L’amour de la vie du premier ministre Legault

J’ai lu avec un certain malaise ce samedi la réaction du premier ministre Legault au projet d’autoriser les directives anticipées pour l’aide médicale mourir.

« Moi, j’aime la vie. Alors, j’aimerais qu’on s’acharne un peu », aurait dit M. Legault.

M. Legault, c’est bien mal connaître la plupart des gens que mon travail au sein du Conseil pour la protection des malades (CPM) m’a permis de rencontrer depuis plus de vingt ans en hôpital, en CHSLD ou même en soins palliatifs.

La grande majorité des gens aiment la vie comme vous, M. Legault, et se battent, souvent avec nous au CPM, pour recevoir les meilleurs soins possible dans le réseau de la santé.

Mais à un moment donné, lors d’un diagnostic irréversible par exemple, des gens qui aiment la vie autant que vous, M. Legault, concluent sereinement que la vie aura une fin. Ils souhaitent alors d’avance décider de la terminer le plus dignement et confortablement possible.

Qu’on respecte la seule volonté qui compte, la leur, M. Legault.

À voir en vidéo