L’amour de la vie du premier ministre Legault

J’ai lu avec un certain malaise ce samedi la réaction du premier ministre Legault au projet d’autoriser les directives anticipées pour l’aide médicale mourir.

« Moi, j’aime la vie. Alors, j’aimerais qu’on s’acharne un peu », aurait dit M. Legault.

M. Legault, c’est bien mal connaître la plupart des gens que mon travail au sein du Conseil pour la protection des malades (CPM) m’a permis de rencontrer depuis plus de vingt ans en hôpital, en CHSLD ou même en soins palliatifs.

La grande majorité des gens aiment la vie comme vous, M. Legault, et se battent, souvent avec nous au CPM, pour recevoir les meilleurs soins possible dans le réseau de la santé.

Mais à un moment donné, lors d’un diagnostic irréversible par exemple, des gens qui aiment la vie autant que vous, M. Legault, concluent sereinement que la vie aura une fin. Ils souhaitent alors d’avance décider de la terminer le plus dignement et confortablement possible.

Qu’on respecte la seule volonté qui compte, la leur, M. Legault.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

8 commentaires
  • Marc Pelletier - Abonné 3 décembre 2019 09 h 23

    " Moi j'aime la vie. Alors j'aimerais qu'on s'acharne un peu " François Legault

    M. Paul G. Brunet, merci pour votre lettre !

    M. Legault démontre le peu de sensibilité qu'il a en regard de ceux qui souffrent.

    Ceci n'est pas un cas unique, pensons aussi aux 18,000 dossiers de condidats à l'immigration, au programme des étudiants étrangers, aux étudiantes voilées.............

    Concernant ceux qui souffrent, la médecine s'est jusqu'ici acharné sur eux, comme elle a pu le faire, mais le programme actuel de l'aide médical à mourir ne permets pas d'aller plus loin.

    J'aurais un qualificatif en regard de l'attitude de M. Legault, mais les valeurs qui sont miennes m'empêchent de l'utiliser.

  • Yvon Bureau - Abonné 3 décembre 2019 09 h 56

    Je partage votre opinion

    Oui à la primauté du seul intérêt de la personne, vivante et aimant la vie, en fin de vie ou rendue à la fin de Sa vie.

    Admiration et gratitude pour votre travail si nécessaire et fructueux, monsieur Brunet.

  • Sylvio Le Blanc - Abonné 3 décembre 2019 10 h 03

    Cela me rappelle les galimatias de M. Legault sur sa foi et ses croyances religieuses


    Au mois de mai dernier, questionné sur sa foi et ses croyances religieuses, le premier ministre François Legault s’était confié aux journalistes : « Moi, je souhaite que Dieu existe. Je pense que, sinon, la vie serait injuste. Je pense aux gens qui ont eu de la misère, qui sont décédés jeunes... Moi, je souhaite que Dieu existe, mais je n’ai pas de confirmation. Les deux théories se valent. On peut dire que Dieu existe, on peut dire que tout est un hasard, mais un hasard assez spécial, qu’il y a eu le Big Bang, la vie, les êtres humains qui pensent. Donc, les deux options se valent, il n’y a personne qui peut confirmer par la science ni une position ni l’autre. »

    Le premier ministre aurait été mieux de se taire, comme l’ont fait fort justement d’autres politiciens. Car un politicien n’a pas à aborder ce sujet personnel, surtout lorsque qu’un projet de loi sur la laïcité est à l’étude. D’autant que ses confidences sont incompréhensibles : « Moi, je souhaite que Dieu existe. Je pense que, sinon, la vie serait injuste. Je pense aux gens qui ont eu de la misère, qui sont décédés jeunes... » Quel galimatias!

    M. Legault devrait lire la grande Simone de Beauvoir, qui a écrit sur le sujet : « Il m’était plus facile de penser un monde sans créateur qu’un créateur chargé de toutes les contradictions du monde. » Et garder tout cela en privé.

    https://www.ledevoir.com/politique/quebec/553873/francois-legault-espere-que-dieu-existe

  • Michel Lebel - Abonné 3 décembre 2019 11 h 25

    Pas trop en demander?

    ll ne faut pas trop en demander au premier ministre. Une pensée articulée n'est pas son fort!

    M.L.

    • Claude Froment - Abonné 3 décembre 2019 19 h 48

      On peut très bien ne pas être d'accord avec le premier ministre, et j'en suis. Mais le juger comme le fait monsieur Lebel, m'apparait pour le moins déplacé, pour ne pas dire insultant.

    • Michel Lebel - Abonné 4 décembre 2019 08 h 15


      @ Claude Froment,

      Je ne fais qu'énoncer ce qui me semble une évidence! Aucune insulte dans mon propos.

      M.L.

  • Claude Gélinas - Abonné 4 décembre 2019 18 h 25

    S'acharner un peu, pas trop mais surtout éviter la déchéance,