Feu «Coach’s Corner»

Par le fruit du hasard, c’est le Jour du souvenir, si cher à Don Cherry, que le « coloré » [aux sens propre et figuré] commentateur de la rubrique Coach’s Corner à Hockey Night in Canada aura été congédié par Sportsnet.

« Vous aimez notre mode de vie, vous aimez notre lait et notre miel ; au moins pouvez-vous payer quelques dollars pour un coquelicot ou quelque chose comme ça. Ces gars ont payé pour votre mode de vie que vous aimez au Canada ; ils ont payé le prix fort », a lancé le principal intéressé en s’adressant aux immigrants.

Don Cherry n’en était pas à sa première controverse. À titre d’exemple, on n’a qu’à penser à sa sortie virulente contre la présence des femmes dans les vestiaires des équipes de la LNH ou à l’épisode du port de la visière que les joueurs francophones et européens portaient, selon lui, « pour se cacher derrière elle ».

C’est un secret de Polichinelle que l’animateur n’avait pas la langue de bois. Toutefois, ses propos dépassaient parfois, voire souvent, les limites du politically correct [et j’emploie ici un euphémisme]… Sa dernière sortie, pour le moins incongrue, n’aura contribué qu’à faire déborder le vase !

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

1 commentaire
  • Nadia Alexan - Abonnée 15 novembre 2019 03 h 01

    Le politiquement correct maintenant frôle la censure.

    Don Cherry est un être vulgaire et méprisable. Il aurait dû être congédié depuis longtemps surtout après son "Quebec bashing" contre les joueurs francophones, à plusieurs reprises.
    Par contre, cette fois-ci il n'a rien dit de mal. Il a proclamé le fait que les groupes ethniques ne versent pas quelques dollars pour acheter un coquelicot afin d'aider les vétérans. Il a exprimé la vérité comme monsieur Parizeau l'avait déjà fait avant lui en 1995, quand il a blâmé l'échec du referendum sur « l’argent et le vote ethnique » et lui aussi a été crucifié.
    Nous sommes arrivés au point qu'il est impossible de critiquer les groupes ethniques.