Scepticisme

De nos jours, on dit de la population en général qu’elle est sceptique envers la classe politique, et pour cause. Nous avons devant nous un cas patent qui illustre bien cette situation de fait. Dans quelques jours, Jean Charest fera probablement l’annonce de son retour en politique active sous la bannière du Parti conservateur.

Regardons le parcours politique de l’homme : il a été d’abord membre de la famille conservatrice, pour en devenir chef par la suite. Il quitte la formation à l’appel des sirènes du pouvoir au provincial. Il devient chef du Parti libéral et premier ministre. À la suite de cela, il quitte la vie politique pour le monde des affaires. L’annonce du départ du chef du Parti conservateur est suivie d’une réflexion profonde pour M. Charest, j’en suis sûr… Aujourd’hui, il ne souhaite qu’une chose, se faire réélire chef du Parti conservateur afin d’atteindre l’inaccessible étoile, son but ultime : devenir enfin premier ministre du Canada. Posons-nous la question ? La sincérité, elle est où dans tout cela ?

1 commentaire
  • Gilles Théberge - Abonné 21 janvier 2020 13 h 09

    Ça prouve que l'illusion est à la portée de tout le monde.

    Y compris de ceux qui se pensent être le nombril du monde...!