Remplaçons l’idée de la perte par celle de l’épanouissement

Peut-être y aurait-il lieu de réorienter la perspective du vieillissement vers la perspective de l’épanouissement intégral des personnes. Notre société axée sur la performance économique est obnubilée par le matériel et le consumérisme entretient l’insécurité à ce premier niveau. [...] La cadence et la charge de travail menacent notre santé mentale. La laïcité a quasiment réussi à renvoyer dans l’ombre toute vie spirituelle. [...]

La tradition du yoga, se référant à la Taittiriya upanishad (composée entre -600 et -500), nous enseigne que l’être humain est un système à cinq niveaux ou couches superposées (les koshas). Dans la relation d’enseignement ou de soins, il faut « syntoniser le bon canal » pour accéder à ce qui peut « déverrouiller » le système et permettre d’entrer réellement en relation avec la personne. Les bons soignants font cela d’instinct.

Le coronavirus affecte le système respiratoire. Il s’en prend au souffle vital, au corps énergétique. Les personnes âgées sont les plus affectées. [...] Les soins aux personnes âgées (et notre médecine en général) sont centrés sur le maintien du corps physique. [...] La personne âgée est considérée et se considère souvent elle-même comme en perte, regardant par la lorgnette du corps physique.

Tant individuellement que collectivement, si nous élargissons notre point de vue sur la personne humaine, le troisième tiers de la vie peut devenir un grand projet d’exploration et d’épanouissement des dimensions trop souvent négligées de nos multiples corps humains.

2 commentaires
  • Renée Larouche - Abonnée 28 mai 2020 13 h 54

    Tout à fait d'accord...

    ... madame Poirier. En ce qui me concerne, à 71 ans, je considère cette période, difficile pour plusieurs, comme un cadeau, une sorte de prétexte pour changer de vitesse, de but, de perspective. Une superbe occasion pour honorer le moment présent qui, lui seul est éternel ! Merci !

  • Christian Roy - Abonné 28 mai 2020 22 h 12

    Le choix des mots a du poids !

    @ Mme Poirier,

    Vous écrivez: "La laïcité a quasiment réussi à renvoyer dans l’ombre toute vie spirituelle."

    Je considère qu'il s'agit du laïcisme auquel vous faites référence.

    La laîcité n'est pas nécessairement antireligieuse. Nous pouvons la concevoir au Québec comme un espace permissif dans lequel la vie spirituelle des individus est reconnue à sa juste valeur.

    Merci à vous d'avoir émis une perspective qui nous sort, par vos références orientales, du cadre habituel .