Hommage à nos monteurs de ligne

Manquer d’électricité durant 57 heures par un froid frôlant le zéro Celsius n’est pas souhaitable… Et pourtant… Vous dire le plaisir et le soulagement ressentis en voyant apparaître le camion géant d’Hydro-Québec devant mon entrée me semble difficile à décrire !

Nos monteurs de ligne font un travail titanesque, à la sueur de leur front, manquant de sommeil, les pieds mouillés dans leurs bottes, allant puiser dans la profondeur de leur coeur l’énergie nécessaire pour continuer jour après jour à répondre aux demandes incessantes d’aide venant de milliers de foyers malheureux à la suite des coupures de courant.

Manquer d’eau, de chaleur, dans ce pays nordique qui est le nôtre est misérable. Tout change d’aspect, notre regard ne voit plus les lieux habités de la même façon… Tout est terne, figé dans le temps, sale, froid, très froid. Notre âme y perd son latin. Et nous ne cessons d’espérer que le miracle de la fée électricité se produise…

Je veux rendre hommage à tous ces monteurs de ligne qui, chaque fois que le temps s’arrête, reviennent brancher le courant porteur d’espoir et de vie. Je remercie tous ceux qui gravitent autour d’eux, techniciens en repérage de bris, élagueurs, bref, toute cette magnifique équipe que nous oublions le temps d’une pause, jusqu’au prochain orage, jusqu’à la prochaine bourrasque, en ces périodes de changements climatiques où nous devrons nous habituer à être malmenés par la situation précaire de manque d’électricité. D’où l’importance d’y voir sérieusement. Maintenant. Et refuser de nous y habituer, peut-être ?

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

1 commentaire
  • Cyril Dionne - Abonné 9 novembre 2019 10 h 16

    Merci

    J’abonde dans le même sens que Mme Ouellette pour nos monteurs de ligne. C’est un miracle qu’ils ont fait en si peu de temps vu le nombre de pannes astronomiques. Bravo et merci.

    Ceci dit, est-ce qu’on pourrait quadrupler le budget pour les émondeurs qui travaillent au sein d’Hydro Québec? Vous verrez, vous aller facilement réduire de moitié les pannes d’électricité. Et nul besoin de les enfouir dans le sol comme certains ont suggéré; ceci serait une dépense inutile et il faudrait qu’ils augmentent les tarifs d’électricité par au moins le double sans avoir aucune garanti sur l’efficacité du système.

    Enfin, c’est dans des situations comme on a vécu récemment qu’on s’aperçoit que ceux qui ont fait des changements climatiques une religion avec ses faux prêtres, ses dogmes et doctrine, sont complètement dans le champ. Une panne de courant illustre bien le style de vie de la simplicité volontaire. Et comment pensez-vous que plusieurs ont réussi à se débrouiller durant cette longue panne de courant? C’est en branchant une génératrice à moteur à explosion qui utilise des produits fossiles. Lorsque le réseau d’électricité est en panne, qu’il soit alimenté par des énergies provenant de la gravité naturelle de l’eau (hydroélectricité), des éoliennes ou des panneaux solaires, ceci ne change en rien l’équation. Si le fil est coupé, eh bien, vous n’avez pas d’électricité à moins d'avoir un système de panneaux solaires onéreux que la plupart des gens ne peuvent pas se payer. Il y a même des mauvaises langues qui disent que certains ont utilisé des génératrices pour charger les piles de leur voiture électrique. Pourquoi est-ce que mon petit doigt me dit que ceux qui ont recouru à une telle entreprise, étaient des signataires du Pacte en bonne et due forme? Bravo à nos champions de l’écologie.

    C’est « ben » pour dire.