, 1er juin 2020

      "Au Québec, si tu es membre d'un minorité visible, c'est plus difficile de se trouver une job, plus difficile de se trouver un logement et plus facile de se faire arrêter par la police." - Gabriel Nadeau-Dubois

      "Presque un Québécois sur cinq avoue qu’il est un raciste" - Radio-Canada international

      https://www.rcinet.ca/fr/2015/02/27/presque-un-quebecois-sur-cinq-avoue-quil-est-un-raciste/

    • Jean Duchesneau - Abonné 6 juin 2020 09 h 49

      @ M. Dionne,

      Mon commentaire comporte un préambule implicite: "Ceteris paribus"

      Merci de souligner une autre facette de la problématique.

    • Christian Montmarquette - Abonné 6 juin 2020 10 h 22

      @Jean Duchesneau,

      "Croyez-vous vraiment que l'on puisse suppléer "rapidement" au manque de diplômés en ASSISTANCE À LA PERSONNE EN ÉTABLISSEMEN par des personnes qui ont souvent des lacunes en français, qui ne conaissent pas les us et coutume du pays.." - Jean Duchesneau

      Quoi que vous en disiez, des réfugiés.es travaillent "DÉJÀ" en CHSLD et font le travail dont nombre de Québécois ne voulaient même pas.

      "François Legault a évoqué lundi l’idée de régulariser le statut des demandeurs d’asile qui sont au front dans les CHSLD du Québec." - Le Devoir, 27 mai 2020.

      https://www.ledevoir.com/politique/canada/579619/coronavirus-point-de-presse-trudeau

    • Christian Montmarquette - Abonné 6 juin 2020 10 h 37

      @Cyril Dionne,

      "Ils (les réfugiés) n’ont sauvé aucune vie, mais ont plutôt ont contribué à répandre le virus partout dans les CHSLD" - Cyril Dionne,

      - Elle est bonne celle-là!

      Ce sont les politiques des établissements et les politiques gouvernementales en place qui demandaient aux équipes volantes de passer d'un CHLD à l'autre, jusqu'à temps que François Legault qui dormait au gaz là-dessus se réveille et exige des horaires complets dans un même établissement et dans une même zone de travail.

    • Jean Duchesneau - Abonné 6 juin 2020 12 h 21

      "Quoi que vous en disiez, des réfugiés.es travaillent "DÉJÀ" en CHSLD et font le travail dont nombre de Québécois ne voulaient même pas.". Christian Montmarquette

      Je parle ici par expérience cher Monsieur, car à travers la maltraitance qu'a subie ma mère de 92 ans en CHSLD et en rédidence à soins intermédiaires, avec le Commissaire plaintes d'un CIUSSS, le contat a été que faute d'employés diplômés, on a engagé des immigrants presque sans formation et présentant d'énormes lacunes de communication et de compréhension de la réalité des aînés en perte d'autonomie physique et mentale. Entendons nous bien, ça n'est pas la faute des immigrants qui par ailleurs sont victimes autant que les aînés de cette situation. Les véritables causes de ce gâchis sont le désinvestissement du fédéral en santé, l'austérité imposée par le PLQ et le manque de reconnaissance du statut professionnel de la profession de Préposé aux bénéficiaires. Une autre cause sans doute été le manque de plaintes duement enregistrées comme j'ai pu le faire.

    • Pierre Grandchamp - Abonné 6 juin 2020 13 h 36

      @M. Duchesneau

      Toute chose étant égale par ailleurs, voici mon humble opinion. J'ai suivi ce dossier et j'ai une certaine connaissance du réseau de l'immigration.

      Ma première réaction fut identique à celle de Legault : NON! Tout comme lui, ensuite j’ai évolué : étant donné la situation exceptionnelle, je verrais à faire des démarches pour inciter fortement le fédéral à convaincre la Cour de l’Immigration de leur accorder la résidence permanente. Pour les remercier EXCEPTIONNELLEMENT!.

      Cependant, étant donné la quantité de personnes qui ont manifesté leur intérêt à suivre la formation de cet AEP menant au DEP, ils ne seraient pas admissibles pcq ils ne répondent pas aux exigences.Il faut être citoyen canadien ou résident permanent pour être admissible.Donc ils ne sont pas admissibles pour la première vague qui commencera le 15 juin. "In medio stat virtus" ! : )

    • Cyril Dionne - Abonné 6 juin 2020 13 h 36

      @Montmarquette

      Bon encore une fois, pour tous les bien-pensants et donneurs de leçons d'une gauche déconnectée, Québec solidaire oblige, il serait intéressant de juxtaposés les données sur le profilage racial avec celles de ceux qui commettent les crimes au Québec.

