Appui de QS au NPD: un choix révélateur

Lors de la dernière élection fédérale, le mot d’ordre de Québec solidaire a été d’appuyer le NPD pour contrer l’élection de conservateurs dans certains comtés. Cette pratique a contribué à favoriser les libéraux fédéralistes au détriment du Bloc. Cette attitude a mis en relief la place qu’occupe la position souverainiste de QS par rapport aux idées sociales de gauche de ce parti, dont le socle idéologique est ancré dans un communisme populiste centré sur la lutte de classes.

C’est sans doute pour nous faire oublier ses accointances fédéralistes que QS a voulu projeter une image souverainiste lors de son dernier congrès. Faisant d’une pierre deux coups, il a voulu se positionner comme le futur vaisseau amiral de l’indépendance, tout en banalisant le retour du PQ à ses idéaux d’origine.

Nous voilà replongés dans « l’antithèse Vallières-Gagnon » des années 1970. Si Vallières proposait de faire l’indépendance d’abord et de décider par la suite d’un contenu idéologique de gauche, Gagnon était plutôt d’avis qu’il fallait au préalable opter pour un remplacement du capitalisme par un système socialiste, avant de réaliser la souveraineté du Québec.

Ce syndrome de la poule et de l’oeuf divise également le PQ et QS. Si le PQ désire d’abord réaliser l’indépendance en introduisant par la suite des valeurs sociales démocrates, QS, fortement influencé par sa base militante d’obédience communiste, veut remplacer le système capitaliste avant de faire l’indépendance. Ainsi, on comprend mieux pourquoi QS a préféré appuyer le NPD, parti de gauche fédéraliste, au détriment du Bloc, qui, lui, a bénéficié du vote péquiste.

Les deux partis souverainistes devront se présenter à visage découvert aux prochaines élections et éviter, comme l’a fait QS à la dernière élection québécoise, d’afficher une image identitaire reliée à Bouchard-Taylor pour s’y soustraire après le scrutin. Pour ce qui est du PQ, le contenu de son projet de souveraineté devra être défini et se retrouver au coeur même de son programme électoral. Quant à Québec solidaire, son option sociale de gauche devra être mise sur la table intégralement, en évitant d’y puiser seulement des éléments givrés à la sauce populiste.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

15 commentaires
  • Mario Jodoin - Abonné 19 novembre 2019 00 h 45

    Un autre humoriste...

    Et ça commence par une fausseté : «le mot d’ordre de Québec solidaire a été d’appuyer le NPD».

    On a pourtant lu dans de nombreux journaux que «QS restera neutre pour les élections fédérales». Mais, bon, cela a dû échapper à l'auteur... Quand les prémisses d'un raisonnement sont erronées, la suite devient caduque.

    Cela dit, il poursuit comme l'auteur d'hier sur le fantasme que QS serait «fortement influencé par sa base militante d’obédience communiste». Il n'y a rien à faire, les gens de nos jours croient malheureusement trop souvent ce qu'ils veulent croire que les faits. Oui, il y a des membres de QS qui sont socialistes (ou communiste), tout comme le PQ a des membres provenant du Parti communiste du Québec. De même, André Parizeau, qui fut chef du PCQ a été candidat du Bloc dans la circonscription d'Ahuntsic-Cartierville lors de la dernière élection fédérale. Et tout cela est bien légitime.

    Quant à la position de QS sur les signes religieux, il peut être utile de rappeler que le programme n'a pas été modifié, que le «compromis» Bouchard-Taylor n'a jamais été inscrit à son programme ni dans sa plateforme, que QS n'a jamais abordé ce sujet en campagne électotale et que le PQ a aussi changé de position sur le sujet depuis sa charte des valeurs, justement après une campagne électorale.

    • Cyril Dionne - Abonné 19 novembre 2019 09 h 45

      Favoriser des partis politiques étrangers, centralisateurs, multiculturalistes, anglo-saxons et fermement « canadian », « Priceless !»

      Personne n’a encore compris que Québec solidaire essaie de remplacer les partis politiques progressistes et à l’écoute de la majorité de la population. Ils dépensent plus d’énergie à se battre contre le PQ, la CAQ et le Bloc québécois que les autres partis fédéralistes, anglo-saxons, multiculturalistes et « canadian », tout en supportant le NPD. C’est difficile pour eux parce que leur idéologie communiste de deux siècles passés ne colle pas tellement à notre réalité. Les Québécois sont bien contents de leur société et ne veulent pas se mettre en péril avec une bande d’illuminés d’extrême gauche pris encore dans une faille spatio-temporelle politique. Bien oui, ils parlent de créer une armée et une police secrète, style soviétique et se voit déjà au pouvoir. Misère, ils ne vivent pas sur la même planète que nous.

