Baseball: stade privé = argent privé

Le projet voulant que Montréal se dote à nouveau d’une équipe de la Ligue majeure de baseball refait surface dans l’actualité. On peut toutefois se questionner sur la soi-disant « tradition » de la métropole comme ville de baseball. Il est permis de se demander pourquoi les Expos n’ont pas tenu le coup et pourquoi des solutions n’ont pas été envisagées pour maintenir leur présence ? Le retour d’une équipe de la Ligue majeure pourrait cependant prouver le contraire, et ce serait tant mieux.

Là où cette perspective fait toutefois sourciller, c’est quand il est question d’injecter des fonds publics dans une telle aventure. Lorsqu’un projet de nature privé est viable, réalisable et profitable, il faut laisser le secteur privé s’en occuper et en tirer profit. Le Centre Bell et les Canadiens de Montréal n’ont pas besoin de quémander de fonds publics pour offrir du hockey professionnel à Montréal et les parties prenantes y tirent très bien leur épingle du jeu…

L’idée même que la venue d’une équipe majeure soit liée à la construction d’un nouveau stade est un peu sidérante étant donné qu’un stade pouvant l’accueillir existe déjà et est largement sous-utilisé. Cette enceinte a d’ailleurs prouvé dans le passé qu’elle était tout à fait convenable pour présenter une telle activité. Le stade est de plus situé dans un quartier touristique doté de deux stations de métro. Une option envisageable en matière de contribution publique serait de résoudre une fois pour toutes le fameux casse-tête du toit du stade, ce qui ferait d’une pierre deux coups. Il serait toutefois aberrant de construire une nouvelle infrastructure. Par contre, si des investisseurs jugent un tel projet profitable et le financent eux-mêmes, soit.

À l’heure où les projets d’infrastructures de transport accapareront une part gigantesque de fonds publics, il serait indécent de dépenser l’argent des contribuables dans un projet qui incombe au privé.

5 commentaires
  • Gilles Delisle - Inscrit 11 mars 2020 08 h 14

    Entièrement d'accord avec vous!

    Je n'ai jamais compris cette folie d'implanter un nouveau stade de baseball à Montréal! Pourquoi utiliser des milliers de mètres carrés de terrain au centre-ville, allors qu'il y a un stade ''olympique'' inutilisé depuis des années et qui coûte combien à entretenir? Il y a un toït à refaire, oui, qu'on le refasse et qu'on n'en parle plus! Mais de là à construire un nouveau stade est une aberration qu'il faut empêcher à tout prix!

  • Cyril Dionne - Abonné 11 mars 2020 08 h 34

    Pas d'argent public pour des stades de base-ball

    Bien d'accord avec l'auteur de cette lettre. Pas d'argent public investit dans des stades de base-ball. Comme il le dit si bien, si des investisseurs jugent un tel projet profitable, qu'ils le financent eux-mêmes. Voilà, tout est dit.

  • Sylvio Le Blanc - Abonné 11 mars 2020 08 h 51

    100 % d'accord M. Marc-André Blain

    J'adore le baseball, mais qu'une éventuelle équipe montréalaise soit à la charge de l'entreprise privée, qui paiera notamment pour les salaires des multimillionnaires étrangers.

  • François Poitras - Abonné 11 mars 2020 11 h 27

    Oeillères

    La grande différence entre l'époque du départ des Expos et aujourd'hui réside dans la hausse considérable des revenus de droits de diffusion, revenus partagés entre les équipes. Le salaire des joueurs d'une équipe montréalaise serait très largement financé par les droits de la télé américaine. La comparaison avec la rentabilité du Canadien est boiteuse au sens où le partage les revenus télé favorise nettement les équipes américaines. Si le Tricolore entraîne une sortie d'argent du Canada vers d'autres pays, une équipe de baseball montréalaise serait une entrée de fonds américains. Sans omettre de mettre dans la balance l'apport économique d’un branding touristique de la ville pour le tourisme américain pendant l'été. Sans être un amateur de baseball ou un inconditionnel de l'investissement public dans le sport professionnel, il faut évaluer correctement les pour et les contres en évitant d'enfiler ses oeillères idéologiques.

  • Steeve Gagnon - Abonné 11 mars 2020 14 h 05

    Oui!

    Pas d'argent ni de cadeau ou de congé de taxe!