      Il y a eu une enquête indépendante en Ontario fait là-dessus parce que certaines communautés se disaient victimes de racisme systémique. La ville de Toronto avait mandaté des professeurs universitaires de gauche, choisies par ces mêmes communautés qui se disaient victimes de racisme systémique, afin de faire enquête et de compiler les données de ceux qui commettent des crimes dans la ville reine. Lorsque la compilation des données fut terminée et présentée aux leaders de ces communautés, ils ont fait des mains et des pieds pour que le rapport ne soit pas rendu public parce que celui parce que celui-ci indiquait hors de tout doute que la majorité des crimes étaient commis par ceux de ces mêmes communautés qui se plaignaient de racisme systémique.

      Et non, des gens qui n’ont aucune formation, aucune éducation dans le domaine des épidémies, qui ne savent même pas de quoi il s’agit, travaillant avec des aînés en perte d’autonomie étaient une catastrophe prévisible. Les reportages à la télévision montraient des proposés aux bénéficiaires faisant fi de toutes les procédures sanitaires pour éviter la contagion dans les CHSLD. En plus, la plupart de ces gens venaient du chemin Roxham, donc de l’état de New York, le pire endroit de la planète pour la COVID-19. Combien de gens ont-ils contaminés, évidemment à leur insu? On ne pourra jamais le dire...

    • Christian Montmarquette - Abonné 6 juin 2020 13 h 40

      @ Jean Duchesneau,

      "Faute d'employés diplômés, on a engagé des immigrants presque sans formation et présentant d'énormes d'énormes lacunes de communication.." - Jean Duchesneau

      1 ) L'incompétence n'est pas l'apanage des immigrants.es. Il y a une foule d'immigrantes en CHSLD qui dispensent d'excellents services, comme des "de souche" qui bâclent leur travail.

      2 ) En pénurie de travailleuses, ne pas avoir de préposées du tout, n'aurait fait qu'empirer la situation.

      3 ) Placer de la sorte les immigrantes sur la sellette en les accusant "spécifiquement" d'incompétence, plutôt que de parler des problèmes d'incompétences sans égard à l'origine ethnique, est exactement le genre de racisme insidieux avec lequel nos sociétés sont aux prises actuellement. L'incompétence, c'est l'incompétence et ça n'a rien à voir avec l'ethnicité.

    • Christian Montmarquette - Abonné 6 juin 2020 14 h 02

      "Encore une fois, pour tous les bien-pensants et donneurs de leçons.."- Cyril Dionne

      Quand on insulte, c'est qu'on a perdu le débat" - Cyril Dionne

      J'espère que vous avez retenu votre propre leçon.

    • Pierre Grandchamp - Abonné 6 juin 2020 14 h 32

      @ M. Duchesneau

      J’estime qu’il faut revoir ces fameux CISSS et CIUSSS qui gèrent en santé dans une région. Personne là-dessus n’est élu par la population et personne n’a de compte à rendre. IL n’est pas normal que seul le D G, soit un employé nommé par le ministre, soit autorisé à parler au nom de l’organisme sur la place publique. Comment demander à cette personne d’aller sur la place publique critiquer le ministre qui l’a nommée?

      Ce sont des organismes fermés, en vases clôs. Il n’est pas normal que cette question de manque de préposés n’ait pas été soulevée sur la place publique auparavant.J'ai des proches qui travaillent actuellement dans le réseau et qui ont été garrochés d'un établissement à l'autre:c'est une des causes majeures des nombreux décès dans les centres d epersonnes âgées.

      Le pire : Québec a pris ce modèle de gestion en santé pour l’appliquer au scolaire chez les francophones. Il n’y a pas de contre pouvoir en santé et il n’y a plus de contre pouvoir au scolaire chez les francophones.

      Avant-hier, dans un échange sur ce fil : https://www.ledevoir.com/opinion/lettres/580057/lettre-a-monsieur-jolin-barrette
      voici ce que M. Dionne disait en parlant des programmes québécois de formation professionnelle DEP: « c'est parce que c'est un cours qu'on appelle « Mickey Mouse » en Ontario.".

