Sauvons le tramway!

Un récent sondage CROP, réalisé auprès de 500 personnes, nous indique que 46 % des répondants sont favorables au projet de tramway à Québec. C’est malgré tout un résultat positif, si l’on considère la piètre qualité des communications entourant le projet de transport collectif. Il suffit de se rappeler les séances d’information longues et confuses tenues au printemps 2019, les citoyens laissés sans réponse face à leurs inquiétudes et, dernièrement, la prise en charge des communications par le maire, qui jugeait qu’« on n’a pas été bons ».

Le parti Démocratie Québec a été le premier à appuyer le projet, dès son annonce en 2018. Nous avons été visionnaires en étant les seuls à défendre un projet de tramway durant la campagne électorale de 2017. Nous avons osé une vision constructive en voulant faciliter la mobilité des citoyens de Québec et en proposant une transformation des quartiers voisinant l’axe du tramway. C’est aussi une occasion de considérer l’impact environnemental de nos modes de déplacements. Il est toujours temps.

Le parti Québec 21 s’est opposé à la légitimité du maire pour mener le projet de tramway. Avec les résultats du sondage, le masque tombe. Québec 21 affirme maintenant que les citoyens ne veulent pas du projet. Québec 21 est-il contre le fait que les gouvernements du Québec et du fédéral financent un montant de 3 milliards de dollars pour le financement du projet ? Faire dérailler le projet de tramway pour affaiblir le maire est un gain politique contestable. La prochaine élection municipale sera l’occasion de faire le bilan.

De nombreux citoyens souhaitent savoir comment ils seront affectés par le projet de tramway, ils demandent également à contribuer à certains choix de développement. Même ceux qui ne seront pas desservis par le tramway ou le trambus doivent pouvoir participer au débat. Je suggère que les conseils de quartier soient mobilisés pour devenir les canaux de communication privilégiés avec les citoyens. Comme le mentionnait le vérificateur général, la Ville doit se doter d’un plan de communication avec des objectifs mesurables. Les trois comités de bon voisinage annoncés sont un point de départ, mais c’est peu ; il faut officialiser la contribution des conseils de quartier. Le projet de tramway est notre défi collectif. J’entends y contribuer en proposant au maire de définir un plan de communication impliquant les citoyens et les conseils de quartier.