Au nom de ces femmes!

Le 6 décembre de chaque année nous rappelle tristement que 14 femmes ont perdu la vie suite à un attentat perpétré à l'École polytechnique de Montréal. On souligne d’ailleurs cette année le 30e anniversaire de cette tragédie qui a marqué le Québec.

L’homme de 25 ans qui a commis ce crime, d’une lâcheté incommensurable, avait un objectif bien précis — voire un message à nous adresser — soit celui de dire que des femmes ne méritaient pas de poursuivre des études afin d’accéder à des postes qui étaient auparavant réservés aux hommes. Il ne pouvait supporter que des femmes « s’accaparent les avantages des hommes », selon ses dires. Une lettre laissée de sa part, après son suicide, a par ailleurs confirmé cela. Voilà qui rend encore plus odieux son crime.

Son nom ne mérite pas de passer à la postérité et je préfère ne pas l’évoquer ici. Mais il en va autrement pour les noms de ces femmes qui sont tombées sous ses balles le 6 décembre 1989 et qui avaient une place qui leur revenait de droit dans notre société, dans notre monde. Hommage soit ainsi fait, en lettres d’or dans le temps, à ces femmes. Et j’ai nommé : Geneviève Bergeron, Hélène Colgan, Nathalie Croteau, Barbara Daigneault, Anne-Marie Edward, Maud Haviernick, Barbara Klucznik-Widajewicz, Maryse Laganière, Maryse Leclair, Anne-Marie Lemay, Sonia Pelletier, Michèle Richard, Annie St-Arneault, Annie Turcotte.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.