Lettre à François Legault

Monsieur le Premier Ministre,

C’est sans émotion aucune que je vous écris cette lettre, pas parce qu’elle est écrite sans conviction ou encore parce que les décisions de votre gouvernement n’ont aucun effet sur moi. Non, aucune de ces deux raisons n’explique cette absence de ressenti. C’est plutôt parce que j’ai perdu tout espoir envers votre gouvernement.

Je me souviens, le 27 septembre, lorsque vous nous avez fait parvenir une lettre, dans ce même journal, où vous prétendiez avoir entendu notre cri du coeur, où vous affirmiez vouloir pouvoir regarder vos fils dans les yeux, que nous, collectivement, étions beaux à voir. À ce moment-là, Monsieur le Premier Ministre, j’avais espoir en une réelle volonté de changer les choses, de votre part, et de celle de votre gouvernement.

Malheureusement, je crois que le verbe entendre était un peu trop bien choisi car, en effet, Monsieur Legault, vous nous avez entendus mais pas écoutés. Pourtant, je suis certain que vous avez eu vent des slogans contre le 3e lien ou encore GNL Québec. Et pourtant, jeudi matin, le député de Deux-Montagnes, Benoit Charette, celui que vous avez désigné pour porter les intérêts des générations futures, la mienne ainsi que celle de la plus jeune députée de l’Assemblée nationale, a annoncé renoncer aux cibles établies comme minimales par le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC). Pourquoi ? Pour des motifs économiques. Pour que les amis de votre gouvernement puissent continuer à s’en mettre dans les poches, pour que votre électorat puisse continuer à ne pas culpabiliser lorsqu’il s’achète un nouveau véhicule tous les quatre ans et pour pouvoir continuer à faire avancer le projet de tunnel qui permettra à des milliers d’automobilistes supplémentaires de faire le trajet entre Québec et Lévis tous les jours.

Donc non, François, je ne suis pas déçu, simplement parce que c’était prévisible. Par contre, sache que, même si tu ne verras probablement pas le jour où la prophétie annoncée par Les Cowboys Fringants dans leur chanson Plus rien se réalisera, moi, mes soeurs, ma génération et ceux qui me suivront ne pourrons jamais pardonner ce laxisme, puisque, mon cher François, nous n’héritons pas la terre de nos ancêtres, nous l’empruntons à nos enfants.

En espérant que cette lettre puisse ouvrir les yeux de ton gouvernement et qu’il vous emplisse d’un désir de gouverner pour tous, et non pas seulement pour l’électorat caquiste car, contrairement aux autres décisions que vous devez prendre au jour le jour, celle-là n’affecte pas que le Québec, mais le monde tout entier, et bien franchement, devenir le premier État à se conformer aux cibles du GIEC, et ce, au sein de l’État pétrolier qu’est le Canada, serait extrêmement bénéfique pour l’image du Québec à l’international.

En espérant avoir l’occasion de vous rencontrer,

9 commentaires
  • Cyril Dionne - Abonné 8 février 2020 09 h 12

    Cher Estaban,

    Nous aussi on aime les Cowboys Fringants. C’est probablement le groupe favori des Québécois, toutes générations confondues.

    Cela dit, les vrais changements viennent toujours de l’intérieur. Si vous attendez que ce soit les gouvernements et les autres qui posent des gestes pour satisfaire votre monde idyllique, aussi bien attendre pour Godot. Mais cela implique un changement drastique de votre niveau de vie.

    On s’explique. C’est à votre tour d’écouter, une notion qui semble être absente chez nos générations benjamines et hyper-individualistes. Est-ce que vous pratiquez la simplicité volontaire? Est-ce que vous avez un téléphone cellulaire tout en sachant que la téléphonie est responsable de 11% de toutes les émissions de GES? Est-ce que vous voulez posséder une voiture ou une maison dans la banlieue? Est-ce que vous aspirez à fonder une famille? Si vous avez répondez oui à toutes ces questions, c’est que vous faites partie du problème et non de la solution. Vous savez, l’énoncé de transition énergétique est aussi vide que les paroles de Steven Guilbeault.

    Bon. Vous nous dites que M. Legault fait erreur avec le 3e lien et le projet du GNL. On est d’accord avec vous, mais pour le projet de GNL, il faudrait regarder cela de plus près. Personne n’est contre la pureté écologique mais vous savez que c’est la croissance économique qui vous permet d’étudier dans un cégep puisqu’elle procure les argents nécessaires pour le système d’éducation et le filet social. Vous savez aussi que le Québec est seulement responsable de 0,15% des GES mondiaux et que vous avez des provinces voisines qui polluent 6 fois plus par capita. Vous savez aussi, qu’en Chine et en Inde, les émissions de GES augmentent de 80% par année. La Chine va en produire plus de 16 000 Mt en 2030.

