Une analogie

De par le fait que deux fillettes musulmanes ont été approchées par une enseignante voilée (voir Le Devoir : « Des exemples du prosélytisme », 3 mars) en vue de les interpeller pour devenir de meilleures musulmanes, je trouve que cela illustre bien ce qui se passait avec les religieuses des années 1950 ! C’est par une religieuse qui m’approchait pendant les récréations, et qui me disait que Dieu m’appelait, que j’ai été détournée de l’humain pour tomber dans l’illuminisme religieux, me faisant perdre l’intérêt pour les études et, ma jeunesse !

À l’époque, beaucoup de filles à la fin de la onzième année étaient rencontrées par l’aumônier pour discerner leur vocation ; c’est ainsi que beaucoup d’entre elles sont entrées en communauté pour en sortir vingt ans plus tard ! Je pense que bien des gens ne réalisent pas l’effet que cela peut avoir sur des jeunes souvent influençables. Les fillettes ont parlé, mais moi je n’avais pas dit à mes parents. Il y a des enfants approchés, mais qui n’osent pas le dire. Si la cour n’en tient pas compte, est-ce que le même phénomène ne pourrait pas se reproduire, cette fois par la religion musulmane ?

7 commentaires
  • Marc Therrien - Abonné 6 mars 2020 08 h 06

    Des prosélytes dans un monde d'influenceurs


    Certes, les jeunes sont souvent influençables. C’est pour ça qu’en 2020 pullulent les influenceurs dans le monde numérique qui font la promotion de bien d’autres valeurs plus attrayantes que celles véhiculées par le hijab. C’est pourquoi j’ai confiance que la très grande majorité des jeunes musulmans qui ne veulent plus mourir pour une cause adhèreront aux valeurs de notre civilisation : « le supermarché et la vente en ligne, le consumérisme trivial et le narcissisme égotiste, l’hédonisme trivial et la trottinette pour adultes » pour lesquelles, pour paraphraser Michel Onfray, on n’a pas besoin de se battre à mort pour les défendre.

    Marc Therrien

  • Jean-Pierre Marcoux - Abonné 6 mars 2020 08 h 16

    En effet

    Voilà pourquoi il faudrait que la loi sur la laïcité s'étende au réseau privé d'éducation et à tous les services de garde sans exception.

    De plus, il faut que non seulement les formes visuelles de prosélytisme en soient bannies, mais également le discours propagandiste de ses employés(es), portant la parole.

  • Sylvio Le Blanc - Abonné 6 mars 2020 08 h 18

    Bien dit

    Une expérience révélatrice. Il faut se réveiller et vite.

  • Nadia Alexan - Abonnée 6 mars 2020 08 h 51

    Toutes religions ont la mission de propagation de leur foi.

    Merci, madame Andréa Richard, pour votre témoignage émotif. Effectivement, tous les intégristes se vantent de leur responsabilité missionnaire de propager leur foi et de recruter de nouveaux adeptes. L'on a qu'a observé la propagation des évangélistes en Amérique latine et en Afrique, pour constater l'ampleur de ce phénomène. Les évangélistes sont opposés à toutes tentatives de politiques sociales-démocrates dans leurs pays. Ils essayent toujours de faire accepter les projets miniers destructeurs, malgré l'opposition civile. Ils sont contre l'homosexualité, contre l'avortement et en générale, contre l'égalité homme/femme. Ils sont complètement inconscients de l'hypocrisie entre le message socialiste du Jésus Christ est entre leur message capitaliste prédatrice.

  • Yvon Turcotte - Abonné 6 mars 2020 11 h 58

    Il fallait le dire

    Tout le sens de la Loi 21 est là. Oui, il faut se méfier et ne pas encourager le prosélytisme, sous quelle que forme.