Lettre à Manon Massé

Chère Manon Massé,

Membre de Québec solidaire (QS) depuis les tout débuts, j’apprends par Le Devoir d’aujourd’hui, 19 novembre 2019, que les délégués de QS rassemblés ce week-end ont convenu de doter le Québec indépendant d’une armée, ce avec quoi je suis en complet désaccord. Par conséquent, je vous demande de rayer mon nom de la liste des membres de Québec solidaire.

Une armée, pour quoi faire ?

Au cas où Saint-Pierre-et-Miquelon nous déclarerait la guerre ? Ou que les Russes traverseraient le pôle Nord pour nous attaquer ? Sont pas fous, les Russes ! Ou encore que les États-Unis envahiraient le Québec ? Dans ce dernier cas, armée ou pas d’armée, cela reviendrait au même…

L’argent mis dans une armée serait plus utile à sortir de la pauvreté les familles les plus démunies de notre société. Il est regrettable que QS copie le PQ. Gilles Duceppe a déjà défendu l’idée d’une armée. L’indépendance, c’est bien, mais si c’est pour faire du Québec un petit Canada, cette indépendance-là ne m’intéresse pas.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

27 commentaires
  • Yvon Pesant - Abonné 20 novembre 2019 06 h 43

    Désarmé?

    Il est bien vrai qu'il y a tout lieu de se poser des questions sur le pourquoi de la mise sur pied d'une armée dans un Québec indépendant gouverné par Québec solidaire.

    Il est bien vrai également qu'une armée québécoise ne ferait jamais le poids. Que ce soit en attaque... contre qui? Ou que ce soit en défense contre des méchants qui pourraient nous en vouloir ou en vouloir à nos ressources.

    Se pourrait-il que l'armée proposée par QS en soit plus une pour des opérations, pacifiques ou pas, à être menées à l'intérieur du pays? Histoire, comme qui dirait, d'aider les gens à participer comme voulu par l'État à cette "démocratie participative" dont il est fait si souvent mention... dans le Programme politique du parti plus que dans ses réunions populaires et ses congrès, ce me semble.

    Vous savez, la démocratie participative, ce nouveau régime politique que Québec solidaire, une fois élu, mettrait en place au Québec pour nous assurer collectivement d'un grand bonheur partagé en tout temps avec autrui.

    • Gilles Théberge - Abonné 20 novembre 2019 10 h 46

      « Se pourrait-il que l'armée proposée par QS en soit plus une pour des opérations, pacifiques ou pas, à être menées à l'intérieur du pays?»...!

      Ya rien comme de dire les choses clairement. Si c'était le cas, ils l:auraient dit... Non?

    • Jean-Charles Morin - Abonné 20 novembre 2019 17 h 39

      "Se pourrait-il que l'armée proposée par QS en soit plus une pour des opérations, pacifiques ou pas, à être menées à l'intérieur du pays?" - Yvon Pesant

      En Amérique latine, l'armée est là davantage pour intimider la population et pour la faire marcher droit que pour protéger le territoire national d'une éventuelle invasion extérieure. Ce type d'armée est une véritable caste recrutée dans un créneau idéologique bien défini.

      Ce soudain intérêt de QS pour une force armée m'apparaît bien suspect. Ce parti désire-t-il importer ici cette belle tradition des "démocraties" de nos voisins du sud?

      Maintenant une question technique: considérant l'aversion marquée de QS pour les hydrocarbures, les moteurs des véhicules militaires, des blindés et des avions de chasse fonctionneront-ils au sirop d'érable?

  • Dominique Boucher - Abonné 20 novembre 2019 06 h 56

    Euronews, 15 décembre 2018 : « Le Kosovo a décidé vendredi avec le soutien des Américains de se doter d’une armée pour affirmer sa souveraineté, décision accueillie avec colère par la Serbie, qui ne reconnait pas son indépendance. » Un pays souverain affirme sa souveraineté, entre autres, avec son armée. Jʼy vois un sain réalisme de la part de QS.

