La haine ne dort pas!

Monsieur le Premier Ministre du Québec, François Legault,

À la suite de votre réaction aux messages haineux et islamophobes qui ont envahi votre page Facebook, vous avez annoncé que vous êtes ouvert aux propositions. Alors, en voici une : je vous propose de considérer la situation suivante. Après sa participation à la commémoration d’un triste événement qui a touché des Québécois, la page Facebook officielle du premier ministre du Canada est inondée par des centaines de messages haineux envers le Québec et les Québécois.

Après l’avoir découvert, le premier ministre (du Canada) trouve que c’est malheureux et qu’il n’a pas aimé ce qu’il a vu. Quand vous manifestez votre préoccupation, il vous demande de ne pas dramatiser et que « c’est vraiment une très très petite minorité, moins qu’ailleurs dans le monde, ces gens-là qui sont intolérants, qui tiennent des propos haineux [envers les Québécois]. » Que ce n’est pas représentatif du Canada et qu’il est « convaincu que c’est une très petite minorité qui se cache derrière les réseaux sociaux pour avoir des propos haineux ». Cependant, il comprend mal, il ne sait pas s’il y a eu des propositions de violence ou si c’est juste de l’intolérance et de la haine. Il en conclut qu’il n’est pas nécessaire de faire appel aux services de police.

Il tente de vous rassurer en réaffirmant que cela est inacceptable, mais qu’il ne peut prendre aucune mesure à l’encontre de cette petite minorité. Toutefois, il assume son devoir de premier ministre en dénonçant ces messages, et pour vous témoigner son empathie, il vous assure qu’il a lui-même commencé à en supprimer, mais il fallait bien qu’il aille dormir, alors il a confié la tâche à des gens…

Voilà, Monsieur le Premier Ministre, si vous jugez que ce serait rassurant quant à la sécurité des Québécoises et des Québécois, alors vous avez raison, il ne faut pas dramatiser et tout le monde peut dormir sur ses deux oreilles. Tout le monde, excepté ceux et celles qui diffusent et entretiennent la haine et ceux et celles qui en sont la cible au quotidien.

Respectueusement,

10 commentaires
  • André Chevalier - Abonné 4 février 2020 05 h 27

    À qui profite ce crime?

    On ne sait pas qui émet ces messages de haine. Ça peut aussi bien être des agents provocateurs pour semer le trouble.
    On ne doit pas leur donner plus de visibilité qu'ils n'en ont.

    • Cyril Dionne - Abonné 4 février 2020 09 h 00

      Bon M. Chevalier, on parle beaucoup de l’attentat de la mosquée de Québec par un tireur fou mais aucune parole concernant les six Québécois tués presque un an auparavant au Burkina Faso par un groupe organisé de terroristes islamistes qui sont de cette religion d’amour et de paix. Pourtant, les terroristes islamistes ne sont pas une minorité sur la planète. Et leur message haineux ne sont compte pas par des missives sur Facebook, mais bien par des camions béliers, des bombes, des kalachnikovs et des armes blanches.

      Ceci dit, il faudrait lire le Code criminel canadien en ce qui concerne l’incitation à la haine envers un groupe particulier. Si le premier ministre québécois, avec l’avis de plusieurs avocats qui l’entourent, n’a pas jugé que ce fût important de poursuivre, c’est qu’il n’y avait pas péril en la demeure. Crier au loup pour des pacotilles n’aide personne.

      Enfin, pour des messages haineux envers des groupes particuliers comme les homosexuels et les femmes, eh bien, il en pleut dans le coran et la bible. Est-ce que nous allons interdire ces deux livres de fiction et les mettre à l’index parce qu’ils véhiculent des propos qui ne sont plus acceptables en 2020? Et on n’a pas à regarder très loin parce certains imams au Québec émettent des propos discutables, mais tout le monde comprend qu’il s’agit, en tout cas on l’espère, d’une très petite minorité.

      Ce que nos croyants aux amis imaginaires ne comprennent pas, c’est que la liberté d’expression inclut souvent des propos des autres qu’on n’aime peut-être pas personnellement. La liberté d’expression est un de ses droits fondamentaux qui libère l’humanité de la tyrannie d’idéologies politiques ou religieuses. Vous savez, l’esprit critique est l’arme de choix pour désarmer des propos offensants et le droit de réplique est un droit inaliénable sauf évidemment dans les dictatures et les théocraties. Il n'existe pas de bon ni de mauvais usage de la liberté d'expression dans une démocratie, juste pas assez.

    • Nadia Alexan - Abonnée 4 février 2020 11 h 12

      Peut-être, madame Houria Hamzaoui, fera mieux de dénoncer la haine propagée par une minorité des islamistes, telle que de l'imam du Centre communautaire de Brossard, Foudil Selmoune, contre les femmes et contre la laïcité de l'état, avant de jeter des pierres à toute une société conviviale.
      Les déclarations de Foudil Selmoune qui explique que la charia commande de couper la main aux voleurs, la lapidation des femmes et considère l'homosexualité comme «un péché» ne conduisent pas à la paix sociale et à l'amour fraternel.