      Vous savez, difficile de vendre leur option indépendantiste à la population alors que plus de 40% de leur support vient de gens qui sont des multiculturalistes et des « canadians » endurcis. Difficile de vendre leur option indépendantiste alors qu’ils supportent les signes religieux portés par des gens en autorité dans la sphère publique. Les Québécois ne sont plus là dans ce maelstrom de coutumes et croyances anciennes qui n’ont apporté que misère et malheurs partout sur la planète. Alors, la CAQ peut dormie sur ses deux lauriers. Il n’y a pas urgence en la demeure avec un parti libéral en déroute. Mais attention ides de mars du Parti québécois.

    • Christian Montmarquette - Abonné 19 novembre 2019 11 h 39

      Chapeau ! Monsieur Jodin !

    • Christian Montmarquette - Abonné 19 novembre 2019 21 h 27

      L'argument qui veut que tu es fédéraliste parce que tu votes NPD au fédéral est stupide. Il n'y a aucun parti qui va réaliser l'indépendance à Ottawa. La seule chose qui compte c'est ce que tu votes à Québec et lors d'un éventuel référendum.

    • Michaël Lessard - Abonné 20 novembre 2019 12 h 20

      En 2011, un pourcentage élevé de la *population& du Québec toute entière a voté NPD.

      Des souverainistes, de tout parti confondu, ont voté NPD.

      Je suis souverainiste et, comme bien des gens, je ne vote pas du tout pour le Bloc. Vous expliquez pourquoi serait une perte de temps: vous ne voulez pas comprendre ou savoir pourquoi les gens ne votent pas Bloc. Dans votre esprit binaire, Bloc = souveraineté, ce qui est absurde dans le faits.

      Blâmer QS pour la débandade incroyable du Bloc en 2011, alors que QS est un parti encore minorotaire, est pathétique. Insinuer que ce parti est fédéraliste ou traître (!!!) indique seulement que vous êtes fanatique.

  • Yvon Pesant - Abonné 19 novembre 2019 06 h 24

    La face cachée de la lune

    Vous avez bien raison, monsieur Perron. Et c'est vraiment là ce qui est très agaçant de la part de gens qui nous parle de l'importance de la transparence sans jamais faire connaître très publiquement les tenants et aboutissants du Programme politique de Québec solidaire. Et pour cause!

    Allez, monsieur Montmaquette! Parlez-nous de la démocratie participative et de ses préceptes plutôt que de nous dire que c'est la sociale démocratie qui nous est proposée par QS comme changement de régime politique au Québec, comme vous l'avez écrit en réponse à une question qui vous était posée.

    Parlez-nous aussi de la gestion populaire et démocratique des contrôles collectifs qu'un gouvernement de Québec solidaire préconise d'exercer dans les affaires de l'État... et dans les affaires des entreprises opérant sur le territoire québécois.

    Les électeurs méritent qu'on leur parle ouvertement des vertus du socialisme, du marxisme-léninisme et du communisme étatiste vu que, sous un gouvernement dirigé par QS, ils seront sérieusement invités à mettre l'épaule à la roue de très collectiviste manière. C'est écrit dans le programme politique. Lisez!

    • Christian Montmarquette - Abonné 19 novembre 2019 12 h 17

      @Yvon Pesant,

      "Les électeurs méritent qu'on leur parle ouvertement des vertus du socialisme, du marxisme-léninisme et du communisme étatiste vu que, sous un gouvernement dirigé par QS " - Yvon Pesant

      De nos jours, le terme de social-démocratie tend désormais à être employé comme un synonyme du socialisme démocratique dans son ensemble.

      En ce qui me concerne, les nationalisations d'Hydro-Québec, du système de santé et du système d'éducation, de la SAQ, de la SAAQ et même l'aide sociale sont toutes des mesures que l'on pourrait qualifier de socialistes, et je n'y voit que des progrès et de l'avancement pour l'ensemble des citoyens du Québec par rapport au Québec précédent, pour ne pas dire de la grande noirceur.

      Quand on constate l'application pratique de cette valeur dans des propositions concrètes de Québec solidaire*, je ne peux personnellement qu'être enthousiaste soit :

      - Le salaire minimum à 15$ de l'heure

      - La gratuité scolaire du CPE à l'université

      - L'augmentation des prestations d'aide sociale

      - La réduction des tarifs de transport en commun de 50%

      - Une assurance dentaire pour tout le monde

      - Un régime de pension universel

      - La création de Pharma-Québec pour économiser entre 2 et 3 milliards par année?

