Un effort collectif et transpartisan s’impose

La réflexion de Françoise David (avec le retour historique sur plusieurs crises où le travail des femmes a été déterminant) nous rappelle qu’il faudra plus qu’un appui de principe, tel que suscité envers tant de métiers féminins sous-payés.

Il faut saisir le moment pour promouvoir un projet transpartisan : outre l’amélioration de la rémunération, Mme David nomme l’octroi de la résidence permanente pour services rendus. C’est le temps ou jamais de saisir cette occasion : représentants syndicaux, députés des différents partis, gestionnaires d’entreprises d’économie sociale (entreprises qui assurent des services avec des conditions salariales et des avantages sociaux misérables par rapport aux corps d’emploi de la fonction publique) : concertez-vous, c’est urgent !

Il s’agit de faire l’inventaire des situations et des corps d’emploi nécessitant une réparation relevant de la justice sociale, c’est un devoir de société qui s’impose envers nos concitoyens qui assurent ces services essentiels.

Les arcs-en-ciel et les publicités élogieuses comme gestes de gratitude ont été assez vus. Maintenant, la préparation d’une action relevant d’un effort collectif d’union nationale transpartisane s’impose. Et si on commençait par une pétition à adresser à l’Assemblée nationale ? Tout de suite. Ça presse !!!