    Alors, on attend pour votre réponse et on espère que la simplicité volontaire sera votre choix. Vous savez, il y a beaucoup de personnes autour de vous qui la pratiquent de façon involontaire.

    • Cyril Dionne - Abonné 8 février 2020 13 h 22

      Erratum. C'est bien Esteban. Mes excuses.

    • Marc Therrien - Abonné 8 février 2020 19 h 57

      Je ne sais pas si ce cher Esteban vous répondra, mais il semble qu'il y a un Éric Thibodeau ici en bas qui l'a fait. Aaaah, les émotions!

      Marc Therrien

  • Marc Therrien - Abonné 8 février 2020 09 h 28

    Se comprendre pour être compris


    « C’est sans émotion aucune que je vous écris cette lettre ». Vraiment? Il serait intéressant que vous examiniez un peu en profondeur cette émotion qui vous a amené à passer du vouvoiement envers le premier ministre au tutoiement envers François. Je soupçonne qu’elle n’est pas de l’ordre de l’amicalité et encore moins, de l'indifférence. Vous espérez rencontrer le chef du gouvernement en qui vous avez perdu tout espoir. Il y a de l'ambivalence là-dedans ou dit autrement, des émotions mélangées.

    Marc Therrien

    • Éric Thibodeau - Abonné 8 février 2020 13 h 22

      Vos attaques sont "faciles" et pas particulièrement profondément réfléchies. Je vies en banlieue, j'ai une maison, une voiture et un téléphone cellulaire et j'ai une fille. Et voilà, je suis le problème...

      ...Du moins, selon vos attaques superficielles, puisque:
      - j'ai une maison en banlieur...pas par choix, mais bien parce-que si je ne déménageais pas "proche" du lieu ou la mère de ma fille voulait vivre, il aurait fallu faire la guerre en cours pour une garde asymétrique, ou _tout le monde perdait_
      - j'ai une voiture de 2005, que j'utilises sporadiquement, que j'entretiens moi-même et qui ne consomme que 5.5L au 100km. Bien que ce soit tu diésel, ma faible utilisation ainsi que son âge font qu'elle demeure une des voitures les plus "vertes" comparé à tous les monstres vendus de nos jours.
      - Mon téléphone a été acheté d'occasion, et j'ai remplacé son écran et sa batterie lorsqu'ils sont "morts". Si les gouvernements n'étaient pas aussi mous, ils pourraient mettre en place des lois pour obliger les géants à optimiser leur code pour permettre aux iPad Gen1 de ce monde à être encore utilisable.
      - Ma fille, au moins, sera éduquée avec de _réelles_ valeurs écologiques et un e conscience en de sens.
      ...ah, et, aussi, je vais au travail à vélo, et ça me coûte 130$ de traverser le pont, pcq nos gouvenrements priorisent encore la voiture...à nos frais.

    • Marc Therrien - Abonné 8 février 2020 19 h 48

      C'est à moi que tu parles?

      Marc Therrien

  • Yves Corbeil - Inscrit 8 février 2020 11 h 18

    Du François gros comme le bras

    D'un jeune homme qui écrit sans conviction sur un gouvernement qui prend des décisions qui n'ont aucuns effets sur lui parce qu'il a perdu espoir, à quoi 17, 18 ans. Continuez à vous instruire jeune homme, peut-être pourrez-vous faire les changements que vous espérez plus tard. Mais dites-vous que si nous avions eu la même attitude à votre âge, vous n'auriez peut-être pas la chance de vous instruire au tarif présent et même à votre âge seriez déjà sur le marché de l'emploi. Les années cinquante ce n'est pas tellement loin, regardez le chemin parcouru au lieu de seulement celui qu'il vous faudra faire encore. Le verre à moitié plein au lieu de celui à moitié vide.

  • Yves Corbeil - Inscrit 8 février 2020 13 h 41

    Et si vous saviez d'où viennent vos ancêtres, peut-être parleriez-vous autrement

    À quoi, à qui s'identifier quand on ne sait même pas d'où l'on vient. Nous vivons à une époque d'amnésie historique, critère numéro un dans la recherche d'adhérants solidaires, qu'ils viennent d'ici ou d'ailleurs en autant qu'ils ne connaissent pas l'histoire du Québec et pour ceux qui arrivent de l'extérieur, qu'ils aient oublié les conditions dans lesquelles ils étaient dans leurs lieux d'origines. Comme ça, c'est plus facile de les convaincre de revendiquer pour tout et pour rien, ça mets de l'ambiance dans cabane au Canada. On va-tu finir par séparer pour remettre le cadran à l'heure juste au Québec.

  • Marc Pelletier - Abonné 9 février 2020 11 h 24

    Merci M. Esteban Carrillo

    N'écoutez pas les commentaires condescendants des huit messages que je viens de lire.

    Vous avez, comme nous tous, votre droit de parole et j'espère vous relire bientôt, ainsi que d'autres jeunes de votre génération.

    Marc Pelletier
    2020-02-09
    11:23