      - L'augmentation des redevances sur les ressources naturelles

      - Des CLSC ouverts 24 heures par jour 7 jours sur sept

      - L’augmentation du nombre de paliers d'impôt pour une fiscalité plus équitable

      - La construction de 12,000 logements sociaux

      * Extraits de la plateforme électorale de Québec solidaire 2018

    • Cyril Dionne - Abonné 19 novembre 2019 18 h 51

      @Montmarquette

      - Le salaire minimum à 15$ de l'heure (où est l'argent?)
      - La gratuité scolaire du CPE à l'université (où est l'argent?)
      - L'augmentation des prestations d'aide sociale (où est l'argent?)
      - La réduction des tarifs de transport en commun de 50% (où est l'argent?)
      - Une assurance dentaire pour tout le monde (où est l'argent?)
      - Un régime de pension universel (où est l'argent?)
      - La création de Pharma-Québec pour économiser entre 2 et 3 milliards par année? (où est l'argent?)
      - L'augmentation des redevances sur les ressources naturelles (tous les investissements étrangers vont quitter)
      - Des CLSC ouverts 24 heures par jour 7 jours sur sept (où est l'argent?)
      - L’augmentation du nombre de paliers d'impôt pour une fiscalité plus équitable (on va augmenter les impôts de la classe moyenne)
      - La construction de 12,000 logements sociaux (où est l'argent?)

      Et qui va payer pour tout cela? Les anges? C'est parce qu'on ne retrouve absolument rien de cela dans les pays qui ont suivi la voie que vous préconisez. Misère, votre parti ressemble bien plus au parti rhinocéros.

    • Christian Montmarquette - Abonné 19 novembre 2019 22 h 54

      où est l'argent-? Cyril Dionne

      Québec solidaire a prévu 13 milliards d'augmentation du budget dans un cadre budgétaire endossé par 3 économistes indépendants exactement comme au PQ, qui plus est, appuyé par 65% des Québécois dans un sondage Léger.

  • Raynald Rouette - Abonné 19 novembre 2019 08 h 19

    Bas les masques chez QS


    Tout sonne faux chez eux. Ça sonne comme une intoxication idéologique. Tout comme le multiculturalisme canadien.

    Entre QS et le PQ, le choix devrait être facile. Pourtant une majorité la population du Québec a toujours choisi les chaînes du fédéralisme. Bien hâte à 2022!

    • Christian Montmarquette - Abonné 20 novembre 2019 07 h 14

      @Raynald Rouette,

      "Une majorité la population du Québec a toujours choisi les chaînes du fédéralisme." - Raynald Rouette

      Erreur.

      Ils ont choisi les chaines du provincialisme identitaire de la CAQ initié par le PQ avec sa Charte des valeurs en 2012.

  • Sylvio Le Blanc - Abonné 19 novembre 2019 08 h 38

    Une bonne lettre

    Les quésolistes devront notamment nous dire lors de la prochaine campagne électorale provinciale ce qu'ils comptent faire avec la loi 21 s'ils sont élus. Comme ils s'y sont opposés avec véhémence, à l'instar des libéraux, il y a tout lieu de croire qu'ils l'abrogeront. Je ne pense pas que ce soit une position gagnantes chez les francophones.

  • Christian Montmarquette - Abonné 19 novembre 2019 08 h 54

    Quel ramassis..

    Quel ramassis de n'importe quoi et de commérages partisans.

    Il n'y a jamais eu de consigne de vote aux élections fédérales à Québec solidaire, sauf l'unique fois où Françoise David avait appelé "tous" les électeurs à ne pas voter conservateur.

    https://youtu.be/i3wWaYK8Qj4?t=376

    D'autres part, il faudrait qu'on nous explique pourquoi une personne de gauche irait voter pour le Bloc?

    Alors qu'Yves-François Blanchet dit vouloir aller protéger les droits du Québec à Ottawa, alors que lorsqu'il était ministre de l'environnement au PQ, nous a vendu aux pétrolières en signant le forage à Anticosti, puis en inversant le courant ds le pipeline 9B. Qui plus est, quand on sait que ce qui a permis au Bloc de progresser, c'est leur campagne sur la loi 21 et son rapprochement avec la CAQ qui n'est certainement pas un parti de gauche. Ce à quoi on peut rajouter, que le Bloc a progressé, parce qu'il a mis l'indépendance de côté durant toute sa dernière campagne pour magasiner des votes dans la cour du NPD.