    Jean-Marc Gélineau, Montréal

    • Dominique Boucher - Abonné 20 novembre 2019 09 h 12

      Bien que lʼon pourrait ironiser à souhait sur le couple «affirmer sa souveraineté» / «avec lʼaide des Américains»...

      Jean-Marc Gélineau, Montréal

    • Cyril Dionne - Abonné 20 novembre 2019 09 h 55

      Qu'est-ce que vous dites? Le Kosovo a toujours eu une armée puisqu'il était et est presque toujours en guerre. Vous n’avez jamais entendu parler de la guerre du Kosovo qui a eu lieu du 6 mars 1998 au 10 juin 1999, sur le territoire de la République fédérale de Yougoslavie, opposant l'armée yougoslave à l'armée de libération du Kosovo? Saviez-vous que durant la Seconde Guerre mondiale, le Kosovo était rattaché à l'Albanie fasciste, sous domination italienne et qu'environ 10 000 Serbes, Juifs et Roms ont été tués et entre 80 000 et 100 000 ont été chassés du Kosovo. Saviez-vous aussi qu’au Kosovo en 1944, il y avait la division en montagne de la SS Skanderbeg (albanaise No 1), de la Waffen-SS créée sur ordre d’Heinrich Himmler et à l'instigation du mufti de Jérusalem, Hadj Amin al-Husseini (chef religieux musulman), qui était composée seulement de musulmans et qui ont participé à Holocauste ou l’extermination des juifs?

      Et ce n’est pas seulement une armée que nos nouilles islamo-gauchistes de QS veulent créer, mais aussi une police secrète politique. Il y a des relents de l’ancienne Union soviétique dans cette démarche. Misère.

    • Dominique Boucher - Abonné 20 novembre 2019 13 h 58

      À Monsieur Dionne : Je sais tout ça, mais (du même article) « [d]epuis la fin de la guerre entre forces serbes et indépendantistes kosovars albanais (1998-99, plus de 13.000 morts), la sécurité du Kosovo est garantie par une force internationale menée par l’Otan, la Kfor. »

      Jean-Marc Gėlineau, Montréal

    • Cyril Dionne - Abonné 20 novembre 2019 17 h 17

      Bon M. Boucher. Ce sera aussi une guerre civile, religieuse et ethnique sans fin. Sans gagnant ou perdant dans cette région du monde, la seule facon qu'ils connaissent pour régler un problème lorsqu'il y a un litige, c'est de s'entretuer. Le siècle des Lumières n'a jamais rayonné très fort dans cette région du monde aux prises encore avec des croyances aux amis imaginaires et des cultures qui nous ramènent tout droit au Moyen Âge.

      Disons-le. Une armée est composée de tueurs professionnels qui tuent au nom de l’État qu’ils représentent tout en prenant souvent, certaines libertés, ni plus, ni moins. Rien de lyrique là-dedans. Misère.

  • Pierre Boucher - Inscrit 20 novembre 2019 07 h 15

    Rayer mon nom

    Faudrait rayer QS de la carte. Les licornes chimériques...

  • Brigitte Garneau - Abonnée 20 novembre 2019 07 h 29

    Les deux pieds sur terre...

    Entièrement d'accord avec vous Monsieur. J'admire votre franchise.

  • Sylvio Le Blanc - Abonné 20 novembre 2019 07 h 49

    M. Verhas, Québec solidaire n'est pas ma tasse de thé

    Mais si des petits pays comme le Danemark, les Pays-Bas, la Norvège et la Suède ont une armée, pourquoi diable le Québec souverain n'en aurait-il pas ? Les petits pays s'unissent dans des organisations pour faire face à plus fort qu'eux. Si vous viviez à Taïwan, seriez-vous contre l'armée ? Regardez ce qui se passe à Hong Kong. La liberté, cela vous dit quelque chose ?

    Vous vivez sur une autre planète ou quoi ? Si le Costa Rica n'a pas d'armée, c'est parce que les États-Unis sont là pour les protéger. Vous voudriez qu'ils jouent ce rôle ici ? Et pourquoi pas le Canada, pendant qu'on y est ?

    Il va vous rester à voter pour le Bloc pot, parce que les partis contre l'armée ne courent pas les rues.