    • Pierre Grandchamp - Abonné 6 juin 2020 15 h 25

      En complément à M. Duchesneau.

      De plus, les immigrants doivent faire étudier leurs documents par le service d'évaluation des diplômes. Je serais très surpris que la plupart
      de ces "anges gardiens" aient fait étudier leur dossier par ce service et aient en mains les preuves certifiées qu'Ils répondent aux exigences du AEP. Ce serait injuste que le réfugié irrégulier soit accepté avant le réfugié régulier avec tous ses documents déjà authentifiés.

      Le problème avec ces demandeurs d'asile: ce n'est pas le Québec, c'est Trudeau. Je connais une famille arriviée, par Roxhan, le 1er mai 2018: ils n'ont pas encore été convoqués.Normalement,. ils devraient avoir une réponse dans 60 jours. Le pire: si la réponse est négative, ils ont le droit d'aller en appel; ce qui veut dire un autre 2-3 ans à attendre. Le plus paradoxal:celui qui formule une demande par la procédure régulèere ne peut pas aller en appel après un refus. Par contre, l'irrégulier par Roxhan peuit aller en appel.Voir ce qu'en dit un avocat spécialisé en immigration:
      https://www.ledevoir.com/opinion/idees/577283/l-apres-covid-19-au-chemin-roxham

    • Jean Duchesneau - Abonné 6 juin 2020 15 h 30

      "3 ) Placer de la sorte les immigrantes sur la sellette en les accusant "spécifiquement" d'incompétence, plutôt que de parler des problèmes d'incompétences sans égard à l'origine ethnique, est exactement le genre de racisme insidieux avec lequel nos sociétés sont aux prises actuellement." Montmarquette

      Vos propos sont odieux Monsieur Montmarquette. On parle ici de diplômes et de compétences. S'il manque d'infirmières, faut-il engager des sans diplômes pour occuper le poste? Ce que vous êtes incapable de voir due à l'épaisseur de vos lunettes idéologiques c'est que la fonction de préposé exige une compétence acquise suite à une formation qualifiante. Nier ce fait c'est mépriser la fonction de votre part. Ceux qui ont permis d'engager des personnes (immigrantes ou non) sans diplômes ni compétences sont imputables du gâchis qui s'en est suivi.

    • Cyril Dionne - Abonné 7 juin 2020 00 h 12

      Je peux m'apercevoir M. Granchamp, que vous n'avez jamais digéré ma position sur les défuntes et redondantes commissions scolaires.

  • Yves Corbeil - Inscrit 6 juin 2020 09 h 27

    Des loups dans la bergerie

    Qu'allez-vous écrire sur le sujet quand certains prospects se révéleront inadéquats pour le job ou pire auront assouvi leurs bas instincts ici (comment on procède pour les enquêtes quand il n'y a pas de traces ici de ces sujets). Vous ne trouvez pas que la folie de cette semaine causer par l'appât du gain est révélatrice de la méconnaissance du travail qui est demander dans le domaine et que la demande de statut prête à n'importe quelle contorsion pour avoir la citoyenneté canadienne. Avant d'ouvrir les écluses, ça prend un peu de recul et où les gouvernements trouveront-ils les sommes nécessaires pour loger toutes ces familles pendant qu'un des leurs suivra la formation. Vous sautez beaucoup d'étapes pour nous faire sentir «cheap» de ne pas prendre tous le monde chez nous et croyez moi, il n'y a rien de raciste dans mon propos, seulement lucide.

  • Paul Gagnon - Inscrit 6 juin 2020 11 h 02

    Mais Madame l'indignée

    c'était le bordel! Le temps est venu d'y mettre un peu d'ordre (pardon pour ce vilain mot, disons de cohérence).

  • Christian Montmarquette - Abonné 6 juin 2020 15 h 38

    Assez odieux, merci.

    Après avoir réduit l'immigration, le Québec se tourne vers les immigrants pour combler la pénurie dans les foyers de soins de longue durée - CBC, 28 mai 2020

    Simon Jolin-Barrette, qui a supervisé les coupures, annonce son intention de recruter 550 infirmiers à l'étranger.

    (After slashing immigration, Quebec turns to immigrants to fill shortage in long-term care homes)

    https://www.cbc.ca/news/canada/montreal/simon-jolin-barrette-immigration-chslds-orderlies-1.5588375