  • Gaston Bourdages - Abonné 4 février 2020 09 h 35

    Et si nous faisions le procès de la haine...

    ...habitant tous ces détraqués en mal de....e ces détraqués qui la nourrissent cette haine au nom de...?de quoi au plus juste ?
    Je viens de commenter cette lettre ouverte demadame Caron dans les présentes pages du «Le Devoir» pour son titre «La non-violence en action»
    La haine, «ça» nourrit quoi dans tout être humain ?
    Je conclus en pensant à toutes, sans exception, les victimes de haine dans le paysage de notre monde.
    Gaston Bourdages
    P.S. Quant aux auteurs.es de cette haine, quoi leur souhaiter ?

    • Guy Milette - Abonné 4 février 2020 12 h 18

      "Crier au loup pour des pacotilles". Mais quel culot!
      Et ces musulmans qui ont été tué à Québec, ce ne sont pas eux qui ont tué au Burkina Faso et ailleurs. Comment peut-on excuser des tueurs quels qu'ils soient en autant qu'il n'est pas musulman?

  • Marc Pelletier - Abonné 4 février 2020 12 h 19

    La haine ou la peur ?

    Sur un sujet antérieur, intitulé : " En réponse au manifeste contre le dogme identitaire", M. Gilles Gagné disait ce qui suit, en réponse à un de mes commentaires :

    " : il faudra cesser de répéter cette affirmation sur la peur des étangers et surtout de la rendre " chronique " comme vous le faites. Qu'on me mette les références ou une ou mieux encore des études seraient venues confirmer ce fait. Je n'ai vu que ça des québécois es aller au devant des autres et rarement quelques crétins faire l'inverse. Cette peur est inventée de toute pièce pour noyer la discussion .

    Les francophones des régions n'ont pas vécu ce qui se vit à Montréal où les francophones vivent en présence constante de personnes issues de toutes les nationnalités, que ce soit à l'école, dans la vie de tous les jours, ou au travail .

    Les faits qui génèrent la peur sont multiples :

    - En région, les francophones occupent la quasi totalité du territoire
    - En région, les gens sont méfiants et ils ne se laissent pas charmer par les beaux discours : à titre d'exemple les deux référendums portant sur l'indépendance du Québec. L'élection de la CAQ est un mauvais exemple, car les francophones des régions n'avaient rien de majeur à perdre.
    - En région, jusqu'en 1960, le polique et le religieux entretenaient cette peur et elle n'est pas disparue avec la révolution tranquille, comme je l'ai mentionné ci-dessus.
    - En région, les francophones ont été plus marqués par l'attentat des tours de New-York et de tous ceux qui ont suivi en Europe et en Afrique.
    - En région, les francophones sont plus fragiles face à l'autre, pour une foule de raisons : ceci a été clairement démontré par l'appui à la loi 21.

    La peur engendre petit à petit la haine : je le déplore mais c'est un fait qui a été démontré, notamment lors des dernières grandes guerres et celle contre les pays musulmans générée après les attentats des tours à New York.

  • Léonce Naud - Abonné 4 février 2020 15 h 47

    Madame Hamzaoui, lequel des deux islams est le vrai ?

    Chère madame Hamzaoui,
    Récemment, à Longueuil, l'imam Foudil Selmoune, tout sourire et douceur, faisait visiter un temple islamique à quelques policiers honteusement privés de la dignité de leurs uniformes et de leurs armes, réduits au statut de minous dégriffés. Ce même jour, un autre imam, Nidhal Siam, coreligionnaire du premier, s’adressait à une foule de croyants fanatisés au cœur du lieu le plus saint de cette religion – l’esplanade de la mosquée al-Aqsa à Jérusalem –, lançant un appel déchaîné à la Guerre Sainte, à la destruction de Rome et de la Chrétienté. Une vidéo de ce discours a été traduite de l’arabe : le message est clair.

    D’une part, l’islam de la mosquée al-Aqsa en appelle à la Guerre Sainte, à la destruction de Saint-Pierre-de-Rome et de tout l’Occident. D’autre part, l’islam de Longueuil, de la ville de Québec ou du Témiscamingue assure qu’il n'est que paix et amour. Vu qu’il n’existe qu’un seul islam, il ne peut y en avoir qu’un seul de vrai, n'est-ce pas ? Lequel, madame Hamzaoui ?
    Réf.: https://www.jpost.com/Middle-East/Al-Aqsa-preacher-Jerusalem-will-soon-be-capital-of-global-Caliphate-614700

  • Marcel (Fafouin) Blais - Abonné 4 février 2020 18 h 44

    Comprends pas !

    « La haine ne dort pas ! » (Titre d’article, Le Devoir)

    Qu’elle dort ou selon, la haine préoccupe tout le monde sauf personne ?

    Bien que l’auteur, s’adressant à notre premier ministre, parle des messages dits haineux sur la page facebook du premier ministre du « Canada (ce pays si loin et si proche de nulle part), une question se pose :

    De quelle HAINE parle-t-on « vraiment » dans ce texte et POURQUOI ?

    Comprends pas ! - 4 fév 2020 -