Nous resterons unis

À mon épouse, la Dre Émilie-Pier Gagné, ainsi qu’aux milliers de travailleurs du réseau de la santé du Québec qui luttent contre la COVID-19 chaque jour.

Nous resterons unis dans la résistance de notre distance, malgré les isolements physiques nécessaires, au nom des échos mondiaux entendus comme des cris dédiés à la vie.

Nous resterons unis dans la résistance de notre distance, malgré la virulence de ce qui émerge à l’épicentre de notre quotidien, au nom des visages anciens à qui la jeunesse doit l’avenir qui restera à découvrir dans le bonheur des rires aux corps.

Nous resterons unis dans la résistance de notre distance, malgré la peur qui se propage comme une ombre violente, au nom de ce que nous devons à l’irrémédiable nécessité de nous aimer.

Nous resterons unis dans la résistance de notre distance, malgré la venue inconcevable du règne d’une mort invisible que refusera toujours notre fougue, au nom du courage de notre solidarité qui se dresse déjà comme un rempart dont la puissance se fonde en chacun de nous.

Nous resterons unis dans la résistance de notre distance, malgré la haine de ce qui nous échappe comme une déraison orageuse, au nom de la vaillance de l’action qui révélera le désir de vivre de l’humanité.

Nous resterons unis dans la résistance de notre distance, malgré la perte d’une insouciance aussi légère qu’un premier souffle, au nom de la beauté d’une espérance possible, dévoilée dans un vent dominant qui se lèvera du coeur.

Nous resterons unis dans la résistance de notre distance, malgré les efforts à venir qui imposeront des ambiances indescriptibles, au nom des voix qui verront à contrer le silence par la résilience des fleuves.

Nous resterons unis dans la résistance de notre distance, malgré la douleur des pertes, au nom des naissances à venir et des mots que nous ne dirons plus jamais de la même manière :

« Je me souviens. »